ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE «kso»-«ima» «ougui». 1

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE. 1

2.     L'IDENTIFICATION DES CONCEPTS. 2

3.     L'IDENTIFICATION DES SYNTAXES. 2

L'IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 3

L'IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 3

4.     LA TRANSCRIPTION de XOIMA. 3

LE GRAPHE DE XOIMA. 4

5.     LA TRADUCTION DE XOIMA. 4

6.     LA TRADUCTION DE UGII 4

7.     Calcul de la probabilité de XOIMA. 5

8.     CONCLUSION sur «kso»-«ima» «ougui». 5

NOTES BIBLIOGRAPHIQUES. 5

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE «kso»-«ima» «ougui»

 

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE

 

D62

4-5-6 1967

ESP

XOIMMA UGII

Ils préparèrent le petit XOIMMA UGII récupérable dont ils disposaient.

 

 

D69-3

Juin 1968

ESP

XOOIMAA UGII

le résumé que je vous ai remis il y a dix-huit jours à propos du XOOIMAA UGII

D57-3

12/02/1967

ESP

XOOIMAA UYII UULUEWAA

 les équipements XOOIMAA UYII (sonde géologique) UULUEWAA (dispositif qui permet de capter des sons et prendre des images ou contrôler les différents facteurs physiques du milieu, contrôlé à distance)

Ils ont la forme d'un ellipsoïde de révolution. Les équipements utilisés sur notre Planète sont beaucoup plus grands. Le dispositif possède un générateur multiple de fréquences comprises dans la gamme de 5.10 20 cycles par seconde, en plus de quelques détecteurs de température, intensité des champs magnétique et gravitationnel.

L'appareil est contrôlé par un faisceau de fréquences de 6,77.1020 cycles/seconde. Il se dépose au sol et commence alors à se créer tout autour une couche gazeuse de GOONNIAOADOO (vous l'appelez PLASMA). La température très élevée des pellicules extérieures de cette couche de plasma contrôlée magnétiquement, capable de vaporiser la silice, fait s'enfoncer le dispositif au sein des différentes couches ou strates du terrain comme une pièce de monnaie chaude s'enfonce au sein d'une barre de glace. (voir image 2)

(S62-3)

Une fois enterré à des profondeurs de l'ordre de 50 à 100 mètres, il est contrôlé pour pouvoir se déplacer horizontalement (image 2A) en occupant une série de points correspondants à un réseau idéal, à partir desquels il émet un faisceau tronconique d'ondes (fréquences citées) capables de traverser les différentes strates. Simultanément un UULUEWA situé dans l'air à une hauteur de 20 ou 30 mètres capte en autant d'autres points du réseau les impulsions émises par l'appareil qui les lui envoie de sa grande profondeur.

Le système présente une certaine ressemblance avec les appareils radiométallographiques que vous utilisez pour examiner les métaux avec les rayons Rœntgen. La différence consiste dans le fait qu'au lieu d'utiliser un écran géant pour enregistrer la radiographie du terrain, un élément explorateur aérien balaye tous les points de l'image idéale en les enregistrant et en les intégrant dans une mémoire de cristal de titane qui nous donnera à la fin une vue en trois dimensions du sein de l'écorce terrestre explorée avec tous ses accidents internes obtenus grâce à leur contraste d'opacité au passage de ces radiations. Avec des équipements miniatures comme ceux utilisés par nos frères en Inde, on peut découvrir ainsi des filons de minéraux, des courants d'eau ou d'hydrocarbures, des roches enterrées, des tunnels et des tubes enterrées, des ruines de cités préhistoriques et différents objets de diamètre supérieur à 5 cm (avec les équipements miniatures tels que ceux que nos frères utilisèrent en Inde).

 

2.     L'IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Nous avons le phonème «kso»-«ima» qui désigne la partie « sonde » du dispositif. Il est contrôlé pour pouvoir se déplacer horizontalement (image 2A) en occupant une série de points correspondants à un réseau idéal, à partir desquels il émet un faisceau tronconique d'ondes (fréquences citées) capables de traverser les différentes strates.

Il est associé à un UULUEWA qui réceptionne les signaux et données de la sonde.  

 

Le phonème « ougui » est probablement relatif au fait que la sonde créer une zone plasmatique délimitée pour s’enfoncer dans le sol par fusion. Il se dépose au sol et commence alors à se créer tout autour une couche gazeuse de GOONNIAOADOO (vous l'appelez PLASMA). La température très élevée des pellicules extérieures de cette couche de plasma contrôlée magnétiquement, capable de vaporiser la silice, fait s'enfoncer le dispositif au sein des différentes couches ou strates du terrain comme une pièce de monnaie chaude s'enfonce au sein d'une barre de glace.

 

3.     L'IDENTIFICATION DES SYNTAXES

 

Les syntaxes rencontrées pour ce concept sont :

 

-          XOOIMAA

-          XOIMMA

-          UGII

-          UYII est très probablement une distorsion syntaxique de UGII par une coquille

NB : sur un clavier azerty de machine à écrire le G et le Y sont à coté l’un de l’autre)

 

L'IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Le son « x » est ambigu, il peut être identifié à « KS » ou « GS ».

 

Voir le tableau phonétique

Voir la transcription

 

L'IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

Le son « o » peut être long.

Le son « m » peut être long.

Le son « a » peut être long.

 

4.     LA TRANSCRIPTION de XOIMA

 

Pour l’analyse, je retiens la syntaxe la plus simple : XOIMA.

 

La synthèse littérale consiste à décliner le concept en utilisant les mots de son champ d’application en français, en éliminant la relation littérale « a » pour que le style soit pas trop lourd. Il faut néanmoins faire très attention de ne pas modifier la logique de l’imbrication des concepts primaires. Nous avons :

 

(K) distance « a » [(S) cyclicité  « a » [ (O) entité « a » [(I) identification « a » [ (M) jointure  a » (A) déplacement]

 

D’où le tableau de transcription :

 

Relations entres les concepts primaires

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

M « a » A

[ (M) jointure  a » (A) déplacement]

 

 

Joint un déplacement

 

I « a » MA

[(I) identification « a » [ (M) jointure  a » (A) déplacement]

 

Identifie et a un déplacement

 

O « a » IMA

[(O) entité « a » [(I) identification « a » [ (M) jointure  a » (A) déplacement]

 

L’entité identifie et a un déplacement

 

S « a » OIMA

[(S) cyclicité  « a » [ (O) entité « a » [(I) identification « a » [ (M) jointure  a » (A) déplacement]

 

 

Le cycle de l’entité identifie et a un déplacement

K « a » SOIMA

(K) distance « a » [(S) cyclicité  « a » [ (O) entité « a » [(I) identification « a » [ (M) jointure  a » (A) déplacement]

 

La distance cyclique de l’entité identifie et a un déplacement

 

On a donc XOIMA :

 

La distance cyclique de l’entité identifie et a un déplacement

 

                     LE GRAPHE DE XOIMA

 

 

 

 

5.     LA TRADUCTION DE XOIMA

 

Il est contrôlé pour pouvoir se déplacer horizontalement (image 2A) en occupant une série de points correspondants à un réseau idéal, à partir desquels il émet un faisceau tronconique d'ondes (fréquences citées) capables de traverser les différentes strates.

 

-          La distance cyclique de l’entité identifie et a un déplacement

-          La distance cyclique (la série de points) de l’entité identifie (les strates) et a un déplacement (sous-terrain)

 

Autrement dit :

-          La distance de la série de points de l’entité identifie les strates par déplacement sous-terrain

 

 

6.     LA TRADUCTION DE UGII

 

Il se dépose au sol et commence alors à se créer tout autour une couche gazeuse de GOONNIAOADOO (vous l'appelez PLASMA). La température très élevée des pellicules extérieures de cette couche de plasma contrôlée magnétiquement, capable de vaporiser la silice, fait s'enfoncer le dispositif au sein des différentes couches ou strates du terrain comme une pièce de monnaie chaude s'enfonce au sein d'une barre de glace.

 

UGII=dépend de la structure délimitée (par la zone de fusion)

 

7.     Calcul de la probabilité de XOIMA

 

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

 

1 / 17^5 = 1 / 1,4 millions

 

 

8.     CONCLUSION sur «kso»-«ima» «ougui»

 

La syntaxe XOIMA peut être signifiante et exprime « La distance cyclique de l’entité identifie et a un déplacement » ce qui peut-être traduit dans le contexte par « La distance de la série de points de l’entité identifie les strates par déplacement sous-terrain ».

 

La syntaxe UGII peut être signifiante et exprime «dépend de la structure délimitée » ce qui peut-être traduit dans le contexte par « dépend de la structure délimitée par la zone de fusion »

 

 

NOTES BIBLIOGRAPHIQUES

 

La majorité des sources des documents Oummains proviennent du site http://www.ummo-sciences.org/

 

 

 

© Denocla  août 09 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.