Déjà paru du même auteur :

En Français :

Présence, Ovnis, Crop Circles et Exocivilisations.      
Éditions Morpheus 2007 – 978-2-919600-18-2

Présence et le dossier Ummo. DVD 60 min.              
UMMO WORLD Publishing 2011—978-2-919600-14-4

Présence 2, Le langage et le mystère de la planète UMMO révélés.             
UMMO WORLD Publishing 2011—978-2-919600-21-2

UMMO « Dictionnaire Oummain » 
UWP 2004—978-2-919600-08-3

Présence 3, Dieu, le Cosmos, le paranormal et les Exocivilisations.
UMMO WORLD Publishing 2013—978-2-919600-29-8

En anglais :

Presence, UFOs, Crop Circles and Exocivilizations   
UMMO WORLD Publishing 2009—978-2-919600-00-7

Presence 2, The language and the mystery of the UMMO planet disclosed
UMMO WORLD Publishing 2012—978-2-919600-23-6

Presence and the Ummo planet file. DVD 60 min—              
UWP 2011—978-2-919600-13-7

Presence 3, God, Cosmos, Paranormal activity and Exocivilizations
UMMO WORLD Publishing 2014—978-2-919600-31-1

EN ESPAGNOL :

Presence, OVNIS, Círculos en los cultivos y Exocivilizaciones
UMMO WORLD Publishing 2012—978-2-919600-16-8

Presencia 2, El lenguaje y el misterio del planeta Ummo revelados
UMMO WORLD Publishing 2012—978-2-919600-22-9

Presencia y el archivo Ummo. DVD 60 mns —          
UWP 2011 - 978-2-919600-24-3

Presencia 3, Dios, el Cosmos, lo Paranormal y las Exocivilizaciones 
UMMO WORLD Publishing 2014—978-2-919600-32-8

CD Musicaux:           

UMMO MUSIC, IXINAA—978-2-919600-15-1

UMMO MUSIC, LIKE 2 OEMMIIs—978-2-919600-17-5

http://www.ummomusic.com

Jeu de piste musical avec le langage d’UMMO.

 

Éditions Ummo World Publishing

 

© 2003 Denis Roger Denocla—UMMO WORLD Publishing & eBook edition. Tous droits réservés. http://www.denocla.com

Sources des documents oummains : oumo.fr www.ummo-ciencias.org, www.ummo-sciences.org, www.denocla.com, et collections privées.

Images originales : remerciements spéciaux à UMMOAELEWEE.

Illustrations numériques : Davy H. — © D. R. DENOCLA

 

 

 

Remerciements

 

 

 

 

 

 

Remerciements à mon ami Ignacio DARNAUDE qui rédigea avec ténacité le UMMOCAT, énorme travail sans lequel le dossier UMMO n’aurait certainement jamais été ce qu’il est aujourd’hui…

 

 

 

 

 

 

 

Remerciements aux personnes qui m’ont aidé à collecter les données dans l’outil BD-VOC.xls :           

Alban Nanty, André-Jacques Holbecq, Gardenteapot, Manuel Rotaeche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Titre-PRESENCE-FR

6

 

Le LANGAGE du peuple d’UMMO

 

DICTIONNAIRE DENOCLA

 

 

résulte des recherches de 2003 dans

 

 

Titre-PRESENCE-FR

2

LE LANGAGE ET LE MYSTÈRE

DE LA PLANÈTE UMMO RÉVÉLÉS

 

 

 

 

 

INDEX

 

 

INDEX_ 4

À la découverte du langage Oummain_ 10

AADOAUGOO_ 23

AAGA IEGOOSAA_ 26

AAGEEWE_ 30

AIOODI 34

AAIODI AYUU_ 41

AAIODI EXUEE_ 42

AAIODII IOWAA_ 45

AAIODIWOA_ 48

ALADAA_ 50

AALOA_ 52

AARBI 53

AARWIO et AARGA_ 57

AARGOA_ 60

AARUNNIOGOIA_ 62

AASE GAARAADUI 65

ASNEII 67

AASNOOSAI 69

AYAA_ 72

AEWWIEE_ 74

AGAXAAU_ 75

AGIOA_ 78

AGSUIUU DUUA_ 81

AIDAA_ 83

AIMOA_ 86

AINNA OKSO_ 88

AIOOYAA_ 90

AIOOYAAIODI 95

AIOOYA AMMIE_ 98

AIOOYAU_ 101

AIOOYEEDOO_ 103

AIUUBAAYII 107

AXOO_ 108

AYII 113

AYIYAA_ 115

AYOUUDA_ 117

AYUU_ 119

AYUUBAAYI 124

AYUYISAA_ 127

BAAIGOO EIXUUA_ 131

BAAYIODIXAA UUDII 134

BAAYIODUU_ 138

BIEYAEYUEO DOO_ 144

BIEE_ 148

BOIYUIYU_ 157

BUAWAIGAAI 161

BUUA_ 163

BUAWA_ 165

BUAWEE BIAEII 172

BUAWE BIE_ 180

BUUTDS 181

DIEWEE_ 184

DIIUYAA_ 188

DOOKAAIA_ 190

DOROO_ 192

OI-OI-O-IDAA_ 195

DUII 199

EAIOODI GOO_ 201

EBAYO et EBAYAA_ 203

EDIO_ 205

EEWAOO_ 208

EEWE_ 211

EIDUAYUUEE_ 214

UUEIN GAA EIMII 219

SAN ELOOWA_ 224

ENNOI 226

EESE_ 228

EXUEE_ 234

EYAOLOOWA_ 236

GEE_ 238

UXGIGIAM ONNOXOO_ 240

GOONNIAOADOO_ 245

IAI KEAI 248

IAS 249

IBOO_ 253

IBOSDSOO_ 260

IDDOANAA ADIUU_ 268

IDUUWII 270

IEDOO_ 272

IEGO_ 276

IEN_ 278

IES 281

IIAS IBOZOO UU AIOOYEEDOO_ 283

INNUO_ 285

IOAGUOEME_ 287

IOAWOO_ 289

IOWAA_ 292

ITOA_ 294

IUMMA_ 296

IWOO_ 298

IKSI 301

IKSIMOO_ 304

IKSWEE_ 307

IYOAEE BOO_ 310

KAAÏOEMMII 312

KEAWAEA_ 315

KEAI 317

KEOYEEDOO_ 320

KOAEE_ 322

LAIAA_ 324

LEIYO_ 327

MIIBAYEAAO_ 332

OBUANAA_ 334

NAWEE_ 338

NIIO_ 340

NOA_ 346

NUUGII 348

NUUYAA_ 350

OA_ 352

OAK OEI 354

OANEA OI-OI-O_ 357

OAWOOLEA_ 359

OAWOOLEA UEWA OEMM_ 361

OAWOO_ 362

OAXIIBOO_ 369

OBEE_ 370

ODU GOOAA_ 372

OEE_ 377

OEM_ 379

OEMBUAW_ 383

OEMMII et OEMII 387

OEMMII OYAGAA GAEOAO AIOOYAAO OEMII UIAA OEMII EABAYO WAAM .... IIA_ 397

OEMIIWOA_ 400

OERUU_ 403

OEBUMAEOEMII 405

OGIA_ 408

OGOKOA_ 411

OIKSIOOWOA_ 414

OKSOEEOIADUU_ 418

OOLEA_ 421

OMGEEYIE_ 424

ONAWO_ 427

OOAYE SAUUA_ 430

OOL 435

OOLGA_ 437

OUDEGSIENOO_ 440

OULIOOA GIIA_ 443

OUXI 446

OIXIIXI 450

OXUO_ 454

NUUYAA_ 457

TAU_ 459

TAXEE_ 463

ETERROEWAEN_ 467

TOA_ 470

UAMII 472

UEWA_ 477

UIA_ 481

UIW_ 484

UIWIUTAA_ 491

UMMO_ 495

AELEWE_ 499

GAIAO_ 506

TAEEDA_ 511

UMIAE_ 514

UNAWO_ 517

UNNIEYAA_ 522

UO_ 529

OOAMAII 533

UOUORAA_ 537

URAA_ 540

URAAIWOO_ 543

UAA_ 546

UUDIE_ 553

UUGEEYIE_ 557

UULAXAA_ 560

UULAYA_ 565

UULIBOO_ 569

UULIXINAA_ 573

UULNII 577

UULODAXAABII 580

UULODOO_ 585

UULUEWA_ 589

AGIADAA_ 593

UUWUUA_ 598

UYIEXAA_ 602

WOAT_ 607

WAAM_ 611

WOA_ 615

WOALA_ 619

WOI 622

WOODO_ 625

XAABII 628

ABIIUANAA_ 637

SAAKSADOO_ 641

KSAIUU_ 644

SANMOO_ 647

KSAKSOOU_ 655

XEE_ 658

XII 662

XIIXIA_ 665

XOIMA_ 669

KSOODI 673

GSOOGU_ 680

KSUU_ 683

YAAKSAIUU_ 687

YIE_ 690

YIIEAGAA_ 695

ANNEXES 697

ANNEXE-2_ 702

ANNEXE-3_ 704

Langage du peuple d’UMMO : Jeux de piste musical 706

 

 


 

À la découverte du langage Oummain

 

 

Les quelques 1 400 pages de documents Oummains connus contiennent des « mots » inconnus qui ont résisté à l’analyse depuis un demi-siècle et de nombreuses tentatives de décodage…

 

– Vous avez aussi évoqué la possibilité que les « mots » du langage Oummain contenus dans les documents soient la clé d’authentification des documents, pourriez vous nous expliquer cela ?

 

Le premier point est que les « mots » oummains ne peuvent-être écrits que phonétiquement en langue terrestre, car leur écriture originelle telle quelle présenté dans les documents est fondée sur une codification d’idéogrammes avec des correspondances conventionnelles, probablement conceptuelles. Sans ces indications de correspondance entre un idéogramme et sa valeur conventionnelle, il est donc impossible d’en faire le décodage. Par contre, l’écriture phonétique d’un « mots » oummain est possible. Compte tenu de la forte équivalence entre l’orthographe et la phonétique espagnole, ce pays est choisi pour initier l’expérience de communication écrite avec des terrestres. Ce sont donc les modalités d’une expérience.

 

Le second point est l’authentification des documents eux-mêmes. Ils sont dispersés à de multiples destinataires. Le déchiffrage des « mots » Oummains nécessite de réunir de nombreuses lettres. Pour « casser » le code il fallait impérativement une action collaborative de collecte des documents. In fine, lorsque l’on réuni suffisamment de documents, alors on peut les analyser et au final d’authentifier les documents ; et donc identifier la présence discrète des Oummains sur le sol terrestre. Je pense donc que les documents ont été volontairement distribués avec une « serrure », charge aux terriens d’en trouver la clé.

 

75-ideogrammes

 

– Vous travaillez plusieurs années sur ces « mots » inconnus contenus dans ces documents et ce travail apporte-t-il des indications supplémentaires ?

 

Les quelques 250 documents Oummains connus qui constituent plus de 1 400 pages font référence à une logique tétravalente. Celle-ci s’applique de manière cohérente 50 années durant à tous les sujets abordés dans les documents. Dans les documents traitant de logique et de mathématiques, mais aussi dans l’imposant corpus de cosmologie, dans les exposés de nouveaux paradigmes de physiques, et encore dans le langage codifié contenu dans les documents… mais, les personnes n’ont eu de cesse de décrier ce corpus semblent aussi avoir manqué cet aspect du canular…

 

– Quelle est la particularité de cette logique tétravalente ?

 

Il y a deux points particuliers. Le premier est que sur notre planète ce type de logique était commun dans l’Antiquité en Europe avant Aristote  au ive siècle avant J.-C., et en Asie en particulier dans la culture bouddhique sous le nom de tétralemne. Le deuxième point particulier de cette logique tétravalente porte sur le fait que les mathématiques modernes et toutes nos technologies se sont développées uniquement sur la logique Aristotélicienne, c’est-à-dire une logique bivalente, binaire, du Vrai et du Faux, suivant le principe du tiers exclus. Par le fait, il n’y a pas eu de développement de la tétravalence sous une forme mathématique classique avant 2002-2003 par Alban Nanty et Norman Molhant. Tous ces développements sont inédits et très récents.

 

– Donc les sujets abordés dans les documents, les concepts qui y sont développés et cette logique tétravalente sont hors du commun et parfaitement cohérents entre eux. Y-a-t’il d’autres éléments de cohérence ?

 

Oui, on peut aussi noter le système de numération utilisé par les Oummains. Ce système numérique présente de nombreuses caractéristiques communes avec les systèmes numériques terrestres, tout en étant totalement spécifique et inédit. La représentation symbolique des chiffres est associée à une construction structurée des nombres de droite à gauche, comme nos actuels nombres d’origine indienne. La très grande similitude de ces 2 systèmes de numération est à la fois prodigieusement étonnante et pourtant quasi inéluctable, si l’on considère que les moyens d’élaborer des systèmes complexes d’opérations laissent finalement peu de possibilités pour la composition de la structure de base du système numérique. Hormis les symboles des chiffres 0, 1, 2, 3, 4, 8 et 12 que l’on peut trouver dans des cultures ancestrales terrestres très diverses, les autres chiffres sont des graphismes simples et pourtant inédits ! le système de numération utilisé par les Oummains présente une étonnante cohérence culturelle historique et anthropologique, ainsi qu’une extraordinaire cohérence sémantique avec les représentations graphiques conceptuelles : le graphisme des chiffres correspond au sens des concepts imbriqués de leur mot !

Ces époustouflantes cohérences sur tous ces périmètres, suffisent à trahir une intelligence de fonds qui va bien au-delà de la simple réalisation d’un système de numération anecdotique...

 

– Pour vous cette stupéfiante cohérence de tous ces sujets marque la signature d’un groupe culturellement homogène, et de quelle nature est précisément ce langage utilisé entre eux ?

 

Ces personnes ont en effet utilisé un langage vraiment très singulier. Le corpus contient environ 7 500 occurrences de « mots » revendiqués comme émanant de la civilisation extraterrestre Oummaine. Les efforts de décodage de linguistes universitaires espagnols, et les multiples études qui suivirent restèrent infructueux. Il fallu attendre 2002 pour que Jean Pollion ait une piste de recherche dans Ummo : de vrais extra-terrestres, puis de 2003 à 2005 pour que moi-même, je parvienne à réaliser le décodage exhaustif de ce langage codé dans cet ouvrage.

En voulant vérifier ce qu’affirmait mon prédécesseur, j’ai été conduit à tout analyser en détail. Par le fait, le concept « d’atomicité » qu’il avait détecté, s’avéra-t-être en réalité beaucoup plus complexe…

 

Les « mots » cachaient une structure hiérarchique imbriquée basée sur des concepts strictement phonétiques. Cette découverte me permis enfin d’obtenir une lecture méthodique et souvent claire de ces « mots » énigmatiques.

Les limites de la compréhension étant dues au fait qu’un second niveau de langage se superpose au premier et en complète alors le sens plus précisément. Nous n’avons pas assez d’éléments actuellement pour décoder ce second niveau de langage, mais nous savons qu’il permet de finaliser le sens des « mots » du premier niveau.

 

Donc, depuis 2003, j’ai rédigé une étude complète dans des Notes de recherche en édition privées et gratuites sur mon site Web. De plus grâce à une petite équipe d’amis, nous avons pu mettre en ligne une Base de Données des « mots » oummains avec leurs analyses sémantiques approfondies. Ce travail montre que dans tous les documents du corpus connu depuis 40 ans, les mots oummains de ce langage de premier niveau ont une structure qui est intrinsèquement identique.

 

– Vous avez donc trouvé la structure intrinsèque des « mots » oummains. Pourriez la décrire simplement ?

 

Depuis les documents les plus récents jusqu’à ceux émis quarante ans plus tôt, tous sont composés d’une succession de phonèmes primaires conceptuels et imbriqués du majeur au mineur, comme des poupées Russes… mais, quelques esprits « perspicaces » y verront sans doute là, encore un coup du KGB !  La codification des « mots » est unique au monde :

 

 phonétique (en lettres latines),

 conceptuelle,

 fonctionnelle,

 hiérarchisée par imbrication de concepts primaires.

 

– Est ce que l’oummain ne pourrait pas provenir du chinois ?

 

La question méritait d’être posée et Godelieve Van Overmeire en a cherché des points communs en 2000. Il y a une vague similitude entre le chinois et l’oummain, mais vraiment très vague, car le seul point commun serait l’utilisation des concepts pour former les mots. L’analyse approfondie du sinologue Johannes Gehrs a très clairement montré que l’oummain ne provient pas du chinois dans un article d’Inforespace n° 103 en décembre 2001 intitulé Le langage des Ummites : du chinois ? La réponse est donc catégoriquement, non. Ce que je confirme par ailleurs, car le langage Oummain est basé, comme je l’ai montré, sur des concepts phonétiques primaires hiérarchiquement imbriqués du majeur au mineur. Absolument rien de cela dans le chinois. Et il n’existe à ma connaissance aucun langage terrestre strictement de cette nature…

 

– Donc ces « mots » ont une structure intrinsèque inédite et existe-t-il une cohérence avec le contenu des documents ?

Oui, ce qui aussi vraiment très étonnant à la lecture de ces milliers de pages, c’est que tout parait d’une extrême cohérence. Et cette cohérence n’est pas superficielle. Le positionnement ontologique des concepts primaires « E » et « O » explicitent précisément les notions de « concept » et « entité », deux notions nécessaires et en phase avec les concepts cosmologiques d’une part, et la logique tétravalente d’autre part. J’explique très en détail ces points dans le chapitre « le positionnement ontologique des concepts primaires ».

– Mais quel serait l’intérêt de créer et tel langage ?

 

C’est une bonne question, pendant 40 ans un groupe manipulant une logique tétravalente inédite, aurait aussi utilisé un langage, inventé de toute pièce avec une structure exceptionnelle qui n’avait jamais été découverte auparavant, en cohérence avec cette  logique tétravalente, en cohérence avec un modèle cosmologique inédit qui explique les voyages interstellaires, et d’une manière générale en cohérence avec la totalité des mots du corpus… et donc tout cela sans que personne ne puisse dire à qui ou à quoi cela pourrait servir !

Évidemment vous avez aussi noté que la quantité de travail sous-jacente à la réalisation d’un corpus cohérent de cet ampleur est donc réellement extraordinaire et titanesque… mais donc sans plus de motif.

 

Cet ouvrage fait la démonstration que les auteurs des documents ne sont pas des chercheurs terrestres, mais bien extra-terrestres ! Ils nous permettent d’enrichir nos connaissances et au passage d’atteindre un certain niveau de compréhension de leur langage conceptuel et fonctionnel. Bien qu’il soit assez difficile de concevoir, à chaque fois, le sens précis de chacun de leurs mots conceptuels et fonctionnels avec nos esprits habitués à nos langages terrestres où généralement les mots désignent des objets ou des concepts d’objets.

Leurs « mots » sont phonétiques et composés de concepts primaires ; le sens du « mot »  naît de l’imbrication successive de ces concepts primaires en suivant une logique fonctionnelle. La cohérence des idées, de la logique et des mots, émerge de manière frappante de l’ensemble du corpus, dès que l’on a compris les règles qui président à la lecture de ces mots. C’est une des clés principales de ce dossier et cette avancée dans le domaine linguistique contribue à la maîtrise d’un paradigme de l’univers radicalement nouveau en ce début de troisième millénaire.

 

– Pensez vous que ces documents puissent être exploitables à des fins scientifiques ?

 

Oui et non. Non, pas directement, car si les concepts sont exceptionnels, rien n’est dit sur leur mise en œuvre ou sur les moyens d’applications concrètes et  immédiates. Et oui, car pour une part non négligeable, certaines idées exposées dans le milieu de ces années 60 années ont trouvées de nos jours leur concrétisation. A titre anecdotique, l’idée à l’époque très avant-gardiste d’une sorte de graveur de Cd-ROM décrite dans le document D66 de 1967, fait maintenant partie du quotidien…

76_graveur_CDrom

76_graveur_CDrom_suite

Sorte de graveur de CD-Rom décrit en 1967 — réf. D66

 

– Pensez-vous donc que le phénomène ovni et le dossier Oummo en particulier, sous-tendent une remise en cause de la politique planétaire ?

Oui, le temps est venu que tous les citoyens de cette planète réagissent…

 

 

L’état de l’art

Environ quarante ans après la première diffusion de textes Oummains en Espagne, cet ouvrage explique de manière détaillée et complète, la logique des mots Oummains. Cette explication est basée sur les résultats des analyses sémantiques de plusieurs milliers d’occurrences de mots analysés par comparaisons croisées et représentant à ce jour environ 90 % de la totalité des mots des textes connus et à terme la totalité.

 

L’analyse sémantique a pour objectif d’expliciter le sens des mots, pour améliorer la compréhension détaillée des documents. Le périmètre de ces explications concerne le langage de premier niveau, sachant qu’il existe deux autres niveaux de langage. Il n’est pas question ici d’expliquer les deux autres niveaux de langage Oummains qui sont hors de notre portée actuellement. Ce langage de premier niveau « DU-OI-OIYOO (on peut le traduire par langage de liaison) utilise […] des groupes de (esp : Voces) phonèmes liés ou connectés qui représentent des concepts, des valeurs et des objets concrets et même des idées complexes ordonnées. (D 77 : LE LANGAGE ET NOTRE LOGIQUE) »

 Depuis 1966, le langage des Oummains est un mystère. Les premières recherches furent totalement infructueuses. Ignacio Darnaude effectua un travail de compilation important pour les recherches qui allaient suivre. Les premiers éléments de compréhension ne seront trouvés qu’en 2002.

 

Après les recherches mathématiques de Gottlob Frege qui conçut une écriture conceptuelle en 1879, le mathématicien, prix Nobel de littérature, Bertrand Russell associé a Alfred North Whitehead, poursuivit ce travail dans Principia Mathematica en 1913. Ils cherchèrent à montrer que la logique engendre les mathématiques. Puis Bertrand Russell développa cette approche en effectuant des « études profondes sur la sémantique (D87) » dans la Philosophie de l’atomisme logique en 1918, où comme l’indique Michel Seymour, Russell cherche à montrer que les expressions analysées peuvent être décomposées en des expressions plus simples appartenant à une réalité extra-linguistique se présentant directement dans l’intuition (intellectuelle ou sensible), c’est-à-dire des fonctions ou des concepts. Bien qu’il n’y ait pas dans ces travaux de notion explicite de concepts primaires, il s’agit néanmoins des prémices à l’établissement des bases de la logique d’un langage conceptuel et fonctionnel. Ce travail fut poursuivit par Ludwig Wittgenstein jusqu’en 1953.

 

75d-principia75e-Russell1907-2

Bertrand Russell, philosophe et logicien.

 

En 2002, suivant les indications des Oummains, M. Pollion identifia le principe de l’atomicité des concepts de Bertrand Russell au sein des mots. Le langage de premier niveau des Oummains était d’un type que je qualifierais donc de « Russellien », c’est-à-dire avec des mots qui sont des représentations conceptuelles et composés de fonctions de base (cf. l’analyse sémantique de DU-OI-OIYOO). Ceci correspondait bien au fait que les Oummains nous indiquaient que les « groupes de (esp : Voces) phonèmes liés ou connectés représentent des concepts, des valeurs et des objets concrets et même des idées complexes ordonnées » (D77).  

 

En 2003, j’ai pu montrer que le principe de l’atomicité s’appliquait à des concepts primaires qui étaient uniquement phonétiques, alors que M. Pollion pensait que chaque orthographe devait être associée à un mot de sens différent. Ceci avait pour conséquence d’obtenir des résultats polysémiques inexploitables.

 

J’ai ensuite montré en 2004 que les concepts phonétiques primaires avaient une structure hiérarchique et imbriquée, ce qui était là, la clé pour le décodage des mots.

 

Enfin, en 2005, j’ai finalisé la détermination des valeurs des concepts phonétiques primaires et réalisé in fine le décodage des mots.

 

 

 

Les objectifs de recherche initiaux

J’ai été conduit à cette recherche par le « hasard et la nécessité » et il m’est aujourd’hui aisé de conclure que l’Homme sait enfin qu’il n’est pas seul dans l’immensité collective et solidaire du Cosmos. Ma recherche sur le langage a débuté dans la perspective d’infirmer ou de conforter diverses idées et hypothèses qui seront présentées dans un ouvrage à suivre.

 

J’ai pensé que si les mots étaient composés de concepts primaires, nous devions nécessairement retrouver par l’analyse des mots des détails non explicités dans les textes.

Il fallait donc chercher à décoder les mots d’une manière méthodique claire et fiable. D’où la mise au point durant l’été 2003 d’une première méthode basée sur la lecture des mots avec l’utilisation de la relation « a » entre les lettres-concepts des mots. Ça « marchait mieux » comme ça, et je constatai ainsi une première erreur patente sur la définition du concept primaire « I » proposé par M. Pollion. Fin 2003, comme plusieurs personnes le pressentaient également, je conclue formellement que les mots étaient phonétiques. Je constatai donc que le travail de mon prédécesseur ne pouvait plus apporter de réponses aux questions qui se posaient. Ainsi va la vie de la recherche…

J’élaborai alors une nouvelle méthode, basée cette fois sur l’ensemble de la problématique en repartant du principe « des concepts atomiques » brut. Puis, après l’analyse de la base de données des mots, j’ai été conduit à reconsidérer encore cinq autres concepts primaires. Enfin, avec cette version de l’analyse sémantique généralisée une autre étape est franchie et les fondements me paraissent maintenant établis. Même si certains mots « sont extrêmement synthétiques, [...], ce qui rend très compliqué leur décodage… », mes objectifs de recherche initiaux sont atteints. Il a été possible de lire des « mots » censurés et comprendre plus clairement certains concepts scientifiques, et constater l’adéquation entre l’expression des « mots » et ce qui était décrit globalement dans les textes. Et dans certains cas, le déchiffrage me permis de découvrir des choses inconnues… (cf. Comment l’analyse des mots d’une exocivilisation permet des découvertes révolutionnaires)

Le langage dans les textes oummains

D21 : « LANGAGE ET CARACTÉRISTIQUES

Les mots notés dans ce document sont des expressions graphiques approximatives de leur phonie réelle. »

D 77 : « LE LANGAGE ET NOTRE LOGIQUE

Notre premier objectif de notre pensée fut d’élaborer des bases dialectiques, une logique qui fût indépendante du langage, de la langue. Ceci était d’une importance vitale si vous tenez compte du fait que notre forme d’expression est bisynchrovalente et que la codification verbale de la pensée en deux modes d’expression capables d’être phonétiquement simultanées (l’une par un mécanisme linguoguttural semblable aux langages de la TERRE, et l’autre par un code qui implique des répétitions séquentielles des phonèmes) »

« Le premier, DU-OI-OIYOO (on peut le traduire par langage de liaison) utilise des idéogrammes dans leur expression graphique et des groupes de (esp : Voces) phonèmes liés ou connectés représentent des concepts, des valeurs et des objets concrets et même des idées complexes ordonnées.  C’est un véhicule qui sert pour converser de questions routinières (langage domestique, technique, macrosocial vulgarisé). ».

 NOTE 4 : « … ce type de langage on n’utilise pas « des vocables ou des mots « : les propositions s’encodent en agglutinant les composants de la phrase (sujet, prédicat et verbe comme vous diriez) en forme de proposition codée. »

« Ainsi la proposition « cette planète verdâtre paraît flotter dans l’espace «, serait exprimée dans notre langage topique (DU-OI-OIYOO) de la manière suivante : AYIIO NOOXOEOOYAA DOEE USGIGIIAM »

Ref.document 104-1 : « Les paragraphes autonomes signalés entre guillemets sont un décodage littéral, repris le plus fidèlement possible du rapport original. Cette précision de la version en langage qui vous est familier, s’entends avec les additions grammaticales et sémantiques qui la rendent intelligible, puisque nos textes sont extrêmement synthétiques, dépourvus de la morphologie orthographique qui vous est familière, ce qui rend très compliqué leur décodage sans une addition préalable de formes verbales, d’adjectif, etc. »

D 541| T13 — 73/77

« Comprendre notre langage est difficile pour vous autres, car normalement nous superposons au sein de la même série de phonèmes, deux flux simultanés d’expression. La modulation de ces sons et la répétition de phonèmes n’est pas redondante mais elle constitue un cours d’idées distinct de celui exprimé par la prononciation des mots et leur ordonnance. »

D 41-1 :

« Nous tenterons par tous les moyens de vous figer en graphie espagnole l’image acoustique de nos expressions, bien que dans la majorité des cas nos phonèmes peuvent être rendus par plusieurs expressions graphiques. »

Traductions automatiques

Les documents Oummains ont pour caractéristiques d’être écrits avec un niveau de vocabulaire et d’orthographe nettement supérieur à la moyenne des textes usuels, ceci tant en espagnol qu’en français. Ceci suppose des rédacteurs possédant une très grande maitrise de ces langues…

En 1968, l’armée américaine met au point le premier traducteur automatique de Russe à Anglais, son utilisation reste très restreinte… Et il est surprenant de constater que depuis 1966, il semble que nos amis d’outre espace utilisent des traducteurs automatiques pour traduire dans les deux sens le français, l’espagnol et une dizaine d’autres langues cités dans les documents. Le résultat vérifiable est que les documents Oummains sont toujours traduits avec très peu de d’erreurs et de déformations…

Amusez-vous donc à vérifier ! Prenez n’importe quel traducteur automatique et comparez les résultats de la traduction automatique d’un texte pris au hasard et d’un texte Oummain…

Le contexte physiologique

Ma conviction est que la proximité du timbre sonore de l’espagnol avec la langue des Oummains et l’orthographe quasiment phonétique de l’espagnol ont permis la mise en place d’une expérience de communication écrite dans cette langue en priorité.

D108 : « Trois de nos frères parmi les déplacés d’UMMO sur Terre à cette époque s’étaient spécialisés pendant leur séjour en France à l’étude de la phonétique comparée des langues de racine latine et pouvaient parler avec une aptitude acceptable des langues comme le roumain, l’espagnol, le catalan, le sépharade et l’italien.

Malheureusement l’un d’eux avait (comme c’est très normal parmi les Oemii d’UMMO) ses cordes vocales atrophiées ce qui constituait un risque de plus à surmonter bien que nos dispositifs d’amplification acoustique rendent irreconnaissable un tel défaut par un humain peu observateur. »

Initialement, cette communication c’est faite par l’intermédiaire de divers dactylographes espagnols. Les Oummains ont donc transposé leur langage de premier niveau sous forme de mots écrits phonétiquement. Pour écrire ces mots, ils ont respecté le principe structurel de leur langue fonctionnelle en associant à chaque phonème de leurs mots, un phonème espagnol proche. Ils ont donc créé spécialement pour nous une sorte de métalangue en lettres latines qui respecte la structure originale de leur langue.

 Suivant les indications que nous avons, la phonation des Oummains est différente de la nôtre, par la faible amplitude de sa bande passante. L’atrophie des cordes vocales des individus adultes est suppléée par un dispositif artificiel. Les possibilités de modifications génétiques ayant été considérées comme étant contraires à l’éthique de la civilisation Oummaine. Le faible volume sonore a probablement pour conséquence directe, que les Oummains palient par une audition plus sensible que nous aux inflexions toniques de faible amplitude. Pour conforter ce point, il faut noter qu’un expéditionnaire Oummain, était capable d’identifier, simplement par l’audition, les différents caractères frappés sur une machine à écrire mécanique par leur dactylographe (E27 : « il avait remarqué que chaque touche avait un son différent »). En conséquence, il est possible que là où nous identifions un seul son, les Oummains puissent identifier deux sonorités bien distinctes. Cela contribue à expliquer les nombreuses variations « orthographiques » pour un même mot phonétique. (voir les schémas de synthèse)

Les idéogrammes Oummains

D 77 | T1- 85/86 :

« Le premier, DU-OI-OIYOO (on peut le traduire par langage de liaison) utilise des idéogrammes dans leur expression graphique... »

L’écriture du langage de premier niveau Oummain est donc idéographique. C’est le seul point commun avec les écritures asiatiques et chinoise en particulier. L’on peut raisonnablement imaginer que la codification de ces idéogrammes se fait avec des correspondances conventionnelles, probablement conceptuelles. Sans ces indications de correspondance entre un idéogramme et sa valeur conventionnelle, il est donc impossible de faire un décodage.

 

D731

T13-44/72

Contexte

Idéogrammes originaux

Mot Oummain

associé

S731-s1

Chaque B.B expédie aussi ses idées universelles, sentiments collectifs, inductions grégaires, idées patrons morales, etc. à tous les OEMMII. OUI, les lois morales sont donc « écrites » avant l’Envoyé de WOA [prophète] sur chaque planète à biosphère intelligente.

Le WAAM a une masse infinie qui se divise en parties égales en MASSE DE MATIÈRE et MASSE d’ANTIMATIÈRE. Son rayon est constant et il ne possède pas de masse imaginaire. La vitesse du photon en son sein est infinie.

BUAWEE BIAEI

WAAM UU

S731-s2

La mort de l’OEMII coïncide donc avec la désintégration de l’OEMBUUAAW [IMG] (les atomes de Kr retournent à leur comportement quantique)

B.I. = BAA IYODUHU (Facteur d’union entre B.B.
et les chromosomes [IMG])

O. = OEEMBUUAW (Facteur de krypton qui unit B.B. avec l’encéphale d’un OEMII [IMG]

OEMBUAWE

BAAIODUU

S731-s3

le cerveau reçoit :

– des INSTRUCTIONS ; (Information directrice de l’Âme)

 BUAWAA

WAAM U

S731-s5

l’UIWW représente l’unité de temps utilisée dans l’antiquité sur OYAAUUMMO, qui équivaut à environ 185,5 secondes de la Terre

UIW

S731-s6

UN EFFET FRONTIÈRE DISPARAÎT donc,
et apparaît un quatrième EFFET « leeiyo WAAM »

90-ideo

LEEIYO

S731-f16-01

A gauche de « Information totale »

Représente la sagesse divine

WOA 

S731-f18

Signature probable :

AOXIIBOO 3 (fils de) IRAA 6

 

WOA 

Un langage écrit en phonétique

Les mots du langage de premier niveau utilisés dans les textes Oummains sont constitués par une « série de phonèmes » et « les mots notés dans ce document sont des expressions graphiques approximatives de leur phonie réelle ». Explicitement les Oummains
indiquent que leur phonèmes peuvent, évidement, être écrit avec diverses orthographes
 : « dans la majorité des cas nos phonèmes peuvent être rendus par plusieurs expressions graphiques ». Les Oummains nous indiquent donc que les mots sont écrits phonétiquement en espagnol avec diverses « orthographes ».

D357-2 : « Le nombre de lettres écrites signifie que dans notre phonétique nous étirons ces sons »

De plus il y a donc une règle de répétition double ou parfois triple de la même lettre pour indiquer des sons longs. Cette écriture strictement phonétique des mots peut donner plusieurs possibilités d’ ‘orthographes ». En plus des diverses possibilités de orthographes, les textes anciens étaient dictés à des dactylographes qui introduirent de multiples déformations (confusion de sons proches, erreurs de frappe, etc.). La phonétique des mots était contrôlée, mais initialement il n’avait pas de norme « orthographique ». L’ensemble des écritures phonétiques d’un mot et ses déformations, est un ensemble de j’appellerais de « distorsions orthographiques » d’un mot Oummain oral original. Les documents récents semblent respecter une norme orthographique plus rigoureuse en adéquation avec la phonétique de la langue utilisée.

Indications dans les textes

D357-2 (Esp) : « l’Âme Collective ou BUAUe BIAEII (le “e” se prononce comme une synthèse de A et E [NdT [FR] : “é”]) »

NR18 (FR) : « OMGEEYIE (prononcez “omghéèyié”) »

D21 (Esp) : UM-MO (le « U » très fermé et guttural [ndt (FR) : « ou »], le M pourrait s’interpréter comme un B)

D32 (Esp) : Il en est de même pour les JOURS et ANNÉES. Il faut supprimer toute équivoque à ce sujet. Sur UMMO nous utilisons le phonème XI ou SI (il est difficile de trouver les lettres appropriées) qui signifie CYCLE, ROTATION ou RÉVOLUTION qui a une double acceptation. C’est-à-dire qu’il s’agit de ce que vous appelez un mot homophone. Avec le mot « XI » ou « CSI » nous exprimons aussi bien la rotation d’UMMO sur son axe (un jour) que celle par exemple d’une roue.

D41-3 (Esp)  : « Ayez à l’esprit que la période de rotation sur son axe de notre planète UMMO est de un XII (lisez SII) »

D70 Envoyée de Paris — dictée par XOODOU-7

Les mots suivis de (*) sont en français dans le texte original et plusieurs éléments prouvent l’origine d’un dactylographe français (Rivera au lieu de Ribera, par exemple). « … graphisme qui nous est familier, OUMO (“m” prolongé pour la prononciation)… »

D 69-3 (Esp) : « … le phonème XOOGU (le G se prononce comme un H aspiré) (NdT FR : “sogou”) s’applique à tout un système. »

D 58-4 (Esp) « … et que nous appelons BAAYIODUU (le Y est presque muet et le D peut être pris comme un Z très doux [ndt FR : “ds”]). »

 

 

Tableau de l’alphabet phonétique

Afin d’éviter les confusions phonétiques, voici d’abord un tableau qui donne la phonétique française associée aux orthographes espagnoles possibles. Ensuite, l’on peut identifier le phonème espagnol signifiant de référence.

 

Phonème en orthographe française

Orthographes françaises possibles

Orthographes

espagnoles possibles

Phonème espagnol « signifiant »

a

A

A ou E

le « e » se prononce comme une synthèse de A et E

A

Entre b et v

B ou V

M ou N ou V ou B

le M pourrait s’interpréter comme un B

B

Entre ds et ts

ou z très doux

D ou T ou S 

D ou T ou Z ou S

le D peut être pris comme un Z très doux

D

w é

E

E

E

é long

EE

EE

EE

gu

G ou GU

G

le G se prononce comme un H aspiré

G

i

I

I

I

i long

II ou Y ou IE

II ou Y

II

k

K ou qu ou c

K

K

l

L

L

L

m

Proche n

M ou N

M ou N ou V ou B

le M pourrait s’interpréter comme un B

M

n

Proche m

N ou M

M ou N ou V ou B

le M pourrait s’interpréter comme un B

N

o

O

O

O

Entre r et r long

R

R ou G

R

s

S ou SS ou ç

S, Z, X

S

Sd ou st

ST ou SST ou çT

SZ, SD, ST

SD

Entre t et ds

D ou T ou S

D ou T ou Z ou S

T

ou

OU

U

le « U » très fermé et guttural

U

ou

OU

UU

UU

we

W

W

W

Ille

Y ou II ou IE

Y ou II

Y

Y

presque muet

Y

Y

le Y est presque muet

Y

xs, gs, cs, ks

X ou GS ou CS ou KS

X ou GS ou CS ou KS

G + S ou K + S

Entre ds et ts

ou z très doux

DS ou TS ou SZ

DS ou TS ou Z

le D peut être pris comme un Z très doux

DS

oi

WA ou OUA ou OI

WA ou UA

W+A ou U+A

Quelques exemples de phonétique anglaise

D27 1966 ESP : YU 1, fille de AIM 368

D28 19/03/1966 ESP/ANG: YOO 1 daughter of AIM 368

 NR18 FR : Oummain… Nous utilisons indifféremment et par ordre préférentiel les termes ooman, oomoman, oomoan dans nos correspondances avec vos frères anglophones.

Une philosophie « fonctionnaliste »

Il n’y a aucune ambigüité sur le fait que le langage Oummain est sous-tendu par une philosophie « fonctionnaliste » :

D33-1 : « Notre pensée a toujours été guidée par une orientation qui a une vague analogie avec le Pragmatisme du Philosophe terrestre John Dewey. Nous mesurons toute connaissance avec une échelle dont le niveau le plus élevé est occupé par la fonctionnalité. »

Dans les langues occidentales la fonctionnalité est principalement décrite par les verbes. Ainsi, si nous devons exprimer la principale fonctionnalité d’une roue nous dirons qu’elle « tourne », pour un véhicule il « se déplace ».

Pour décrire un concept fonctionnel de « roue » nous devrons donc exprimer la fonctionnalité d’une manière conceptuelle. Autrement dit, le concept de « tourner ». Nous pouvons dire que « tourner » est un concept de « rotation », c’est à dire d’une manière plus générale encore, « une période d’un cycle ».

Pour décrire fonctionnellement un véhicule, en tant qu’objet, je pourrais dire que c’est « un objet qui déplace des choses » ou « un objet qui produit un déplacement ».

Par contre, si nous voulons décrire un véhicule, en tant que concept fonctionnel, et non plus comme un objet, nous devrons alors dire qu’un véhicule est « ce qui est lié au concept de la génération d’un déplacement ». Dans ce cas, nous décrivons « véhicule » d’une manière indirecte par son principal concept fonctionnel.

Autre exemple, si nous voulons maintenant décrire la valeur 1, d’un point de vue fonctionnel. Nous pouvons par exemple dire que cela consiste fonctionnellement à « identifier une première occurrence ».

Les documents Oummains nous ont donc indiqués que leurs « mots » été écrits phonétiquement suivant une expression fonctionnelle, et qu’ils désignent « des concepts, des valeurs et des objets concrets et même des idées complexes ordonnées ». Autrement dit, les mots peuvent tout désigner.

Apprenez le langage Oummain !

Vous voulez apprendre à parler le langage Oummain ?

Vous voulez apprendre à compter en langue Oummaine ?

Nous allons ici vous exposer comment décoder vous-même le langage Oummain. Ainsi, vous pourrez lire, écrire ou compter comme le font les Oummains !

 La méthode présentée est aussi celle qui à permis le déchiffrage du langage Oummain. La méthode est très complète et répond à tous les cas de figure. Après une phase d’apprentissage détaillée, que la méthode est bien comprise et assimilée, son utilisation devient alors très simple…

La structure fondamentale des mots

104-1 : « nos textes sont extrêmement synthétiques, dépourvus de la morphologie syntaxique qui vous est familière, ce qui rend très compliqué leur décodage sans une addition préalable de formes verbales, d’adjectif, etc. »

La langue des Oummains ne comportant ni verbe, ni articles, ni pronoms, etc., il est presque impossible de la traduire directement. Il y a pour nous un obstacle intellectuel énorme directement liée comme nous l’avons vu, à la nature fonctionnelle des « mots » et au fait qu’ils ont en plus été écrits phonétiquement avec des « orthographes » variées. À cela, comme nous le verrons à la suite, il faut ajouter une certaine imprécision des mots due à une expression aussi fortement conceptuelle. Ajoutons encore, que nous ne connaissons la culture de nos visiteurs que par des documents papier. Tenter donc de comprendre ce type de pensée inédit, est le défit que doit surmonter l’analyse sémantique du langage de premier niveau.

Les « mots » oummains ne sont PAS des mots au sens habituel. Un seul « mot » conceptuel oummain exprime dans nos langues, l’équivalent d’une phrase complète. Cette phrase est constituée avec les petites « briques » de base que sont les concepts primaires. Il serait donc plus juste de dire « séquence imbriquée de concepts phonétique primaires » que « mot ».

Les mots sont écrits phonétiquement et chaque phonème correspond à un concept simple ou primaire. Chaque concept primaire est imbriqué avec le concept primaire suivant. L’imbrication est hiérarchique : du concept primaire majeur à gauche au concept primaire mineur à droite. C’est principalement l’imbrication qui donne le sens du mot. Comme dans toutes les langues le contexte est nécessaire pour finaliser le sens du mot.

J’ai donc expérimenté une méthode de décodage et de traduction des mots Oummains. Cette méthode avait pour objectif initial d’expliciter le sens des mots, pour améliorer la compréhension détaillée des documents. Sauf dans certains cas d’indétermination que nous traiterons plus loin, elle permet de déterminer le phonème-concept correspondant effectivement au contexte et à l’orthographe. La méthode générale prévoit de tester les orthographes des sons longs, des sons ambigus, et de vérifier si le résultat est cohérent ou pas avec le contexte. On effectue le décodage et la traduction finale du mot identifié pour chaque groupe de concepts. Au terme de l’analyse des mots je constate donc que :

 les mots sont bien phonétiques et non pas « orthographiques »

 Les mots résultent de l’imbrication des concepts phonétiques primaires

En corollaire :

 Un mot Oummain est comme un nombre. Il se lit de gauche à droite, du concept majeur au concept imbriqué mineur. Mais pour l’analyse nous devons décoder le mot dans le sens opposé, de droite à gauche.

 De chaque paire imbriquée émerge un sens qui est en relation avec le phonème-concept imbriqué supérieur.

 En conséquence, seules certaines orthographes sont signifiantes pour un phonème et non pas toutes les orthographes

Les concepts phonétique primaires

Les mots phonétiques sont composés de 17 phonèmes primaires possibles, suivant le principe « d’atomicité » de Bertrand Russell détecté par M. Pollion. Chaque phonème primaire associe un concept a priori fonctionnel. J’ai été conduit à redéfinir la majorité des concepts de phonèmes primaires initialement proposés. Ma méthode de détermination est empirique, et consiste à itérer par essais-erreurs. J’ai commencé par analyser un mot qui paraît simple et clair, tant pour notre compréhension usuelle que dans les documents Oummains. Ensuite j’ai testé le concept identifié sur des mots de plus en plus difficiles.

Par le fait que l’écriture du langage a été fait phonétiquement, les concepts primaires sont aussi strictement phonétiques. Ils associent un phonème, et non une lettre, avec un concept.

 

Concept primaire

Espagnol signifiant

(équivalent français en italique)

Concept fonctionnel général

Quelques applications du concept suivant la terminologie française

Remarques

a : A

Déplacement

• déplacement

• mouvement

• calculable
(déplacement de valeurs)

• process

Mot type : OA entité déplacée

Concept étendu faisant référence à la cosmologie (déplacements angulaires, déplacement par résonance, etc.)

a long : AA

Dynamique

• dynamique

• déplacement

• écoulement

AYUUBAA : D69-3 : (AYUBAA est un terme qui équivaut à « réseau » ou « structure » en liaison dynamique).

- les déplacements dans une topologie liée dynamiquement ont des interconnexions dynamiques

b : B

Interconnexion

• interconnexion

• nœud de réseau

IBOO : D81 : entre deux IBOO (nœuds ou centres)

– Identifie l’interconnexion qui a une matérialité.

– interconnexion matérialisée

Autrement dit, il s’agit d’un point d’intersection Euclidien ou matériel.

d : D

Forme

• forme

• apparence

• manifestation

é : E

Concept

• concept

• représentation mentale adimensionnelle (ensemble d’images mentales en relation)

• perception

• idée

é : EE

Patron

• patron

• modèle de conception

gue : G

Structure

• organisation

• structure organisée

i : I

Identification

• identification

• identifie

• identifiant

• unicité

L’unicité de l’identification est implicite, sinon il n’y pas d’identification.

i : II

Limite

• limite

• délimitation

• frontière

• membrane, etc.

que : K

Distance

• distance physique dans les 3D d’un cosmos

• distance abstraite

exemple de distance abstraite :
« distance culturelle »

le : L

Changement

• changement d’état

me : M

Jointure

• jointure

• somme

• addition

• jonction

me : MM

Indissociable

• jointure indissociable

• somme

• addition

• jonction, jointure dynamique

Les orthographes « M » et « MM » peuvent être phonétiquement distinctes et orthographiquement signifiantes :

« OEMMII » qui se prononce en français « oém » - « mi » (comme UM-MO)

et « OEMII » qui se prononce en français « oémi ».

ne : N

Flux

• flux

• transfert

• écoulement

o : O

Entité

• entité dimensionnelle

D41 : s’applique à ce qui est dimensionnel (avec des caractéristiques de temps et d’espace)

o : OO

Matière

• matière

r : R

Surapposition

• surapposition

• superposition

s : S

Cyclicité

• cycle

• alternance

• récurrence

• ondulation

• onde

• rotation

• répétition,

• série

t : T

Sens orienté

• sens orienté du temps

• orientation

ou : U

dépendance concrète
ou abstraite, par un lien ponctuel

• dépendance

• soumission

• influence

Relation de nature injective.

ou : UU

dépendance concrète
ou abstraite, réciproque, dynamique

• mutuellement dynamique

• dépendance dynamique

(U) dépendance « a » (U) dépendance

= La dépendance a une dépendance

= Dépendance d’une dépendance

= Dépendance dynamique

(Concerne les champs de force, une relation parent-enfant, la dépendance à la nourriture, etc.) exemple DUU : « attraction »

we : W

Génération

• génération

• générer

• émergence

• créer

• engendrer

• produire

ille : Y

Spatialité

• spatialité

• spatialisation

• topologie

• espace

Ordonnancement dans l’espace, surfaces, volumes.

L’imbrication et la relation de base « a »

Compte tenu des indications données par nos amis, je pense que le principe de lecture et de décodage des « mots » est au-delà de la méthode, mais correspond réellement à la sémantique des « mots » Oummains.

Chaque paire de concepts imbriqués se lit de gauche à droite, du concept majeur au concept imbriqué mineur, mais pour réaliser les analyses sémantiques nous devons décoder le mot de droite à gauche.

Afin d’effectuer une traduction, la relation entre deux concepts imbriqués peut être traduite en français par « a ». Bien sûr, le « a » n’est qu’un artifice de traduction qui ne sert qu’à hiérarchiser convenablement les concepts. Cette traduction de la relation par « a » permet donc un ordonnancement rigoureusement en suivant l’imbrication des concepts. Ceci est utilisé à la première étape de décodage des concepts Oummains en concepts français. Elle aboutit à une synthèse littérale. La seconde étape consiste à faire la traduction de la synthèse littérale en langue objet dans le contexte.

 

 

Avec Cn un concept phonétique primaire la relation de base est la suite récurrente suivante :

Cn + 2 = Cn + 1 « a » Cn

 

 

 

 

Le graphe de la relation de base des concepts

p110_structure_Cn

Graphe de la structure fondamentale des concepts phonétiques primaires

La négation

Il n’y a pas de négation, mais plutôt l’affirmation de l’absence exprimé par la valeur logique « rien-valeur fausse ». Ceci est exprimé par le mot ou segment EEDOO qui traduit la « le modèle ou la conceptualisation d’une forme matérielle », c’est-à-dire quelque chose dont on a seulement une représentation mentale.

Quelques exemples :

KEOYEEOO

IIAS IBOZOO UU AIOOYEEDOO

YAEYUEYEDOO

La multiplicité

Le doublement des séquences de phonèmes exprime la multiplicité, c’est-à-dire plusieurs fois quelque chose de fonctionnellement équivalent, mais qui n’a pas forcément la même nature. Il n’existe pas de marque du pluriel proprement dite.

Quelques exemples :

WOI WOI

WAAM WAAM

Les contractions orthographiques

Lors de la concaténation de deux mots en un seul, il peut y avoir une contraction orthographique. Par exemple dans le cas du mot UMMOEMMII qui est la contraction orthographique de « UMMO » — « OEMMII ». Cela résulte simplement de la phonétique.

La réflexivité

En espagnol, en général une lettre peut être associée à un concept et les Oummains nous disent avoir noté leurs sons longs par ce doublement de lettres.

La réflexivité conceptuelle est exprimée par le doublement du phonème primaire. Elle traduit en général la « dynamique ». Quelques exemples (voir le détail dans Concept primaires) :

a. (U) dépendance « a » (U) dépendance

• La dépendance a une dépendance

• Dépendance d’une dépendance

• Dépendance dynamique

Cette dépendance peut être qualifiée de concrète ou abstraite.

 

b. (I) identification « a » (I) identification

• L’identification a une identification

• L’identification d’un « côté » a une l’identification de l’autre « côté »

• Limite, frontière

c. (E) concept « a » (E) concept

• concept du concept

• modèle ou patron mental

d. (O) entité « a » (O) entité

(voir Les concepts primaires « O - entité » et « OO - matière »)

• L’entité a une entité

• Entité massique

• Matière

L’opérateur « et »

Lorsque le concept « (M) jointure » est en relation avec deux concepts ou segments identifiés, imbriqués et mineurs, (attention, il ne s’agit pas forcément de concepts de base), le (M) casse la hiérarchisation conceptuelle imbriquée. Les deux premiers concepts se retrouvent à un même niveau puisqu’ils sont « joints » sur un même plan. Dans ce cas le concept « (M) jointure » agit comme l’opérateur « ET ». La résultante de la jointure est le concept supérieur (C4 dans l’exemple ci-contre) :

Exemple pour OMGEEYIE le concept de « couple » désignant un objet : (O) est l’entité constituée par la jointure d’un GEE et d’une YIE.

 

(C4) « a » [(M) « a » [(C1) « a » (C2)] =

(C4) « a » [la jointure a [(C1) « a » (C2)] =

(C4) « a » [(C1) « et » (C2)]

 

Le concept (M) « jointure » est inclusif, alors que le concept (U) « dépendance » est une relation non inclusive.

Les orthographes (M) et (MM) peuvent être phonétiquement distinctes et orthographiquement signifiantes, par exemple :

 

 « OEM-MII » qui se prononce en français « oém » — « mi ». Ici le premier (M) termine un segment logique et est consécutif à deux concepts.

 et « OEMII » qui se prononce en français « oémi ». Ici nous avons un (M) simple, le (II) est lié au concept de « corps » par la seule imbrication hiérarchique.

 Contrairement à OEM et OEMMII, pour le mot « UMMO » qu’il faut lire en français « oum » — « mo », nous n’avons qu’un concept avant les (MM). Donc, a priori, dans ce cas, l’orthographe (MM) peut-être est signifiante et décrire la « dynamique ». Il s’agit d’un vrai m long.

 


 

 

 

 

 

AADOAUGOO

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE « ado » — « aou » — « go ». 1

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE. 1

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS. 1

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES. 1

3.1.      L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 1

3.2.      L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 2

3.3.      LA TRANSCRIPTION de AADAGIOU. 2

4.     LE GRAPHE DE AADOAUGOO. 2

5.     LA TRADUCTION DE AADOAUGOO. 3

5.1.      Calcul de la probabilité. 3

6.     CONCLUSION sur AADOAUGOO. 4

7.     NOTES BIBLIOGRAPHIQUES. 4

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE «ado» — «aou» — «go»

 

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE

 

D53

1966

ESP

AADOAUGOO

notre seule règle est la Logique Formelle que nous

 appelons AADOAUGOO

D77

17/11/1969

ESP

AADOO-AUGOOA

pour servir de base à une communication verbale de

 nos concepts AADOO-AUGOOA (logiques).

 

 

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

D53 : « Logique Formelle que nous appelons AADOAUGOO, non pas parce que nous mésestimons la possibilité de l’existence d’autres langages logiques, mais parce que celui ci est le seul qui nous a permis un développement cohérent et une approche objective de la Vérité Scientifique dans la mesure où le temps et notre cadre Planétaire a rendu la chose possible.»

 

D77 : « OIYOYOIDAA (manière d’exprimer des idées par une répétition codée de différents mots dans le contexte d’une conversation normale) pour servir de base à une communication verbale de nos concepts AADOO-AUGOOA (logiques). Ainsi les idées transcendantales sont exprimées en un langage de base mathématique.»

 

Le vocable «ado» — «aou» — «go» exprime la «Logique Formelle» dans son cadre général. Le vocable UUWUUA désigne lui, la Logique associée aux mathématiques, et UUWUUA IES, une logique tétravalente. Pour la logique binaire nous aurions UUWUUA IEN.

 

 

 

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES

 

Les syntaxes possibles connues sont :

 

          AADOAUGOO

          AADOO-AUGOOA

 

 

3.1. L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

A priori, pas de son ambigu, mais une distorsion syntaxique indéterminée sur le son final.

 

Voir les tableaux des phonèmes et des concepts primaires

 

3.2. L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

Le premier son long «o reste  à déterminer par l’analyse.

 

3.3. LA TRANSCRIPTION de AADAGIOU

 

Analyse de la syntaxe possible la plus simple AADOAUGOO

 

 (AA) dynamique « a » [(D) forme « a » [(O) entité « a » [(A) déplacement « a » [(U) dépendance « a » [(G) structure « a » (OO) matérielle]

 

Relations entres les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

G « a » OO

[(G) structure « a » (OO) matérielle]

Structure matérielle

U “a” GOO

[(U) dépendance « a » [(G) structure « a » (OO) matérielle]

Dépend d’une structure matérielle

A « a » UGOO

[(A) déplacement « a » [(U) dépendance « a » [(G) structure « a » (OO) matérielle]

Le déplacement dépend d’une structure matérielle

O « a » AUGOO

[(O) entité « a » [(A) déplacement « a » [(U) dépendance « a » [(G) structure « a » (OO) matérielle]

L’entité déplacée dépend d’une structure matérielle

D « a » OAUGOO

[(D) forme « a » [(O) entité « a » [(A) déplacement « a » [(U) dépendance « a » [(G) structure « a » (OO) matérielle]

Forme d’entité déplacée qui dépend d’une structure matérielle

AA « a » DOAUGOO

(AA) dynamique « a » [(D) forme « a » [(O) entité « a » [(A) déplacement « a » [(U) dépendance « a » [(G) structure « a » (OO) matérielle]

Dynamique d’une forme d’entité déplacée qui dépend d’une structure matérielle

 

Pour AADOAUGOO donc la transcription suivante :

 

          Dynamique d’une forme d’entité déplacée qui dépend d’une structure matérielle

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

4.     LE GRAPHE DE AADOAUGOO

 

 

 

 

5.     LA TRADUCTION DE AADOAUGOO

 

Un langage logique est défini par une syntaxe, c’est-à-dire un système de symboles et de règles pour les combiner sous formes de formules.

 

Traduction possible suivant le contexte :

 

          Dynamique d’une forme d’entité déplacée qui dépend (d’une structure matérielle [la syntaxe])

          La dynamique (d’une forme d’entité déplacée [formules de la logique formelle]) dépend de la syntaxe.

 

          La dynamique des formules de la logique formelle dépend de la syntaxe.

 

 

5.1. Calcul de la probabilité

 

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1/17^9 = 1/(1,18 x 10^11) = 1/100 milliards

 

6.     CONCLUSION sur AADOAUGOO

 

La syntaxe signifiante AADOAUGOO est transcrite par « Dynamique d’une forme d’entité déplacée qui dépend d’une structure matérielle » ce qui pourrait-être traduit par « La dynamique des formules de la logique formelle dépend de la syntaxe ».

 

 

 

© Denocla  octobre 08 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

 

© Denocla  octobre 08 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 AAGA IEGOOSAA

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE « aga » — « iégo » — « sa ». 96

1.    PRESENTATION DU CONTEXTE. 96

2.    L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS. 98

3.    L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES. 98

3.1. L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 99

3.2. L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 99

3.3. LA TRANSCRIPTION de AAGA.. 99

4.    LA TRADUCTION DE AAGA.. 99

4.1. LA TRANSCRIPTION de IEGOOSAA.. 100

5.    LE GRAPHE DE IEGOOSSAA.. 100

6.    LA TRADUCTION DE IEGOOSAA.. 101

7.    LA TRADUCTION DE AAGA IEGOOSAA.. 101

7.1. Calcul de la probabilité de AAGA IEGOOSAA.. 101

8.    CONCLUSION sur AAGA IEGOOSAA.. 102

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE «aga» — «iégo» — «sa»

 

1.    PRESENTATION DU CONTEXTE

 

 

D33-3

1966

ESP

AAGA

dans le cerveau de l’AAGA IEGOOSAAA (espèce d’animal anthropoïde d’UMMO qui ressemble au chimpanzé de la Planète Terre mais qui est en plus très intelligent.)

D58-2

03/04/1967

ESP

AAGA

expériences de fécondation en laboratoire avec des spermatozoïdes d’AAGA IEGOSAA (antropoïde ressemblant aux singes terrestres)

NR21

13/03/2009

FR

AAGA

Nous distinguons parmi les IEGOOSSAA les AAGA IEGOOSSAA qui sont issus d’un groupe sélectionné au début de notre troisième âge et chez lesquels nous essayons d’impulser une évolution dirigée en appariant les individus qui nous semblent les plus prometteurs

NR21

13/03/2009

FR

AAGA

Le terme AAGA désigne, dans son acceptation générale, une restriction de la liberté de mouvement par un contrôle constant. Nous pourrions en rendre la traduction par : sous vigilance constante

NR21

13/03/2009

FR

AAGA

Dans le cas des AAGA IEGOOSSAA l’acceptation la plus proche du terme AAGA dans votre langue serait : domestiqué.

NR21

13/03/2009

FR

AAGA

Toutes les expériences autrefois tentées en laboratoire pour obtenir un croisement entre AAGA IEGOOSSAA et OEMII ont seulement abouti à créer des hybrides monstrueux, décérébrés ou non viables.

NR21

13/03/2009

FR

AAGA

Les AAGA IEGOOSSAA sont aujourd’hui entièrement domestiqués.

NR21

13/03/2009

FR

AAGA

Nous aboutissons cependant à un fort constat d’échec en comparant l’évolution sur plus d’un millénaire terrestre des AAGA IEGOOSSAA et des IEGOOSSAA en liberté.

NR21

13/03/2009

FR

AAGA

chez les IEGOOSSAA laissés à l’état sauvage. Il n’est cependant pas envisageable de réintégrer les AAGA IEGOOSSAA dans leur milieu naturel originel car ils seraient incapables de soutenir durablement les agressions de leurs frères sauvages et périraient inévitablement en quelques générations.

D58-2

03/04/1967

ESP

AAGA IEGOSAA

expériences de fécondation en laboratoire avec des spermatozoïdes d’AAGA IEGOSAA (antropoïde ressemblant aux singes terrestres)

 

D33-3

1966

ESP

IEGOOSAAA

dans le cerveau de l’AAGA IEGOOSAAA (espèce d’animal anthropoïde d’UMMO qui ressemble au chimpanzé de la Planète Terre mais qui est en plus très intelligent.)

NR21

13/03/2009

FR

IEGOOSSAA

Vous trouverez en annexe au verso un complément concernant les anthropoïdes IEGOOSSAA d’OUMMO, objets d’une autre de vos questions.

NR21

13/03/2009

FR

IEGOOSSAA

Votre intérêt pour notre civilisation d’OUMMO nous honore et c’est avec plaisir que je répondrai à vos interrogations concernant l’espèce animale IEGOOSSAA.

NR21

13/03/2009

FR

IEGOOSSAA

Cependant, contrairement à ces primates terrestres, les IEGOOSSAA sont totalement bipèdes et présentent une forte différenciation de conformation entre les mains et les pieds.

NR21

13/03/2009

FR

IEGOOSSAA

Les IEGOOSSAA diffèrent des autres espèces anthropoïdes d’OUMMO par leur plus grande taille et une intelligence plus aiguë.

NR21

13/03/2009

FR

IEGOOSSAA

Les IEGOOSSAA vivent dans la partie supérieure de notre colonie WOAROO qui est constituée en réserve naturelle.

NR21

13/03/2009

FR

IEGOOSSAA

Nous distinguons parmi les IEGOOSSAA les AAGA IEGOOSSAA qui sont issus d’un groupe sélectionné au début de notre troisième âge et chez lesquels nous essayons d’impulser une évolution dirigée en appariant les individus qui nous semblent les plus prometteurs

NR21

13/03/2009

FR

IEGOOSSAA

Dans le cas des AAGA IEGOOSSAA l’acceptation la plus proche du terme AAGA dans votre langue serait : domestiqué.

NR21

13/03/2009

FR

IEGOOSSAA

Les IEGOOSSAA et les OEMMII d’OUMMO sont issus d’un même phylum

NR21

13/03/2009

FR

IEGOOSSAA

Toutes les expériences autrefois tentées en laboratoire pour obtenir un croisement entre AAGA IEGOOSSAA et OEMII ont seulement abouti à créer des hybrides monstrueux, décérébrés ou non viables.

NR21

13/03/2009

FR

IEGOOSSAA

Les AAGA IEGOOSSAA sont aujourd’hui entièrement domestiqués.

NR21

13/03/2009

FR

IEGOOSSAA

Nous aboutissons cependant à un fort constat d’échec en comparant l’évolution sur plus d’un millénaire terrestre des AAGA IEGOOSSAA et des IEGOOSSAA en liberté.

NR21

13/03/2009

FR

IEGOOSSAA

chez les IEGOOSSAA laissés à l’état sauvage. Il n’est cependant pas envisageable de réintégrer les AAGA IEGOOSSAA dans leur milieu naturel originel car ils seraient incapables de soutenir durablement les agressions de leurs frères sauvages et périraient inévitablement en quelques générations.

D58-2

03/04/1967

ESP

IEGOSAA

expériences de fécondation en laboratoire avec des spermatozoïdes d’AAGA IEGOSAA (antropoïde ressemblant aux singes terrestres)

 

 

 

 

2.    L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Le vocable «iégo» — «sa» exprime une espèce d’«anthropoïde».

Le vocable «aga» exprime «une restriction de la liberté de mouvement

 par un contrôle constant» ou d’une manière simplifiée dans le contexte «domestication».

 

Le terme AAGA désigne, dans son acceptation générale, une restriction de la

liberté de mouvement par un contrôle constant. Nous pourrions en rendre la

 traduction par : sous vigilance constante.

 

l’acceptation la plus proche du terme AAGA dans votre langue serait : domestiqué.

 

 

3.    L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES

 

Les syntaxes possibles connues sont :

 

                AAGA IEGOOSAAA

                AAGA IEGOSAA

          FR : AAGA IEGOOSSAA

 

 

 

3.1. L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

A priori, pas de son ambigu.

 

Voir les tableaux des phonèmes et des concepts primaires

 

3.2. L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

Le son long «o reste  à déterminer par l’analyse.

Le « s » est probablement court, le doublement provenant uniquement de la syntaxe française.

 

Analyse de la syntaxe signifiante la plus probable : AAGA IEGOOSAA

 

3.3. LA TRANSCRIPTION de AAGA

 

 (AA) dynamique « a » [(G) structure « a » (A) déplacement]

 

Relations entres les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

G « a » A

[(G) structure « a » (A) déplacement]

Structure le déplacement

AA « a » GA

(AA) dynamique « a » [(G) structure « a » (A) déplacement]

La dynamique structure le déplacement

 

Pour AAGA donc la transcription suivante :

 

          La dynamique structure le déplacement

 

4.    LA TRADUCTION DE AAGA

 

Contexte : « une restriction de la liberté de mouvement par un contrôle constant »

 

          La dynamique structure le déplacement

          La dynamique (du contrôle) structure le déplacement

 

Autrement dit : le contrôle structure le déplacement

Dans le contexte : domestication

 

 

 

4.1. LA TRANSCRIPTION de IEGOOSAA

 

 (I) identification « a » [(E) concept « a » [(G) structure « a » [(OO) matière « a » [(S) cyclicité « a » (AA) dynamique]

 

Relations entres les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

S « a » AA

[(S) cyclicité « a » (AA) dynamique]

Le cycle dynamique

OO « a » SAA

[(OO) matière « a » [(S) cyclicité « a » (AA) dynamique]

Matérialise un cycle dynamique

G « a » OOSSAA

[(G) structure « a » [(OO) matière « a » [(S) cyclicité « a » (AA) dynamique]

La structure matérialise un cycle dynamique

E « a » GOOSSAA

[(E) concept « a » [(G) structure « a » [(OO) matière « a » [(S) cyclicité « a » (AA) dynamique]

concept de structure matérialisée d’un cycle dynamique

I « a » EGOOSSAA

(I) identification « a » [(E) concept « a » [(G) structure « a » [(OO) matière « a » [(S) cyclicité « a » (AA) dynamique]

Identifie le concept de qui structure matérialise d’un cycle dynamique

 

Pour IEGOOSAA donc la transcription suivante :

 

          Identifie le concept d’une structure qui matérialise un cycle dynamique

 

5.    LE GRAPHE DE IEGOOSSAA

 

 

 

6.    LA TRADUCTION DE IEGOOSAA

 

          Identifie le concept d’une structure qui matérialise un cycle dynamique

 

Fonctionnellement de l’anthropoïde a probablement la capacité :

« d’identifier des concepts par une structure cognitive »

 

 

 

7.    LA TRADUCTION DE AAGA IEGOOSAA

 

AAGA= le contrôle structure le déplacement

IEGOOSAA= identifie des concepts par une structure cognitive

 

D’où la très bonne traduction de AAGA IEGOSAA par : « Anthropoïde domestiqué »

 

 

7.1. Calcul de la probabilité de AAGA IEGOOSAA

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1/17^11 = 1/(3,42 x 10^13) = 1/30000 milliards

 

8.    CONCLUSION sur AAGA IEGOOSAA

 

La syntaxe signifiante AAGA IEGOOSAA est transcrite par :

AAGA= le contrôle structure le déplacement

IEGOOSAA= identifie des concepts par une structure cognitive

 

Ce qui est très bien traduit par « Anthropoïde domestiqué »

 

 

 

© Denocla  juin 09 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

 

 

 

  

 AAGEEWE

 

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE « agué » — « oué ». 102

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE. 102

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS. 103

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES. 103

3.1.       L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 103

3.2.       L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 103

3.3.       LA TRANSCRIPTION de AAGEEWE. 103

4.     LE GRAPHE DE AAGEEWE. 104

5.     LA TRADUCTION DE AAGEEWE. 104

5.1.       Calcul de la probabilité de AAGEEWE. 105

6.     CONCLUSION sur AAGEEWE. 105

 

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE « agué » — « oué »

 

PRESENTATION DU CONTEXTE

 

D518

11/11/1988

ESP

AAGEEEUWWE

qui ont, vus dans une optique AAGEEEUWWE (intraduisible) un sens anti-évolutif (Nous ne nous référons pas à la souffrance humaine qui est infiniment plus grande).

 

… les violations des droits de l’homme… génocide… qui ont, vus dans une optique AAGEEEUWWE un sens anti-évolutif…

 

L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Le vocable «agué» — «oué» exprime peut-être un concept de l’ordre de «progrès»?

 

 

L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES

 

La seule syntaxe connue est AAGEEEUWWE. Il s’agit d’une distorsion syntaxique, dont la syntaxe signifiante la plus simple serait AAGEEWE (cf. le son ambigu UWE)

 

 

L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Le son «UWWE» est ambigu, sa syntaxe signifiante peut-être «UE» ou «WE».

 

Voir les tableaux des phonèmes et des concepts primaires

 

L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

A priori, les sons longs sont «a» et «é» ce qui reste à déterminer par l’analyse.

 

Analyse de la syntaxe possible la plus simple AAGEEWE

 

LA TRANSCRIPTION de AAGEEWE

 

 (AA) dynamique «a» [(G) structure «a» [(EE) modèle «a» [(W) génération «a» (E) représentation mentale]

 

Relations entre les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

W «a» E

[(W) génération «a» (E) représentation mentale]

Génère une représentation mentale

EE “a” WE

[(EE) modèle «a» [(W) génération «a» (E) représentation mentale]

Le modèle génère une représentation mentale

G «a» EEWE

[(G) structure «a» [(EE) modèle «a» [(W) génération «a» (E) représentation mentale]

La structure a un modèle qui génère une représentation mentale

AA «a» GEEWE

(AA) dynamique «a» [(G) structure «a» [(EE) modèle «a» [(W) génération «a» (E) représentation mentale]

La dynamique de la structure a un modèle qui génère une représentation mentale

 

Pour AAGEEWE donc la transcription suivante :

 

          La dynamique de la structure a un modèle qui génère une représentation mentale

 

LE GRAPHE DE AAGEEWE

 

 

 

LA TRADUCTION DE AAGEEWE

 

          La dynamique de la structure a un (modèle qui génère une représentation mentale)

          La dynamique de la structure a une (standardisation)

          dynamique structurelle standardisée (ou normée) [de la société]

 

Nous aurions alors :

… les violations des droits de l’homme… génocide… qui ont, vus dans l’optique d’une dynamique structurelle standardisée un sens anti-évolutif…

 

 Calcul de la probabilité de AAGEEWE

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1/17^7 = 1/(410 x 10^6) = 1/410 millions

 

CONCLUSION sur AAGEEWE

 

          La syntaxe AAGEEWE paraît signifiante et transcrit «La dynamique de la structure a un modèle qui génère une représentation mentale», ce qui pourrait-être traduit par quelque chose de l’ordre de «dynamique structurelle standardisée (ou normée) [de la société]»

 

 

 

 

 

© Denocla février 20 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

AAGSBUUTDS

 

 

1.       Analyse sémantique de vocable phonétique « axe » — « bouts ». 105

1.1.         Le contexte. 105

1.2.         L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS. 106

1.3.         L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES. 106

1.3.1.     L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 106

1.3.2.     L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 106

1.3.3.     La transcription du vocable AAGS. 106

1.3.4.     Le graphe du vocable. 107

1.3.5.     La traduction du vocable AAGS. 107

1.3.6.     La traduction du vocable « axe » — « bouts ». 107

2.       Conclusion.. 108

 

 

Analyse sémantique de vocable phonétique « axe » — « bouts »

 

 Le contexte

 

Voir Buutz

 

D41-15

1966

ESP

AAKSBOUTZ

les AAKSBOUTZ — moteurs à méthane

 

D 541

10/04/1987

ESP

AACXBOUZZ

On invente les premiers générateurs de force

 (rotatoires) au gaz méthane AACXBOUZZ  752  2e Ere   

 

 

L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Le vocable «axe» — «bouts» désigne le concept de «moteur à méthane», et plus précisément de «générateurs de force (rotatoires) au gaz méthane».

 

Malheureusement, ce vocable contient deux ambiguïtés phonétiques qui le rende inexploitable pour la vérification du concept «K». en effet, le son «xe» peut-être un «cs» ou «gs» et son final peut-être «ds», «ts», etc.

 

Voir Buutz

 

L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES

 

Nous avons :

 

          AACXBOUZZ

          AAKSBOUTZ

 

L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 


Nous avons le son «a» long.

Voir Buutz

 

 

L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Il y a un son ambigu «xe» peut-être un «cs» ou «gs». L’hypothèse du «gs» paraît la plus probable. Voir la transcription.

 

Voir le tableau phonétique

Voir la transcription

 

La transcription du vocable AAGS

 

Je vais analyser la syntaxe qui semble la plus probable : «AAGS».

 

tableau concepts/application du Concept Primaire

 

Dans la forme syntaxique la plus simple nous avons :

 

 (AA) déplacement permanent «a» [(G) structure «a» (S) cyclicité]

 

Relations entre les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

G «a» S

 (G) structure «a» (S) cyclicité]

structure cyclique

AA «a» GS

(AA) déplacement permanent «a» [(G) structure «a» (S) cyclicité]

Le déplacement permanent a une structure cyclique.

 

Une transcription est donc :

 

          Le déplacement permanent a une structure cyclique.

 

 

Le graphe du vocable

 

 

 

 

La traduction du vocable AAGS

 

          Le déplacement permanent a une structure cyclique.

          Le déplacement permanent en rotation

          La rotation

 

La traduction du vocable « axe » — « bouts »

 

Voir Buutz

 

          La rotation a un moteur

          Moteur rotatif

 

Conclusion

 

          On retiendra donc la syntaxe signifiante AAGSBUUTDS : «Moteur rotatif»

 

 

 

© Denocla février 20 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

AIOODI

 

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE « aiodi ». 1

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE. 1

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS DE AAIODI 4

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES de AAIODI 4

3.1.      L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 6

3.2.      L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 6

4.     LA TRANSCRIPTION DE AIOODI 7

5.     LE GRAPHE DE AIOODI 7

6.     LA TRADUCTION DE AIOODI 8

6.1.      Calcul de la probabilité. 8

7.     CONCLUSION SUR LE  VOCABLE PHONETIQUE « aiodi ». 9

8.     LA TRADUCTION DE AÏOOYAA AIOODI 9

9.     LA TRADUCTION DE EAIOODI GOO. 9

10.       LA TRADUCTION DE AIOODI AYUU. 9

11.       LA TRADUCTION DE AIOODIWOA. 9

12.       NOTES BIBLIOGRAPHIQUES. 9

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE «aiodi»

 

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE

 

D 33 :

«… ils utilisent des verbes qui sont attribuables seulement à un AAIODI (ÊTRE) comme l’homme.»

«… nous observons que dans notre UNIVERS et dans le UWAMM (COSMOS complémentaire de charge négative inverse), il y a un nombre très réduit de possibilités d’existence EAAIODI GOO (ONTOLOGIQUES).»

«l’AAIODIWOA (CRÉATION, ENSEMBLE DES ÊTRES DIMENSIONNELS ET ADIMENSIONNELS créés par WOA).»

«des AAIODI (ENTITÉS ou ÊTRES) adimensionnels.»

«l’existence d’un AAIODI (ENTITÉ OU ÊTRE)»

 

D76 : NOTRE CONCEPTION DE L’AIOOYAAIODI (être dimensionnel)

«l’AIOOYAAIODI (entité dimensionnelle)»

 

D78 : NOS BASES EAAIODI GOO (Ontologiques)

«nous disons que l’image de ce Cosmos doit être différente comme peut l’être une image optique captée par un insecte diptère par rapport à celle perçu par la rétine humaine).

II n’y a pas seulement le fait que l’image de ce WAAM soit distincte par l’intervention de processus mentaux de configuration différente des nôtres. C’est que l’ÊTRE même, l’ESSENCE même du WAAM sera perturbée.

Cette relativité de l’ÊTRE, cette polyvalence de “l’ÊTRE”, demeure reflétée dans notre logique par ce que nous nommons AAIODI AYUU (gamme ou réseau de forme de l’ÊTRE).

Supposons que nous ordonnions symboliquement toutes les possibilités ontologiques (pour cela faites abstraction du principe du tiers exclu aristotélicien) relatif à “QUELQUE CHOSE” transcendant à mon “JE”.

(EST UN ÊTRE) 1 - (N’EST PAS UN ÊTRE) 2 - (EST UN ÊTRE) 3 - (EST UN ÊTRE) 4.....

..... ( EST UN ÊTRE) n

Il s’agit d’un ensemble ou série de possibilités non tautologiques que nous pouvons coder encore plus synthétiquement ainsi : S1; S2; S3; S4; S5; ..... ; Sn

Nous arrivons à la signification de l’AIOOYA dont la transcription en langage terrestre est impossible. AIOODI est “ce” qui est susceptible d’adopter des possibilités infinies “d’existence” (S1, S2, S3; .. . . . . ; Sn). Ainsi, par exemple un IBOAYA OU (quantum énergétique, photon) peut S1 (ÊTRE) ou S2 (NE PAS ÊTRE, dans le cas où il se transforme en masse), mais les deux possibilités sont des déformations d’un AIOOYA provoquées

par mon “JE” (être pensant).»

 

D 79 :

«le AAIIODI avec ses multiples formes “d’ÊTRE” : EST-ICI-DANS-MON-WAAM. Est-ce que quelque chose ou quelqu’un peut y accéder, “penser” à lui sans le déformer? Quelqu’un ou quelque chose peut-il pénétrer le AAIIOYA sans que celui-ci se permute en S1, S2, S3......Sn? (Oui) Ce quelqu’un ou quelque chose est WOA ou le Générateur, celui auquel sur TERRE vous donneriez le nom de DIEU, si le “DIEU” de vos écoles théologiques était moins anthropomorphe que notre concept d’“ENTITÉ NÉCESSAIRE”.

Nous disons que WOA engendre le WAAMWAAM (Cosmos multiple). Nous utilisons arbitrairement le mot “engendrer” non pas comme synonyme strict du verbe “CRÉER” mais comme transcription de notre phonème IIWOAE. Je vous ai dit que WOA est l’unique “entité” “pensante” qui ne déforme pas le AIIODI. En utilisant des mots de la TERRE avec encore un risque d’anthropomorphiser le concept que nous sommes occupés à vous exposer, nous dirons que WOA coexiste avec AIIODI, que AIIODI ne lui est pas transcendant. AIIODI est “ACTE” de WOA, il est généré sans que WOA l’ait préalablement rendu possible. De cette façon “LA PENSÉE DE WOA” ne garde aucune relation avec notre processus pensant d’êtres dimensionnels.

Nous affirmons donc que l’ÊTRE n’est pas IMMANENT, qu’il n’est pas un terme de notre conscience subjective bien que cette conscience soit celle qui le conforme en extorquant une réalité (AIIODI) qui se cache derrière notre vision intellectuelle déformante de L’ENTITÉ. WOA engendre ainsi toutes les formes possibles de S1, S2, S3. . . . . ... Sn et leurs sous-groupes constituent autant d’autres WAAM. Autrement dit, WOA engendre une infinité de cosmos, en engendrant une infinité de types d’êtres pensants, mais la proposition “IL Y A UNE INFINITÉ DE WAAM” n’est valable que pour nous, EESEOEMII (êtres pensants) qui, en déformant autant de fois le AIIOYAA que nous sommes des classes de “JE pensants”, nous nous créons l’illusion d’une très riche gamme de possibilités ontologiques.

Exprimé d’une manière triviale; “vu du côté de WOA” le WAAM (Univers) ne présente pas la large gamme de formes qui est familière à notre entendement, WOA ne l’apprécie même pas comme quelque chose qui EXISTE ou qui N’EXISTE PAS ou qui EXISTE; pour WOA il est simplement AIIODI éternel et immuable comme lui. (nous utilisons ici le mot “éternel”, mais pas comme synonyme de temps infini).»

 

 

«WOA, parmi l’infinité d’idées qui coexistent avec son essence, imagine celle d’un «ÊTRE» adimensionnel capable de léser son propre AAIODI (c’est-à-dire : penser, engendrer des idées). Un tel «ÊTRE» (ÊTRE pour mon concept; AAIODI pour WOA) doit donc être libre. (Observez que s’il ne l’était pas, sa genèse d’idées n’aurait pas de sens puisque celles-ci seraient attribuables à WOA et ne seraient donc pas des IDÉES (au sens conceptuel que vous attribuez à un tel mot) mais AAIODI.

Il n’est pas logique non plus d’imaginer que cet «ÊTRE» libre et générant un autre AAIODI, puisse être un double de WOA. (WOA ne pourra pas engendrer un tel ÊTRE).

C’est ainsi «qu’a été généré» BUAWE BIAEI   (peut se traduire par «ESPRIT COMMUNAUTAIRE ou SOCIAL») qui représente, comme nous l’expliquerons plus loin, la collectivité des EESEOEMII (êtres pensants) incapables de pénétrer l’essence du AIODI, puisque leur tentative provoque une «mutation» en lui, comme nous vous l’avons expliqué antérieurement.»

 

«AIIODI est “ACTE” de WOA, il est généré sans que WOA l’ait préalablement rendu possible»

 

«AIOODI (ÊTRE INACCESSIBLE) puisque AIOODI se présente à nous avec des “dimensions”»

 

«Nous cherchons à exprimer quelque chose de différent de AIOODI (ÊTRE INACCESSIBLE) puisque AIOODI se présente à nous avec des “dimensions” et que WOA est ADIMENSIONNEL, c’est-à-dire, qu’il n’est pas susceptible d’être déformé par notre pensée. Ainsi nous disons AIOOYA IBONEE   (les radiations cosmiques existent) ou AA-INNUO-AIOOYA-AMIE (la symétrie n’existe pas).»

«WOA est adimensionnel. Sur ce point nous sommes en accord avec les théologiens de la TERRE. Cela n’a pas de sens de parler “d’Eternité”, de temps, de pensée ou d’esprit dans l’essence de WOA.

De plus sa raison de AIOOYA AMIIE  est précisément celle d’être genèse de l’idée de AIOODI. Nous vous avons dit que AIIOODI est l’Entité qui ne nous transcende pas puisqu’il est extorqué, fractionné en multiples formes (WAAMWAAM).

C’est dans ce sens que nous pouvons (sous notre angle familier) imaginer que dans WOA “il y a” un esprit créateur d’idées, d’une infinité d’idées, dans la mesure où ces idées ne sont pas incompatibles avec l’essence du WAAM.

De plus nous n’attribuons pas à WOA des qualités, ou nous n’associons pas à son AIOBII (voir note 10 — Ndt : cette note est manquante) des fonctions hominoïdes qui anthropomorphisent son concept comme l’ont fait malheureusement les théologiens de la TERRE dans des époques passées. L’attribut de BONTÉ, de CRÉATEUR, de JUSTE, de CRUEL et autres, n’ont pas de sens s’ils se rattachent à “ce qui AIOBII” (C’est le cas de WOA).»

 

«Si nous acceptons la définition du WAAM-WAAM au sens strict, il doit y avoir autant de WAAM que de catégories d’êtres pensants capables de déformer le AAIODI.»

 

 

 

 

D80 :

 

«Notre “agnosticisme” (comme vous l’appelez vous-mêmes) nous pousse non seulement à nous abstenir de définir et de sonder quelque chose d’aussi transcendant que WOA ou AAIOODI, mais aussi nous pousse à élaborer une théorie et à la vérifier.»

 

«l’AAIODI (l’entité réelle) nous est inconnue, convaincus que le WAAM accessible par nos voies intellectuelles et sensorielles est un “fantasme” créé par notre JE-PENSANT, nous optons pour au moins tenter de pénétrer cette image déformée par nous de l’AAIODI.»

 

Ref. document : 105

 

«En premier lieu nous distinguons entre deux classes d’ÊTRES existants dans le UAANM (COSMOS) en opposition à deux autres grands genres «DE CHOSES (SERES) NON EXISTANTES». Ces derniers sont : AIOYAA AMMEIEE UAA [Tels que WOAA (Le Générateur!), BUAUAA (Esprit Humain), BUAWEE BEIAEII ( Esprit Collectif) ou BUAUAA BAAIOO (Esprit De L’Être Vivant)] et AIOYAA AMEIEE OUEE (Tels que le contenu d’une information, la sensation du plaisir, ou une tradition populaire).

 

«Les ÊTRES “EXISTANTS”, ces êtres dont l’essence est définie par L’IBOZOO UU, tels une roche, un virus, une étoile, ou le flux du temps et puisqu’ils permettent une voie empirique d’analyse, alors nous les définissons comme existants.»

 

«les premiers (êtres vivants) d’entropie négative ou néguentropique et les seconds (ceux non vivant), posi-entropiques (AAIODII EXUEE et AAIODII YOOWAA respectivement)»

 

«les êtres AAIODII IOWAA (Choses [seres] inertes comme vous diriez) tels une molécule d’argon, un aérolithe, ou un faisceau de micro-onde, se caractérisent parce qu’ils dégradent leur propre complexité.»

 

792 :

 

«Nous savons que nous sommes immergés dans un WAAM-WAAM (Univers multiple) et que les flux d’information qui rendent possible toute sa richesse configurative procèdent de deux pôles ou centres. L’un d’entre eux est générateur d’information par antonomase. Toutes les configurations possibles de la matière, toutes les possibilités de l’être, c’est à dire toutes les modalités que vous pourriez concevoir de l’existence perceptible et non perceptible par nos sens et autre organes sensibles imaginables, tirent leur origine de ce pôle.»

 

 «Le centre cosmogonique codificateur de ces configurations possibles, nous l’appelons WOA. WOA coexiste avec AIODII, c’est à dire, avec la réalité formée. L’un configure, l’autre modèle. (??: Uno configura; modela, el otro).»

 

 

«Ce centre universel d’information pure que représente WOA, vous pouvez vous l’imaginer comme de gigantesques archives où vous pourriez trouver mathématiquement codifiées, depuis la configuration d’une plante végétale (sic) exotique, la résolution d’un système d’équations différencielles ou la structure d’un édifice et d’un matériel générateur de lumière cohérente (laser) et, nous le répétons, n’importe quelle entité ou être possible dans l’Univers multiple.»

 

«WOA entre en résonance avec le WWAM du BUAWA BIAEII (Univers qui codifie [(décode)] toute l’information), par un effet semblable à celui que vous connaissez en physique sous le nom de résonance.»

 

«Ce pôle ou matrice cosmique d’information rendra possible par transfert génétique, toute la configuration des univers multiples.»

 

Ref. document : 1751 (Golf 91)

«des noyaux de ce réseau social (AIOODZII AAYUU).»

 

 

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS DE AAIODI

 

Il n’y a qu’un seul concept celui de la «réalité absolue, autonome et inaccessible», c’est une réalité qui se cache derrière notre vision intellectuelle déformante de L’ENTITÉ. En d’autres termes c’est l’essence exhaustive d’une entité. Cette entité peut-être dimensionnelle ou adimensionnelle.

«WOA coexiste avec AIODII, c’est à dire, avec la réalité formée» et «WOA coexiste avec AIODII» et «Uno configura; modela, el otro». L’un (WOA) configure les entités cosmologiques, l’autre (AIOODI) les modèle par les diverses perceptions que l’on peut en avoir dans les différents cosmos.

 

Voir une hypothèse sur la Genèse de L’Univers

Voir AIOOYAA AMMIE

 

 

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES de AAIODI

 

D79

17/11/1969

ESP

AAIIODI

Mais le AAIIODI avec ses multiples formes «d’ÊTRE» :

 EST-ICI-DANS-MON-WAAM.

D 33-1

18/03/1966

ESP

AAIODI

des AAIODI (ENTITÉS ou ÊTRES) adimensionnels.

D33-3

1966

ESP

AAIODI

l’existence d’un AAIODI (ENTITÉ OU ÊTRE)

D33-3

1966

ESP

AAIODI

cet AAIODI (ENTITE)

D78

17/11/1969

ESP

AAIODI

Cette relativité de l’ÊTRE, cette polyvalence de «l’ÊTRE»,

 demeure reflétée dans notre logique par ce que nous

 nommons AAIODI AYUU (gamme ou réseau de forme

 de l’ÊTRE).

D79

17/11/1969

ESP

AAIODI

WOA, parmi l’infinité d’idées qui coexistent avec son

essence, imagine celle d’un «ÊTRE» adimensionnel capable

 de léser (ndt: "extorsionar") son propre AAIODI

(c’est-à-dire : penser, engendrer des idées).

D79

17/11/1969

ESP

AAIODI

Un tel «ÊTRE» (ÊTRE pour mon concept; AAIODI pour WOA)

 doit donc être libre.

D79

17/11/1969

ESP

AAIODI

Observez que s’il ne l’était pas, sa genèse d’idées n’aurait

pas de sens puisque celles-ci seraient attribuables à WOA

 et ne seraient donc pas des IDÉES (au sens conceptuel

que vous attribuez à un tel mot) mais AAIODI.

D79

17/11/1969

ESP

AAIODI

Il n’est pas logique non plus d’imaginer que cet «ÊTRE»

 libre et générant un autre AAIODI, puisse être un double

 de WOA. (WOA ne pourra pas engendrer un tel ÊTRE).

D79

17/11/1969

ESP

AAIODI

Si nous acceptons la définition du WAAM-WAAM au sens

strict, il doit y avoir autant de WAAM que de catégories

d’êtres pensants capables de déformer le AAIODI.

D80

17/11/1969

ESP

AAIODI

Convaincus que l’AAIODI (l’entité réelle) nous est inconnue,

 convaincus que le WAAM accessible par nos voies

 intellectuelles et sensorielles est un «fantasme» créé par

 notre JE-PENSANT,

D80

17/11/1969

ESP

AAIODI

nous optons pour au moins tenter de pénétrer cette image

 déformée par nous de l’AAIODI.

D80

17/11/1969

ESP

AAIODI

C’est pour cela que nos oemii penseurs n’essaient pas

de spéculer autour de l’essence de ce qui est inaccessible

 (par exemple WOA et l’AAIODI).

D 33-1

18/03/1966

ESP

AAIODI

un AAiodi (ÊTRE) comme l’homme.

D78

17/11/1969

ESP

AAIODI AYUU

Cette relativité de l’ÊTRE, cette polyvalence de «l’ÊTRE»,

 demeure reflétée dans notre logique par ce que nous

 nommons AAIODI AYUU (gamme ou réseau de forme

 de l’ÊTRE).

D105-1

12/07/72

ESP

AAIODII

Nous préférons appeler les premiers (Ndt: les êtres vivants)

 d’ENTROPICONÉGATIFS ou NÉGUENTROPIQUE et les seconds

 (Ndt: entités non vivantes), ENTOPICOPOSITIFS

(AAIODII EXUEE et AAIODII YOOWAAA respectivement)

D105-1

12/07/72

ESP

AAIODII

Au contraire, les entités (Ndt: "seres") AAIODII iowaa

(Entités [Ndt: "seres"] inertes comme vous diriez)

tels que des molécules d’argon, un aérolithe, ou un faisceau

 de micro-ondes,

D 33-1

18/03/1966

ESP

AAIODIWOA

Si l’homme ne les accomplit pas, l’harmonie est apparemment

 rompue en modifiant sa fonctionnalité dans l’AAIODIWOA

 (CRÉATION, ENSEMBLE DES ÊTRES DIMENSIONNELS ET

 ADIMENSIONNELS créés par WOA).

D80

17/11/1969

ESP

AAIOODI

Notre «agnosticisme» (comme vous l’appelez vous-mêmes)

 nous pousse non seulement à nous abstenir de définir et

 de sonder quelque chose d’aussi transcendant que WOA

 ou AAIOODI, mais aussi nous pousse à élaborer une

théorie et à la vérifier.

D79

17/11/1969

ESP

AIIODI

Je vous ai dit que WOA est l’unique «entité» «pensante» qui

 ne déforme pas le AIIODI.

D79

17/11/1969

ESP

AIIODI

nous dirons que WOA coexiste avec AIIODI, que AIIODI ne

 lui est pas transcendant

D79

17/11/1969

ESP

AIIODI

. AIIODI est «ACTE» de WOA, il est généré sans que WOA

 l’ait préalablement rendu possible.

D79

17/11/1969

ESP

AIIODI

Nous affirmons donc que l’ÊTRE n’est pas IMMANENT,

 qu’il n’est pas un terme de notre conscience subjective

bien que cette conscience soit celle qui le conforme en

 extorquant une réalité (AIIODI) qui se cache derrière

 notre vision intellectuelle déformante de L’ENTITÉ.

D79

17/11/1969

ESP

AIIODI

pour WOA il est simplement AIIODI éternel et immuable

comme lui.

D79

17/11/1969

ESP

AIIOODI

Nous vous avons dit que AIIOODI est l’Entité qui ne nous

 transcende pas puisqu’il est extorqué, fractionné en

multiples formes (WAAMWAAM).

D79

17/11/1969

ESP

AIIOODI

Nous vous avons dit que AIIOODI est l’Entité qui ne nous

transcende pas puisqu’il est extorqué, fractionné en

multiples formes (WAAMWAAM).

D79

17/11/1969

ESP

AIODI

la collectivité des EESEOEMII (êtres pensants) incapables

 de pénétrer l’essence du AIODI, puisque leur tentative

provoque une «mutation»

D 792-1

 janvier 1988

ESP

AIODII

Le centre cosmogonique codificateur de ces configurations

 possibles, nous l’appelons WOA. WOA coexiste avec AIODII,

c’est à dire, avec la réalité formée. L’un configure; modèle,

 l’autre.

D78

17/11/1969

ESP

AIOODI

AIOODI est «ce» qui est susceptible d’adopter des possibilités

 infinies «d’existence» (S1, S2, S3; .. . . . . ; Sn).

D78

17/11/1969

ESP

AIOODI

Mais d’autres hypothétiques êtres pensants capteront des

AIOODI sous les possibilités différentes des nôtres

Sk + 1, Sk + 2........ Sm.

D78

17/11/1969

ESP

AIOODI

Le drame de I'OEMII ou d’un autre EESEEOEMI réside dans

 le fait que sa recherche de la vérité, sa recherche de

l’AIOODI, sera infructueuse puisque celle-ci se présentera

 toujours sous les caractéristiques S1, S2, S3 . . . . . . . . Sn.

D79

17/11/1969

ESP

AIOODI

Nous cherchons à exprimer quelque chose de différent de

 AIOODI (ÊTRE INACCESSIBLE) puisque AIOODI se

présente à nous avec des «dimensions» et que WOA est

 ADIMENSIONNEL,

D79

17/11/1969

ESP

AIOODI

De plus sa raison de AIOOYA AMIIE est précisément

 celle d’être genèse de l’idée de AIOODI.

D79

17/11/1969

ESP

AIOODI

mais un être pensant est simultanément AIOODI car,

 à son tour, en pensant en «lui», il le déforme en mille

facettes ontologiques, générant son propre WAAM,

NR-20

17/01/2004

FR

AÏOODI

L’imprécision de vos expressions linguistiques m’oblige ici

 à expliciter qu’une forme irréelle, traduite par

«N’EXISTE PAS», reste en absolu une forme

 d’existence dans l’AÏOODI qui regroupe chaque forme

 d’existence susceptible d’être envisagée par une forme

 de pensée quelconque du WAAM-WAAM.

D76

17/11/1969

ESP

AIOOYAAIODI

NOTRE CONCEPTION DE L’AIOOYAAIODI

D76

17/11/1969

ESP

AIOOYAAIODI

Mais avant d’exprimer nos idées sur les êtres, sur

l’’AIOOYAAIODI (entité dimensionnelle), voyons comment

 nous envisageons le problème de l’information

 

 

Ce concept est  exprimé avec les vocables :

 

ESP    AAIIODI

ESP    AAIODI

ESP    AAIODI AYUU

ESP    AAIODII

ESP    AAIODIWOA

ESP    AAIOODI

ESP    AIIODI

ESP    AIIOODI

ESP    AIIOODI

ESP    AIODI

ESP    AIODII

ESP    AIOODI

FR      AÏOODI

ESP    AIOOYAAIODI

 

3.1. L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Pas de son ambigu.

 

Voir le tableau phonétique

Voir la transcription

 

 

3.2. L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

 

Par des comparaisons croisées avec des vocables :

 

          conceptuellement proches, mais clairement distincts.

          dans des textes à des dates de rédaction distinctes

          dans des textes d’auteurs distincts.

 

Et suivant les transcriptions :

 

Le premier son «i» associé au concept d’«identification» est ponctuel, car il n’y a pas de notion de «limite».

 

A partir du moment où «quelque chose», une entité, peut-être «imaginée», alors elle «existe» en tant qu’entité du «réel absolu».

Il y a donc deux cas :

 

-                      le son «a» peut-être long pour exprimer «dynamique».

-                      le son «o» peut-être long pour exprimer «matérialisé» dans 4 D.

 

Compte tenu de la NR20 (Fr) : «l’AÏOODI qui regroupe chaque forme d’existence susceptible d’être envisagée par une forme de pensée». A priori, «a» cour et «o» long.

La syntaxe qui paraît le plus probable, donc la syntaxe signifiante AIOODI.

 

4.     LA TRANSCRIPTION DE AIOODI

 

Suivant la méthode nous avons la construction fonctionnelle et conceptuelle :

 

(A) déplacement «a» [(I) identification «a» [(OO) matière «a» [(D) manifestation «a» (I) identification]

 

Relations entres les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

D «a» I

 

[(D) manifestation «a» (I) identification]

forme identifiée

OO «a» DI

 

[(OO) matière «a» [(D) manifestation «a» (I) identification]

La matière a une forme identifiée

I «a» OODI

 

[(I) identification «a» [(OO) matière «a» [(D) manifestation «a» (I) identification]

l’identification de la matière qui a une forme identifiée

A «a» IOODI

 

(A) déplacement «a» [(I) identification «a» [(OO) matière «a» [(D) manifestation «a» (I) identification]

Le déplacement identifiant la matière a une forme identifiée

 

Pour AIOODI donc la transcription suivante :

 

-       Le déplacement identifiant la matière a une forme identifiée.

 

5.     LE GRAPHE DE AIOODI

 

 

 

 

6.     LA TRADUCTION DE AIOODI

 

NR20 (Fr): “l’AÏOODI qui regroupe chaque forme d’existence susceptible d’être envisagée par une forme de pensée”

Autrement dit, AIOODI modèle le réel en fonction de la pensée.

Sachant que WOA «génère des entités déplacées» et que AIOODI est cette réalité qui se cache derrière notre vision intellectuelle déformante de L’ENTITÉ, nous pouvons exprimer la traduction suivante :

 

       Le déplacement identifie la matière qui a une forme identifiée.

       action de matérialiser une forme identifiée.

 

Dans  «action de matérialiser une forme identifiée», c’est le fait de modeler une réalité en fonction de la forme identifiée par la pensée.

Autrement dit, AIOODI c’est l’ensemble des choses perçues comme «réel» dans 4D dont la forme est identifiée par la pensée.

 

 

6.1. Calcul de la probabilité

 

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1/17^6 = 1/(24 x 10^6) = 1/24 millions

 

7.     CONCLUSION SUR LE  VOCABLE PHONETIQUE «aiodi»

 

Il y a deux difficultés pour identifier la manifestation syntaxique signifiante de ce concept de «réalité adimensionnelle initiale, absolue, autonome et inaccessible» :

 

          les syntaxes sont nombreuses et variées

          la réelle difficulté à comprendre la nature du concept

 

       Néanmoins, les diverses manifestations syntaxiques sont globalement cohérentes avec l’idée générale du concept. C’est le détail qui est plus difficile à cerner. Compte tenu de l’analyse des concepts, des comparaisons croisées et des transcriptions, la probabilité la plus forte de syntaxe signifiante est AIOODI : «Le déplacement identifie la matière qui a une forme identifiée», c’est-à-dire «L’action matérialise une forme identifiée».

 

Autrement dit, AIOODI c’est l’ensemble des choses perçues comme «réel» dans 4D dont la forme est identifiée par la pensée.

 

D’une manière simplifiée, c’est la réalité pensable dans tous cadres 4D des cosmos de tout l’Univers.

 

 

8.     LA TRADUCTION DE AÏOOYAA AIOODI

 

«Mais avant d’exprimer nos idées sur les êtres, sur l’’AIOOYAAIODI (entité dimensionnelle), voyons comment nous envisageons le problème de l’information»

AÏOOYAA

 

Simplement, AÏOOYAA AIOODI est la matérialisation 4D d’une pensée.

 

9.     LA TRADUCTION DE EAIOODI GOO

 

EAIOODI GOO

 

10. LA TRADUCTION DE AIOODI AYUU

 

«La réalité absolue a une forme identifiée et une cinématique d’un ensemble»

 

Voir AYUU

 

11. LA TRADUCTION DE AIOODIWOA

 

AIOODIWOA

 

 

© Denocla  octobre 06 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

 

 

 

 

 

 

AAIODI AYUU

 

 

 

1.   Le contexte. 1

2.   Explication. 1

3.   LA TRANSCRIPTION DE AAIODI AYUU. 1

4.   LA TRADUCTION DE AAIODI AYUU. 1

 

 

1.     Le contexte

 

D78 : NOS BASES EAAIODI GOO (Ontologiques)

 

«Cette relativité de l’ÊTRE, cette polyvalence de «l’ÊTRE», demeure reflétée dans notre logique par ce que nous nommons AAIODI AYUU (gamme ou réseau de forme de l’ÊTRE).

 

 

2.     Explication

 

Voir la synthèse en préambule de l’hypothèse sur la genèse de BB.

 

Voir AAIODI

Voir AYUU

 

 

3.     LA TRANSCRIPTION DE AAIODI AYUU

 

Suivant la méthode nous avons la construction fonctionnelle et conceptuelle :

 

[(((effectivité permanente «a» identification) «a» entité] «a» forme] «a» identification] «a» [[effectivité «a» assemblage] «a» dépendance permanente]

 

 

Relations entre les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

AAIODI «a» AYUU

La réalité absolue identifie une entité [dimensionnelle ou adimensionnelle]

 «a» effectivité a un assemblage en dépendance permanente

 

La réalité absolue identifie une entité qui a un assemblage d’éléments liés

 

Pour AAIODI AYUU donc la transcription suivante :

 

          La réalité absolue identifie une entité qui a un assemblage d’éléments liés

 

 

4.     LA TRADUCTION DE AAIODI AYUU

 

          La réalité absolue identifie un réseau

 

 

 

© Denocla  janvier 04 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

 

AAIODI EXUEE

 

 

 

 

 

1.     Le contexte.. 1

2.     IDENTIFICATION DES CONCEPTS.. 1

3.     L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS.. 1

4.     L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS.. 2

5.     LA TRANSCRIPTION DE EXUEE.. 2

6.     LA TRADUCTION DE EXUEE.. 2

7.     CONCLUSION SUR EXUEE.. 2

8.     LA TRANSCRIPTION DE AAIODI EXUEE.. 3

9.     LA TRADUCTION DE AAIODI EXUEE.. 3

10.  CONCLUSION SUR AAIODI EXUEE.. 3

 

 

1.     Le contexte

 

Ref. document : 105

«les premiers [êtres vivants] d’entropie négative ou néguentropique et les seconds [ceux non vivant], posi-entropiques [AAIODII EXUEE et AAIODII YOOWAA respectivement]»

 

«les êtres AAIODII IOWAA [Choses [seres] inertes comme vous diriez] tels une molécule d’argon, un aérolithe, ou un faisceau de micro-onde, se caractérisent parce qu’ils dégradent leur propre complexité.»

 

 

2.     IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Le concept de forme syntaxique «AAIODII EXUEE» exprime un concept relatif à «l’entropie négative ou néguentropique» des êtres vivants qui captent des informations externes pour les ordonner.

 

Le concept de forme syntaxique signifiante AAIODI, exprime «L’effectivité permanente de l’identification d’une entité a une forme identifiable» et peut être traduit par «  La réalité absolue identifie une entité [dimensionnelle ou adimensionnelle].»

 

Sachant que la forme syntaxique «EEXEE», liée au concept de forme syntaxique signifiante ESEE, exprime une «représentation mentale itère avec des modèles mentaux», ce qui caractérise une relation fonctionnelle du niveau conscient vers le niveau subconscient. Ceci est relatif au «champ de la ESEE OA CONSCIENCE».

Nous constatons donc une convergence du concept de la forme syntaxique «EEXEE», avec un concept de «EXUEE» relatif à «l’entropie négative ou néguentropique» des êtres vivants qui captent des informations externes pour les ordonner. On peut donc penser que ces informations captées sont comparées à des modèles pour être ordonnées.

 

Bien que les concepts soient proches, le phonème «éssoué» de «EXUEE» étant différent il faudra en examiner la transcription de la forme syntaxique.

 

Voir aussi : AAIODI, AAIODI AYUU, BAAYIODUII

 

 

3.     L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Il a y donc une ambigüité sur le son du «X» qui peut être simplement un «s».

 

Voir le tableau phonétique

Voir la transcription

 

 

4.     L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

Le «é» long final paraît bien identifié.

 

5.     LA TRANSCRIPTION DE EXUEE

 

Suivant la méthode nous avons la construction fonctionnelle et conceptuelle :

[((((représentation mentale «a» structure) «a» cyclicité) «a» dépendance] «a» représentation mentale permanente]

 

D’où le tableau de transcription de EXUEE :

 

 Relations entre les concepts primaires

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

E «a» G  [X=GS]

représentation mentale «a» structure…

La représentation mentale a une structure…

EG «a» S

La représentation mentale a une structure… «a» cyclicité

La représentation mentale a une structure cyclique

EGS «a» U

La représentation mentale a une structure cyclique «a» dépendance

La représentation mentale a une structure cyclique et a une dépendance

 

EGSU «a» EE

La représentation mentale a une structure cyclique et a une dépendance

 «a» représentation mentale permanente

a)    La représentation mentale a une structure cyclique et a une dépendance qui a une représentation mentale permanente

b)  La représentation mentale a une structure cyclique et a une dépendance avec un modèle

 

Transcription de EXUEE :

 

–   La représentation mentale a une structure cyclique et a une dépendance avec un modèle.

 

6.     LA TRADUCTION DE EXUEE

 

          représentation mentale a une structure cyclique (itérative) et a une dépendance avec un modèle.

          représentation mentale a une structure itérative dépendant de modèles.

 

 

7.     CONCLUSION SUR EXUEE

 

La forme syntaxique ««EXUEE» paraît être signifiante, car elle exprime une «représentation mentale a une structure itérative dépendant de modèles» ce qui est conforme au contexte du concept d’«l’entropie négative ou néguentropique» des êtres vivants qui captent des informations externes pour les ordonner. On peut penser que ces informations captées sont comparées à des modèles pour être ordonnées.

 

Il y a une convergence du concept de la forme syntaxique «EEXEE», liée au concept de forme syntaxique signifiante ESEE, exprime une «représentation mentale itère avec des modèles mentaux», ce qui caractérise une relation fonctionnelle du niveau conscient vers le niveau subconscient. Ceci est relatif au «champ de la ESEE OA CONSCIENCE».

 

 

8.     LA TRANSCRIPTION DE AAIODI EXUEE

 

Suivant la méthode nous avons la construction fonctionnelle et conceptuelle :

 

[(((effectivité permanente «a» identification) «a» entité] «a» forme] «a» identification] «a» [((((représentation mentale «a» structure) «a» cyclicité) «a» dépendance] «a» représentation mentale permanente]

 

 

D’où le tableau de transcription de AAIODI EXUEE :

 

 Relations entre les concepts primaires

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

AAIODI «a» EXUEE

L’effectivité permanente de l’identification d’une entité a une forme identifiable «a» La représentation mentale a une structure cyclique et a une dépendance avec un modèle

La réalité absolue identifie une entité qui a une représentation mentale et a une structure itérative dépendant de modèles

 

Transcription de AAIODI EXUEE :

 

–   La réalité absolue identifie une entité qui a une représentation mentale et a une structure itérative dépendant de modèles.

 

 

9.     LA TRADUCTION DE AAIODI EXUEE

 

          La réalité absolue identifie une entité (ici dimensionnelle) qui a une représentation mentale et a une structure itérative dépendant de modèles (les représentations mentales sont structurées par comparaison avec des modèles)

 

          L’entité a des «représentations mentales» structurées par  comparaison avec des modèles

 

 

10. CONCLUSION SUR AAIODI EXUEE

 

La forme syntaxique «AAIODI EXUEE» paraît signifiante, car elle exprime «L’entité a des “représentations mentales” structurées par  comparaison avec des modèles» ce qui est conforme au concept relatif à «l’entropie négative ou néguentropique» des êtres vivants qui captent des informations externes pour les ordonner.

 

 

© Denocla  février 04 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

 

 

 

 

 

 

AAIODII IOWAA  

 

 

 

 

1.     Le contexte de AAIODII YOOWAA/IOWAA.. 1

2.     AAIODII. 1

2.1.  La TRADUCTION de AAIODII. 1

3.     YOOWAA.. 1

3.1.  La transcription YOOWAA.. 1

3.2.  La traduction YOOWAA.. 2

4.     La TRANSCRIPTION de AAIODII YOOWAA.. 2

5.     La traduction de AAIODII YOOWAA.. 3

6.     IOWAA.. 3

6.1.  La transcription IOWAA.. 3

6.2.  La traduction IOWAA.. 3

7.     La TRANSCRIPTION de AAIODII IOWAA.. 3

8.     La traduction de AAIODII IOWAA.. 4

9.     Conclusion sur AAIODII YOOWAA/IOWAA.. 4

 

 

1.                   Le contexte de AAIODII YOOWAA/IOWAA

 

Ref. document : 105

«les premiers (êtres vivants) d’entropie négative ou néguentropique et les seconds (ceux non vivant), posi-entropiques (AAIODII EXUEE et AAIODII YOOWAA respectivement)»

 

«les êtres AAIODII IOWAA (Choses [seres] inertes comme vous diriez) tels une molécule d’argon, un aérolithe, ou un faisceau de micro-onde, se caractérisent parce qu’ils dégradent leur propre complexité.»

 

 

2.                   AAIODII

 

Pour AAIODII donc la transcription suivante :

 

    L’effectivité permanente identifie une entité qui a une forme délimitée.

 

2.1.             La TRADUCTION de AAIODII

 

    L’effectivité permanente (effectivité de la réalité absolue) identifie une entité qui a une forme délimitée (une entité dimensionnelle ou adimensionnelle délimitée dans un WAAM).

    La réalité absolue identifie une entité (dimensionnelle ou adimensionnelle) délimitée dans un WAAM.

    La réalité absolue identifie une entité formée dans un WAAM.

 

    La réalité absolue identifie une entité formée.

 

 

3.                   YOOWAA

 

 

3.1.             La transcription YOOWAA

 

Suivant la méthode nous avons la construction fonctionnelle et conceptuelle :

 

[([assemblage «a» entité permanente] «a» information) «a» effectivité permanente]

 

D’où le tableau de transcription de YOOWAA :

 

 Relations entre les concepts primaires

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

Y «a» OO

assemblage «a» entité permanente

a)     assemblage a des entités permanentes

b)     ensemble d’entités permanentes

YOO «a» W

ensemble d’entités permanentes «a» information

ensemble d’entités permanentes informatives

YOOW «a» AA

ensemble d’entités permanentes informatives «a» effectivité permanente

L’ensemble d’entités permanentes informatives a une effectivité permanente

 

Transcription de YOOWAA :

 

–   L’ensemble d’entités permanentes informatives a une effectivité permanente.

 

 

3.2.             La traduction YOOWAA 

 

          L’ensemble d’entités permanentes informatives a une effectivité permanente.

 

 

4.                   La TRANSCRIPTION de AAIODII YOOWAA 

 

Suivant la méthode nous avons la construction fonctionnelle et conceptuelle :

 

[(((effectivité permanente «a» identification) «a» entité] «a» forme) « a » identification permanente] «a» [[[assemblage «a» entité permanente] «a» information] «a» effectivité permanente]

 

 

D’où le tableau de transcription de AAIODII YOOWAA :

 

 Relations entre les concepts primaires

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

AAIODII «a» YOOWAA

L’effectivité permanente identifie une entité qui a une forme délimitée «a» ensemble d’entités permanentes informatives a une effectivité permanente

La réalité absolue identifie une entité formée a un ensemble d’entités permanentes informatives qui ont une effectivité permanente

 

Transcription de AAIODII YOOWAA :

 

–   La réalité absolue identifie une entité formée a un ensemble d’entités permanentes informatives qui ont une effectivité permanente.

 

 

5.                   La traduction de AAIODII YOOWAA  

 

          La réalité absolue identifie une entité formée [dans les WAAM] a un ensemble d’entités permanentes informatives qui ont une effectivité permanente

 

          La réalité formée dans les WAAM a des d’entités informatives

 

 

6.                   IOWAA

 

 

6.1.             La transcription IOWAA

 

Suivant la méthode nous avons la construction fonctionnelle et conceptuelle :

 

[[[identification «a» entité] «a» information] «a» effectivité permanente]

 

D’où le tableau de transcription de IOWAA :

 

 Relations entre les concepts primaires

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

I «a» O

identification «a» entité

a)     L’identification a une entité

b)     L’entité identifiée

 

IO «a» W

L’entité identifiée «a» information

a)     L’entité identifiée a une information

b)     L’entité identifiée est informative

 

IOW «a» AA

L’entité identifiée est informative

 «a» effectivité permanente

L’entité identifiée est informative et a une effectivité permanente

 

Transcription de IOWAA :

 

–   L’entité identifiée est informative et a une effectivité permanente.

 

 

6.2.             La traduction IOWAA 

 

          L’entité identifiée est informative et a une effectivité permanente.

          L’entité identifiée est informative

 

 

 

7.                   La TRANSCRIPTION de AAIODII IOWAA  

 

Suivant la méthode nous avons la construction fonctionnelle et conceptuelle :

 

[(((effectivité permanente «a» identification) «a» entité] «a» forme) « a » identification permanente] «a» [[[identification «a» entité] «a» information] «a» effectivité permanente]

 

 

D’où le tableau de transcription de AAIODII IOWAA :

 

 Relations entre les concepts primaires

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

AAIODII «a» IOWAA 

L’effectivité permanente identifie une entité qui a une forme délimitée «a» entité identifiée est informative et a une effectivité permanente

La réalité absolue identifie une entité formée et a une entité identifiée qui est informative et a une effectivité permanente

 

Transcription de AAIODII IOWAA :

 

–   La réalité absolue identifie une entité formée et a une entité identifiée qui est informative et a une effectivité permanente.

 

 

8.                   La traduction de AAIODII IOWAA  

 

          La réalité absolue identifie une entité formée [dans les WAAM] identifiée qui est informative et a une effectivité permanente

 

          La réalité formée dans les WAAM a une entité informative

 

 

9.                   Conclusion sur AAIODII YOOWAA/IOWAA

 

Les deux formes du vocable sont très proches du concept «d’entité entropique», et il n’est pas possible de privilégier un vocable plus que l’autre.

 

          AAIODII YOOWAA [La réalité formée dans les WAAM a des d’entités informatives]

 

          AAIODII IOWAA [La réalité formée dans les WAAM a une entité informative]

 

 

 

 

 

© Denocla  décembre 03 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

 

 

 

AAIODIWOA

 

 

 

 

1.     Le contexte.. 1

2.     Analyse du contexte.. 2

3.     AAIODIWOA.. 2

4.     La TRANSCRIPTION de AAIODIWOA.. 2

5.     La TRADUCTION de AAIODIWOA.. 3

 

 

1.     Le contexte

 

D 33 :

 

 «l’AAIODIWOA [CRÉATION, ENSEMBLE DES ÊTRES DIMENSIONNELS ET ADIMENSIONNELS créés par WOA].»

 

D 79 :

 

«WOA, parmi l’infinité d’idées qui coexistent avec son essence, imagine celle d’un « ÊTRE » adimensionnel capable de léser son propre AAIODI [c’est-à-dire : penser, engendrer des idées]. Un tel « ÊTRE » [ÊTRE pour mon concept; AAIODI pour WOA] doit donc être libre. [Observez que s’il ne l’était pas, sa genèse d’idées n’aurait pas de sens puisque celles-ci seraient attribuables à WOA et ne seraient donc pas des IDÉES [au sens conceptuel que vous attribuez à un tel mot] mais AAIODI.

Il n’est pas logique non plus d’imaginer que cet « ÊTRE » libre et générant un autre AAIODI, puisse être un double de WOA. [WOA ne pourra pas engendrer un tel ÊTRE].

C’est ainsi « qu’a été généré » BUAWE BIAEI   [peut se traduire par « ESPRIT COMMUNAUTAIRE ou SOCIAL »] qui représente, comme nous l’expliquerons plus loin, la collectivité des EESEOEMII [êtres pensants] incapables de pénétrer l’essence du AIODI, puisque leur tentative provoque une « mutation » en lui, comme nous vous l’avons expliqué antérieurement.»

 

 

792 :

 

« Nous savons que nous sommes immergés dans un WAAM-WAAM [Univers multiple] et que les flux d’information qui rendent possible toute sa richesse configurative procèdent de deux pôles ou centres. L’un d’entre eux est générateur d’information par antonomase. Toutes les configurations possibles de la matière, toutes les possibilités de l’être, c’est à dire toutes les modalités que vous pourriez concevoir de l’existence perceptible et non perceptible par nos sens et autre organes sensibles imaginables, tirent leur origine de ce pôle. »

 

 « Le centre cosmogonique codificateur de ces configurations possibles, nous l’appelons WOA. WOA coexiste avec AIODII, c’est à dire, avec la réalité formée. L’un configure, l’autre modèle. (??: Uno configura; modela, el otro]. »

 

 

« Ce centre universel d’information pure que représente WOA, vous pouvez vous l’imaginer comme de gigantesques archives où vous pourriez trouver mathématiquement codifiées, depuis la configuration d’une plante végétale [sic] exotique, la résolution d’un système d’équations différentielles ou la structure d’un édifice et d’un matériel générateur de lumière cohérente [laser] et, nous le répétons, n’importe quelle entité ou être possible dans l’Univers multiple. »

 

« WOA entre en résonance avec le WWAM du BUAWA BIAEII [Univers qui codifie ([décode]) toute l’information], par un effet semblable à celui que vous connaissez en physique sous le nom de résonance. »

 

« Ce pôle ou matrice cosmique d’information rendra possible par transfert génétique, toute la configuration des univers multiples. »

 

 

2.      Analyse du contexte

 

Voir AAIODI

 

Voir WOA

 

VOIR aussi le préambule de l’hypothèse sur la genèse de BB

 

3.      AAIODIWOA

 

L’analyse sémantique me paraît aller dans le sens de la lecture suivante : bien que cela ne soit pas extrêment clair, je crois qu’il faut comprendre que « l’AAIODIWOA [CRÉATION, ENSEMBLE DES ÊTRES DIMENSIONNELS ET ADIMENSIONNELS créés par WOA]. » est la création codée dans WOA de l’AAIODI, et plus précisément de l’ensemble des formes possibles [AAIODI AYUU].

 

« Le centre cosmogonique codificateur de ces configurations possibles, nous l’appelons WOA. WOA coexiste avec AIODII, c’est à dire, avec la réalité formée. L’un configure, l’autre modèle. (??: Uno configura; modela, el otro]. »

 

« Ce centre universel d’information pure que représente WOA, vous pouvez vous l’imaginer comme de gigantesques archives où vous pourriez trouver mathématiquement codifiées, depuis la configuration d’une plante végétale [sic] exotique, la résolution d’un système d’équations différentielles ou la structure d’un édifice et d’un matériel générateur de lumière cohérente [laser] et, nous le répétons, n’importe quelle entité ou être possible dans l’Univers multiple. »

 

« Ensuite », seulement, les entités codifiées dans WOA sous la forme d’une information pure, génèrent les divers WAAM.

Puis, « WOA entre en résonance avec le WWAM du BUAWA BIAEII [Univers qui codifie ([décode]) toute l’information], par un effet semblable à celui que vous connaissez en physique sous le nom de résonance. »

« Ce pôle ou matrice cosmique d’information rendra possible par transfert génétique, toute la configuration des univers multiples. »

 

 

4.      La TRANSCRIPTION de AAIODIWOA

 

Suivant la méthode nous avons la construction fonctionnelle et conceptuelle :

 

[([effectivité permanente « a » identification] « a » entité) « a » forme] « a » identification] « a » information) « a » entité) « a » effectivité

 

Relations entre les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

AAIODI « a » WOA

 

 

L’effectivité permanente de l’identification d’une entité a une forme identifiable « a » L’information a une entité effective

L’effectivité permanente de l’identification d’une entité a une forme identifiable, a une information qui a une entité effective

 

 

Pour AAIODIWOA donc la transcription suivante :

 

          L’effectivité permanente de l’identification d’une entité a une forme identifiable, a une information qui a une entité effective

 

5.      La TRADUCTION de AAIODIWOA

 

          L’effectivité permanente [effectivité de la réalité absolue] de l’identification d’une entité a une forme identifiable [identifie une entité dimensionnelle ou adimensionnelle], a une information qui a une entité effective [L’information « engendre » une entité « réelle »]

 

          L’effectivité de la réalité absolue identifie une entité dimensionnelle ou adimensionnelle qui a une information qui elle-même « engendre » une entité « réelle ».

 

          La réalité absolue identifie une entité informative qui « engendre » une entité « réelle ».

 

 

 

© Denocla  janvier 04 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ALADAA

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE « alada ». Erreur ! Signet non défini.

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE. Erreur ! Signet non défini.

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS. Erreur ! Signet non défini.

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES. 138

3.1.       L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 138

3.2.       L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 139

3.3.       LA TRANSCRIPTION de ALADAA.. 139

4.     LE GRAPHE DE ALADAA.. 140

5.     LA TRADUCTION DE ALADAA.. 140

6.     LA TRADUCTION DE UYOOALADAA.. Erreur ! Signet non défini.

7.     LA TRADUCTION DE AYUBAA UYOOALADAA.. Erreur ! Signet non défini.

7.1.       Calcul de la probabilité. 141

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE « alada »

 

PRESENTATION DU CONTEXTE

 

D69-3

Juin 1968

ESP

AALAADAA

liquéfient la masse d’AALAADAA

(mélange cristallisé de métaux)

D69-3

Juin 1968

ESP

AYUBAA UYOALAADAA

peuvent être modifiés à chaque instant

grâce à l’AYUBAA UYOALAADAA

D69-3

Juin 1968

ESP

UYOOALADAA

propriétés de résistance structurale très

 caractéristique car, grâce au UYOOALADAA

D69-3

Juin 1968

ESP

UYOOALADAA

(UYOOALADAA - réseau vasculaire

possédant des conduits à l’intérieur

desquels s’écoule un alliage liquéfiable).

D69-3

Juin 1968

ESP

UYOOALADAA AYUBAA

UYOOALADAA AYUBAA. Conduite pour

un alliage susceptible de se fondre ou

de se solidifier

 

 

L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Le vocable «alada» paraît exprimer un concept de l’ordre de «l’alliage de métaux».

 

L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES

 

Les syntaxes connues sont :

 

AALAADAA

AYUBAA UYOALAADAA

UYOOALADAA AYUBAA

 

L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Pas de sons ambigus.

Voir les tableaux des phonèmes et des concepts primaires

 

L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

A priori, les premiers et deuxièmes sons «a» peuvent-être longs.

 

Analyse de la syntaxe possible la plus simple ALADAA

 

LA TRANSCRIPTION de ALADAA

 

[(A) déplacement «a» [(L) changement «a» [(A) déplacement «a» [(D) manifestation «a» (AA) déplacement permanent]

 

Relations entre les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

D «a» AA

[(D) manifestation «a» (AA) déplacement permanent]

Forme dynamique

A «a» DAA

[(A) déplacement «a» [(D) manifestation «a» (AA) déplacement permanent]

déplacement de forme dynamique

L «a» ADAA

[(L) changement «a» [(A) déplacement «a» [(D) manifestation «a» (AA) déplacement permanent]

change le déplacement de forme dynamique

A «a» LADAA

[(A) déplacement «a» [(L) changement «a» [(A) déplacement «a» [(D) manifestation «a» (AA) déplacement permanent]

Le mouvement change le déplacement d’une forme dynamique

 

Pour ALADAA donc la transcription suivante :

 

          Le mouvement change le déplacement d’une forme dynamique

 

 

LE GRAPHE DE ALADAA

 

 

 

 

LA TRADUCTION DE ALADAA

 

Déplacement dans des conduits d’un alliage susceptible de fondre ou de se solidifier

 

          Le mouvement change le déplacement d’une forme dynamique

 

Autrement dit : fluide rhéostatique

 

 

LA TRADUCTION DE UYOOALADAA

 

UYOOALADDA = Dépend d’un ensemble matériel qui a un mouvement qui change le déplacement d’une forme dynamique

= Dépend de l’ensemble matérialisé d’un fluide rhéostatique

 

Autrement dit suivant le contexte : conduits de fluide rhéostatique

 

 

LA TRADUCTION DE AYUBAA UYOOALADAA

 

Nous avons les 2 formes «grammaticales» possibles (cf. explications de la sémantique) :

 

          AYUBAA UYOALAADAA

          UYOOALADAA AYUBAA

 

AYUBAA =Réseau ou graphe (dynamique) 

UYOOALADAA= conduits de fluide rhéostatique

 

Donc : réseau de conduits de fluide rhéostatique ou conduits de fluide rhéostatique en réseau

 

Calcul de la probabilité

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1/17^10 = 1/(2 x 10^12) = 1/20000 milliards

 

 

http://www.ummofiles.com/JPP/materiaux_intelligents/materiaux_intelligents.htm

 

© Denocla février 20 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

AALOA

 

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DE SEQUENCE DE VOCABLES. 135

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE. 136

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS. 136

3.     Les TRANSCRIPTIONS et  TRADUCTION.. 136

4.     Conclusion.. 136

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DE SEQUENCE DE VOCABLES

 

PRESENTATION DU CONTEXTE

 

D77

17/11/1969

ESP

AALOA

De cette manière, dans un bavardage intranscendant comme

 UAEXOOE IANNO IAUAMII IE OEMII + UAMII XOA AALOA

D77

17/11/1969

ESP

AALOA

s’intercalerait l’information précédente : AEXOOE IANNOO IANNO

 IAVAMII IE IE IE UAMII XOA AALOA AALOA AALOA.

(Ndt : un accent aigu sur les trois lettres en gras et les soulignements

 sont sur l’original)

 

L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Plusieurs vocables étant uniques et sans contexte précis identifié, je me limiterai à des transcriptions-traductions directes de la séquence qui évoque «une scène de repas» :

 

UAEXOOE IANNO IAUAMII IE OEMII

UAMII XOA AALOA

 

Les TRANSCRIPTIONS et TRADUCTION

 

Traductions possibles suivant le contexte :

 

UAEXOOE=fonction d’un «palier d’émergence» qui a une représentation mentale

=la faim?

 

IANNO=identifie le déplacement d’un flux permanent qui a une entité

= action d’un flux permanent qui a une entité

=estomac; tube digestif?

 

IA=action

UAMII=repas

IE=femme

OEMII=humain

 

La faim tenaille l’estomac, action du repas par une femme humaine

La faim tenaille l’estomac, le repas est préparé par une femme.

 

UAMII=repas

XOA=la structure cyclique a une entité déplacée

=la mastication?

AALOA=la dynamique change l’entité déplacée

=la digestion?

 

Le repas mastiqué est digéré.

 

Conclusion

 

Une traduction possible est :

UAEXOOE IANNO IAUAMII IE OEMII

La faim tenaille l’estomac, le repas est préparé par une femme.

 

UAMII XOA AALOA

Le repas mastiqué est digéré

 

 

 

© Denocla février 20 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

AARBI

 

 

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DE « arbi » « omaillou ». 137

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE. 137

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS. 137

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES. 138

3.1.       L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 138

3.2.       L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 139

3.3.       LA TRANSCRIPTION de AARBI 139

3.4.       LA TRANSCRIPTION de OMAIU.. 139

4.     LE GRAPHE DE AARBI 140

5.     LA TRADUCTION DE AARBI OMAIU.. 140

5.1.       Calcul de la probabilité. 141

6.     CONCLUSION sur AARBI OMAIU.. 141

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DE « arbi » « omaillou »

 

PRESENTATION DU CONTEXTE

 

D41-3

1966

ESP

AARBI OMAIU

dans son petit AARBI OMAIU (cet appareil est l’équivalent

des magnétophones terrestres

D41-16

1966

ESP

AARBII OMAIU

AARBII OMAIU (sorte de tablettes de titane où peuvent

 s’enregistrer les sons

 

 

L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Suivant les indications des Oummains, il s’agit d’un concept exprimant une sorte de «magnétophone». A priori, le son est codé suivant une codification duodécimale dans un cristal de titane. Un électron d’un atome de titane change de sous-couche électronique à l’aide d’un dispositif haute fréquence tri-axial, utilisant un effet hétérodyne (AAR). Voir D71 :

des fréquences de l’ordre de 8,35 .1021 cycles/seconde et différentes pour chaque faisceau. S71-s5| S71-s6| S71-s7, (S71-s5, 6, 7) sont les trois générateurs de fréquence.

Ces fréquences très élevées tombent en dehors du spectre caractéristique du TITANE car ces faisceaux considérés indépendamment ne sont pas capables d’exciter un par un ses électrons corticaux. Mais cela ne se passe pas ainsi quand les trois rayons tombent simultanément sur un ATOME spécifique (leS71-s8(S71-s8) du dessin). Alors la superposition ou mélange des trois fréquences provoque un effet que vous connaissez depuis très longtemps. appelé BATTAGE ou HÉTÉRODYNE, et qui donne comme résultat une fréquence beaucoup plus basse qui coïncide avec n’importe quelle raie spectrale du TITANE. L’atome est donc excité et comme les trois faisceaux orthogonaux peuvent se déplacer dans l’espace avec une grande précision, ils localisent ainsi tous les atomes du bloc, un par un. (S71-f2)

Hétérodyne : Quand deux ondes sinusoïdales de différentes fréquences sont mêlées ou superposées, l’amplitude de l’onde résultante varie avec une fréquence égale à la différence de leurs fréquences respectives.

L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES

 

Les syntaxes connues sont :

-          AARBI OMAIU

-          AARBII OMAIU

 

L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Le son «iou» est ambigu. Il peut être noté YU ou IU

Voir les tableaux des phonèmes et des concepts primaires

 

L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

Le son «i» peut-être long ou court.

La premier son «a» est a priori long.

 

 

LA TRANSCRIPTION de AARBI

 

Transcription de la syntaxe la plus simple : AARBI

 

(AA) dynamique «a» [(R) superposition «a» [(B) interconnexion «a» (I) identification]
 

 

 

Relations entre les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

B «a» I

[(B) interconnexion «a» (I) identification]

Interconnexion identifiée

R «a» BI

[(R) superposition «a» [(B) interconnexion «a» (I) identification]

La superposition a une interconnexion identifiée

AA «a» RBI

(AA) dynamique «a» [(R) superposition «a» [(B) interconnexion «a» (I) identification]

La dynamique de la superposition a une interconnexion identifiée

 

Pour AARBI donc la transcription suivante :

 

-          La dynamique de la superposition a une interconnexion identifiée

 

 

LA TRANSCRIPTION de OMAIU

 

[(O) entité «a» (M) jointure «a» [(A) déplacement «a» [(I) identification «a» (U) dépendance]

 

Relations entre les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

I «a» U

[(I) identification «a» (U) dépendance]

Identifie la dépendance

A «a» IU

[(A) déplacement «a» [(I) identification «a» (U) dépendance]

Le déplacement identifie la dépendance

OM «a» AIU

[(O) entité «a» (M) jointure «a» [(A) déplacement «a» [(I) identification «a» (U) dépendance]

Entité et le déplacement identifie la dépendance

 

Pour OMAIU donc la transcription suivante :

 

-          Entité et le déplacement identifie la dépendance

 

 

LE GRAPHE DE AARBI

 

 

 

 

LA TRADUCTION DE AARBI OMAIU

 

Suivant le contexte :

 

-          La dynamique de la superposition a une interconnexion identifiée

-          L’effet hétérodyne a une interconnexion identifiée

 

-          Entité et le déplacement identifie la dépendance

-          Electron d’atome de titane codé par le déplacement identifié des faisceaux de hautes fréquences.

 

 

Autrement dit : L’effet hétérodyne a une interconnexion identifiée par un électron d’atome de titane codé par le déplacement identifié des faisceaux de hautes fréquences.

 

Calcul de la probabilité

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1/17^10 = 1/(2 x 10^12) = 1/20000 milliards

 

CONCLUSION sur AARBI OMAIU

 

Nous avons la forme syntaxique signifiante est AARBI OMAIU :

 

«La dynamique de la superposition a une interconnexion identifiée»

«Entité et le déplacement identifie la dépendance»

 

Ce qui peut-être traduit par :

 

«L’effet hétérodyne a une interconnexion identifiée par un électron d’atome de titane codé par le déplacement identifié des faisceaux de hautes fréquences»

 

 

 

© Denocla février 20 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

AARWIO et AARGA

 

 

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DE  « arwio » et « arga » « boua » « éi ». 142

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE. 142

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS. 142

2.1.       L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 143

2.2.       L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 143

2.3.       LA TRANSCRIPTION de AARWIO.. 143

3.     LA TRADUCTION DE AARWIO.. 144

4.     LE GRAPHE DE AARWIO.. 144

4.1.       LA TRANSCRIPTION de AARGA.. 144

5.     LA TRADUCTION DE AARGA.. 145

5.1.       Calcul de la probabilité. 145

6.     CONCLUSION sur AARWIO et AARGA.. 145

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DE « arwio » et « arga » « boua » « éi »

 

PRESENTATION DU CONTEXTE

 

D41-15

1966

ESP

AARWIO BUUA EI

la méthode AARWIO BUUA EI

 

D41-15

1966

ESP

AARGA BUUA EI

notre moderne AARGA BUUA EI

«Notre humanité traversait alors une époque hallucinante et angoissante : des centaines de malades psychiques, leurs centres neurophysiques déséquilibrés générateurs d’impulsions BUUAWE BIE télépathiques terrorisaient la population, freinant le progrès de la culture. On pensait plus à faire la chasse à ces malheureux malades qu’à rendre un culte à WOA (Dieu).

A cette époque existait encore sur UMMO un Gouvernement monocratique qu’on élisait par proclamation des AAse OGIA (Chefs de Cité). Les méthodes de détection de ces malades allèrent lentement en se perfectionnant. Dans l’année 1126 de notre première époque, apparaît la méthode AARWIO BUUA EI, précédent de notre moderne AARGA BUUA EI, pour neutraliser leurs hurlements anarchiques, en les tuant à distance,»

 

L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Le concept BUUA désigne «L’interconnexion de la conduite», du comportement.

Et le vocable EI= représentation mentale identifiée, a priori, il s’agit de l’image mentale télépathique. BUUA EI désigne donc l’interconnexion qui a une comportement qui émet des images mentales télépathiques, autre dit les «hurlements télépathiques».

AAR caractérise une dynamique de superposition d’ondes, un effet hétérodyne. Dans la méthode «arwio» «boua» «éi», le vocable «arwio» désigne est la méthode qui permet d’identifier les malades pour les tuer à distance. Autrement dit, une méthode de détection «radar» permettant de localiser les configurations typiques des perturbations au sein de la sous-couche électronique de l’atome de krypton BUUA XUU, qui émet les messages télépathiques au niveau de l’OEMBUAW (voir le chapitre sur La communication télépathique).

 

Bien que cela ne soit pas indiqué explicitement, l’on peut penser que la méthode «arga» «boua» «éi» neutralise les malades sans les tuer. Autrement dit «arga» est la méthode de neutralisation configurations typiques des perturbations au sein de la sous-couche électronique de l’atome de krypton BUUA XUU des malades.

 

 

 

L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Le son «oui» dans arwio est ambigu. Il avoir pour syntaxes ARUIO ou ARWIO.

Voir les tableaux des phonèmes et des concepts primaires

 

L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

La premier son «a» est a priori long.

 

 

LA TRANSCRIPTION de AARWIO

 

Transcription de la syntaxe la plus simple : AARWIO

 

(AA) dynamique «a» [(R) superposition «a» [(W) génèration «a» [(I) identification «a» (O) entité]

 

Relations entre les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

I «a» O

(I) identification «a» (O) entité

Identifie l’entité

W «a» IO

[(W) génèration «a» (I) identification] «a» (O) entité]

Génère l’identification de l’entité

R «a» WIO

[(R) superposition «a» [(W) génèration «a» (I) identification] «a» (O) entité]

La superposition génère l’identification de l’entité

AA «a» RWIO

(AA) dynamique «a» [(R) superposition «a» [(W) génèration «a» (I) identification] «a» (O) entité]

Dynamique de la superposition qui génère l’identification de l’entité

 

Pour AARWIO donc la transcription suivante :

 

          Dynamique de la superposition qui génère l’identification de l’entité

 

 

LA TRADUCTION DE AARWIO

 

Suivant le contexte :

 

          Dynamique de la superposition qui génère l’identification de l’entité

          L’effet hétérodyne génère l’identification de l’entité [l’électron perturbateur au sein de la sous-couche électronique de l’atome de krypton BUUA XUU des malades]

 

Autrement dit : L’effet hétérodyne détecte l’électron perturbateur au sein de la sous-couche électronique de l’atome de krypton BUUA XUU des malades.

 

 

LE GRAPHE DE AARWIO

 

 

 

 

LA TRANSCRIPTION de AARGA

 

(AA) dynamique «a» [(R) superposition «a» [(G) structure «a» [(A) déplacement]

 

Relations entre les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

G «a» A

G) structure «a» [(A) déplacement]

Structure déplacée

R «a» GA

[(R) superposition «a» [(G) structure «a» [(A) déplacement]

La superposition a une structure déplacée

AA «a» RGA

(AA) dynamique «a» [(R) superposition «a» [(G) structure «a» [(A) déplacement]

Dynamique de la superposition qui a une structure déplacée 

 

Pour AARGA donc la transcription suivante :

 

          Dynamique de la superposition qui a une structure déplacée    

 

 

LA TRADUCTION DE AARGA

 

Suivant le contexte :

 

          Dynamique de la superposition qui a une structure déplacée  

          L’effet hétérodyne a une structure déplacée [l’orbitale de l’électron perturbateur est déplacée au sein de la sous-couche électronique de l’atome de krypton BUUA XUU des malades]

 

          Autrement dit : L’effet hétérodyne modifie l’orbitale de l’électron perturbateur au sein de la sous-couche électronique de l’atome de krypton BUUA XUU des malades.

 

 

Calcul de la probabilité

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1/17^5 = 1/1,4 millions

 

 

CONCLUSION sur AARWIO et AARGA

 

Les vocables AARWIO et AARGA paraissent désigner des techniques basées un effet hétérodyne sur un électron perturbé de la sous-couche électronique de l’atome de krypton BUUA XUU des malades télépathiques.

 

 

 

© Denocla février 20 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

AARGOA

 

ANALYSE SEMANTIQUE DE   « arg » — « oa ». 146

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE. 146

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS. 146

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES. 146

3.1.       L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 146

3.2.       L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 147

3.3.       LA TRANSCRIPTION de AARGOA.. 147

4.     LE GRAPHE DE AARGOA.. 147

5.     LA TRADUCTION DE AAR GOA.. 148

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DE « arg » — « oa »

 

PRESENTATION DU CONTEXTE

 

D41-15

1966

ESP

AAR GOA

AARGOA.htm

le fameux AAR GOA, elle provoque ce que vous appelez

«un coup d’état»

D43

1966

ESP

AAR GOA

AARGOA.htm

Cependant le fameux AAR GOA (violation abusive du pouvoir)

 d’ IE 456 fille de NA 3I2, en l’année 1301,

 

 

L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Le concept «arg» — «oa» désigne «un coup d’état», «violation abusive du pouvoir».

Le concept AAR caractérise une «dynamique superposée» et GOA se décode aisément :

«La structure a une entité déplacée».

 

 

L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES

 

Une seule syntaxe connue : AARGOA

 

L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Pas de son ambigu.

Voir les tableaux des phonèmes et des concepts primaires

 

L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

Pas de son long autre que «a».

 

LA TRANSCRIPTION de AARGOA

 

(AA) dynamique «a» [(R) superposition «a» [(G) structure «a» (O) entité «a» [(A) déplacement]

 

Relations entre les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

OA

(O) entité «a» [(A) déplacement]

Entité déplacée

G «a» OA

[(G) structure «a» (O) entité «a» [(A) déplacement]

Structure d’une entité déplacée 

R «a» GOA

[(R) superposition «a» [(G) structure «a» (O) entité «a» [(A) déplacement]

La superposition de la structure d’une entité déplacée 

AA «a» RGOA

(AA) dynamique «a» [(R) superposition «a» [(G) structure «a» (O) entité «a» [(A) déplacement]

La dynamique de la superposition de la structure d’une entité déplacée

 

Pour AARGOA donc la transcription suivante :

 

          La dynamique de la superposition de la structure d’une entité déplacée

 

 

LE GRAPHE DE AARGOA

 

 

 

 

 

LA TRADUCTION DE AAR GOA

 

Autrement dit :

 

          La dynamique de la superposition a une structure d’entité déplacée

          La dynamique superposée [l’apposition] a une structure d’entité déplacée [une structure externe — de pouvoir —]

          La dynamique superposée [l’apposition] d’une structure d’entité déplacée [une structure externe — de pouvoir —]

 

En résumé :

 

          Apposition d’une structure de pouvoir externe

 

 

© Denocla février 20 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

 

AARUNNIOGOIA

 

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DE « ar » — « ou » — « ni » — « oguia ». 149

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE. 149

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS. 149

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES. 149

L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 150

L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 150

4.     LE GRAPHE DE AARUNNIOGOIA.. 150

5.     LA TRADUCTION DE AARUNNIOGOIA.. 150

Calcul de la probabilité. 151

6.     CONCLUSION sur AARUNNIOGOIA.. 151

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DE «ar» — «ou» — «ni» — «oguia»

 

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE

 

D47-3

1966

ESP

AARUNNIOGOIA

grâce à la formation scientifique des habitudes par une

technique semblable à celle que nous utilisons dans nos

 UNAWO UI (centre d’enseignement);

technique appelée AARUNNIOGOIA

(ENSEIGNEMENT AU MOYEN DE RÉFLEXES CONDITIONNÉS).

 

D47-3

1966

ESP

UNNIOOGOIA

C’est ce qui s’est produit avec le concept neurophysiologique

d’UNNIOOGOIA (RÉFLÊXES CONDITIONNÉS).

 

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Le concept «ar» — «ou» — «ni» — «oguia» désigne quelque chose de l’ordre de «ENSEIGNEMENT AU MOYEN DE RÉFLEXES CONDITIONNÉS».

Le concept AAR caractérise une «dynamique superposée».

Le concept UNNIOOGOIA caractérise «les aires cérébrales ont une infrastructure décisionnelle».

 

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES

 

Les syntaxes connues :

 

          AARUNNIOGOIA

          UNNIOOGOIA

 

               L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Le son «ia» est ambigu. Il peut être noté YA ou IA

Voir les tableaux des phonèmes et des concepts primaires

 

               L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

Le premier son «o» peut être long ou court.

 

4.     LE GRAPHE DE AARUNNIOGOIA

 

 

 

 

5.     LA TRADUCTION DE AARUNNIOGOIA

 

Suivant le contexte :

 

          Dynamique de superposition sur des aires cérébrales qui ont une infrastructure décisionnelle

          Répétitions sur des aires cérébrales qui ont une infrastructure décisionnelle

 

Autrement dit : 

 

          apprentissage «par cœur» ou conditionné sur des centres de décision.

 

               Calcul de la probabilité

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1/17^12 = 1/(5,6 x 10^14) = 1/560000 milliards

 

6.     CONCLUSION sur AARUNNIOGOIA

 

Nous avons la forme syntaxique signifiante est AARUNNIOGOIA :

 

«Dynamique de superposition sur des aires cérébrales qui ont une infrastructure décisionnaire »

 

          Ce qui peut-être traduit par : «Apprentissage conditionné sur des centres de décision»

 

 

 

 

© Denocla  mai 08 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

 

 

 

 

AASE GAARAADUI

 

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DE   « assé ». 152

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE. 152

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS. 152

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES. 152

3.1.       L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 152

3.2.       L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 152

3.3.       LA TRANSCRIPTION de AASE. 153

4.     LE GRAPHE DE AASE. 153

4.1.       Calcul de la probabilité. 154

5.     LA TRADUCTION DE AASE. 154

6.     La TRADUCTION DE GAARAADUI 154

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DE « assé »

 

PRESENTATION DU CONTEXTE

 

D41-12

1966

ESP

AASE

témoignages des anciens AASE OUIA (chefs ou gouverneurs)

D41-15

1966

ESP

Aase

existait encore sur UMMO un Gouvernement monocratique

qu’on élisait par proclamation des AAse OGIA (Chefs de Cité).

D41-15

1966

ESP

AASE

le Conseil de AASE OUIA (gouverneurs)

D43

1966

ESP

AASE GAARAADUI

de l’AASE GAARAADUI (les ruines de cette métropole sont

 conservées)

D41-15

1966

ESP

AAse OGIA

existait encore sur UMMO un Gouvernement monocratique

qu’on élisait par proclamation des AAse OGIA (Chefs de Cité).

D43

1966

ESP

AASE OGIAA

Pour la première fois depuis l’année Zéro du Premier Temps,

le chef suprême d’UMMO ne serait pas élu par les AASE OGIAA

D41-12

1966

ESP

AASE OUIA

témoignages des anciens AASE OUIA (chefs ou gouverneurs)

D41-15

1966

ESP

AASE OUIA

le Conseil de AASE OUIA (gouverneurs)

D47-3

1966

ESP

AASEE

dans l’AASEE (colonie) UDIOO AWEE

 

 

L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Le concept « assé » désigne une « colonie », une ville.

Voir aussi OGIA

 

L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES

 

Les syntaxes connues :

 

–          AASE

–          AASEE

 

L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Pas de son ambigu.

Voir les tableaux des phonèmes et des concepts primaires

 

L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

Le son « é » est probablement court.

 

LA TRANSCRIPTION de AASE

 

(AA) dynamique « a » [(S) cyclicité « a » (E) représentation mentale]

 

Relations entre les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

S « a » E

[(S) cyclicité « a » (E) représentation mentale]

 

Le cycle a une représentation mentale

AA « a » SE

(AA) dynamique « a » [(S) cyclicité « a » (E) représentation mentale]

 

 

La dynamique cyclique a une représentation mentale

 

Pour AASE donc la transcription suivante :

 

          La dynamique cyclique a une représentation mentale

 

LE GRAPHE DE AASE

 

 

Calcul de la probabilité

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1/17^4 = 1/83 520

LA TRADUCTION DE AASE

 

Suivant le contexte :

 

          La dynamique cyclique [du peuplement] a une représentation mentale

          Le peuplement a une représentation mentale [la « colonie »]

 

En résumé :

 

          la « colonie »

 

 

La TRADUCTION DE GAARAADUI

 

D43

1966

ESP

AASE GAARAADUI

de l’AASE GAARAADUI (les ruines de cette métropole sont

 conservées)

 

GAARAADUI peut être un nom propre, probablement relatif au rôle fonctionnel de la ville concernée.

Mais le vocable peut aussi être signifiant :

 

GAARAADUI= une structure dynamique se superpose sur la dynamique d’une forme de dépendence identifiée 

= une structure dynamique se superpose sur la dynamique architecturale

Autrement dit :

= enfouissement de l’architecture

 

 

© Denocla février 20 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

 

 

ASNEII

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DE   « asné » — « i ». 1

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE. 1

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS. 2

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES. 2

3.1.      L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 2

3.2.      L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 2

4.     LA TRANSCRIPTION de ASNEII 2

5.     LA TRADUCTION DE ASNEII 3

5.1.      Calcul de la probabilité. 3

6.     La TRADUCTION DE ASNEIIBIAEDOO. 3

 . 3

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DE   « asné » — « i »

 

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE

 

D71

??/??/1967

ESP

AASNEII

une très faible énergie (NEUTRON) (flèche verte) provoque

une scission nucléaire en un seul atome (S71-s2) dont la fission

 libère une énergie énorme (flèche rouge) captée par

l’AASNEII(S71-s3) et transformée de chaleur en électricité

 

D 792-2

 janvier 1988

ESP

ASNEEIIBIAEDOO

Peu après se produirait le ASNEEIIBIAEDOO (disparition)

 devant ses disciples abasourdis.

D 792-2

 janvier 1988

ESP

ASNEEIIBIAEDOO

mais ils pensèrent à tort que sa ASNEEIIBIAEDOO

 (disparition par effet frontière) avait pu se réaliser au

 moment de sa mort

D 792-1

 janvier 1988

ESP

ASNEIIBIAEDOO

pendant que les nouveaux êtres, qui suivent des règles

 éthiques sublimes, forment une structure sociale parfaite,

 pendant peu de temps, puisque leur ASNEIIBIAEDOO

 (Absorption par le B.B. ou disparition) décime

progressivement ce merveilleux Réseau social,

D 792-1

 janvier 1988

ESP

ASNEIIBIAEDOO

La procréation est presque inexistante au point que le

taux de « disparitions » appelé par nous ASNEIIBIAEDOO,

 excède dans une grande mesure celui des mutations

OISIOOWOA qui se montent à de rares naissances dans

 la nouvelle espèce.

D 792-1

 janvier 1988

ESP

ASNEIIBIAEDOO

Il est inutile de se lancer dans des spéculations sur la

question de savoir si ASNEIIBIAEDOO (mutation par

 effet-frontière), s’est déroulé avant son décès ou non.

D 792-1

 janvier 1988

ESP

ASNEIIBIAEOO

Bien avant que ce seuil soit atteint, B.B. ASNEIIBIAEOO

 (peut se traduire par phagocyter, absorber, réduire à néant),

 cet être merveilleux.

 

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Le concept « asné » — « i » désigne une sorte de « capteur d’énergie thermique ».

Voir aussi EDDO qui décrit la « (modèle conceptuel) Conceptualisation d’une forme matérielle », ce qui se traduit par « absence ».

Le concept « asné » — « i » — « bia » — « édo » exprime une « disparition par effet frontière »

 

 

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES

 

Les syntaxes connues :

 

          AASNEII

–          ASNEII

–          ASNEEII

 

 

3.1. L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Pas de son ambigu.

Voir les tableaux des phonèmes et des concepts primaires

 

3.2. L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

Le son « a » est probablement court.

Le son « é » est probablement court.

Le son « i » est probablement long.

 

 

4.     LA TRANSCRIPTION de ASNEII

 

(A) déplacement « a » [(S) cyclicité « a » [(N) flux « a » [(E) concept « a » (II) limite]

 

Relations entre les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

E « a » II

(E) concept « a » (II) limite]

Concept délimité

N « a » EII

[(N) flux « a » [(E) concept « a » (II) limite]

 

 

Le flux a un concept délimité

S « a » NEII

[(S) cyclicité « a » [(N) flux « a » [(E) concept « a » (II) limite]

Le cycle du flux a un concept délimité

A « a » SNEII

(A) déplacement « a » [(S) cyclicité « a » [(N) flux « a » [(E) concept « a » (II) limite]

Déplacement cyclique du flux a un concept délimité

 

Pour ASNEII donc la transcription suivante :

 

          Déplacement cyclique du flux a un concept délimité

 

 

 

5.     LA TRADUCTION DE ASNEII

 

Suivant le contexte :

 

          Déplacement cyclique du flux a un concept délimité

          Déplacement cyclique du flux (sorte d’onde énergétique) a un concept délimité (effet frontière)

 

En résumé :

 

          Une sorte d’onde énergétique a un effet frontière (qui permet la transformation de la chaleur en électricité)

 

5.1. Calcul de la probabilité

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1/17^6 = 1/(24 x 10^6) = 1/24 millions

 

 

6.     La TRADUCTION DE ASNEIIBIAEDOO

 

Nous avons les concepts suivants :

EDOO= « absence »

BIA= « interconnexion décisionnelle »

ASNEII« sorte d’onde énergétique a un effet »

 

Le concept « asné » — « i » — « bia » — « édo » exprime : une « sorte d’onde énergétique a un effet » a  une « interconnexion décisionnelle » d’une « absence ».

 

 

 

AASNOOSAI

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DE   « asno » — « sa » — « i ». 158

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE. 158

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS. 158

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES. 159

L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 159

L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 159

4.     LA TRANSCRIPTION de AASNOOSAI 159

5.     LE GRAPHE DE AASNOOSAI 160

Calcul de la probabilité. 160

6.     LA TRADUCTION DE AASNOOSAI 160

7.     LA TRADUCTION DE AASNOOSAIWEE. 161

 

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DE   «asno» — «sa» — «i»

 

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE

 

D33-3

1966

ESP

AASNOOSAI

 

Une série d’AASNOOSAI (détecteurs ou

 enregistreurs de fonctions physiologiques)

D 99

12/05/1971

ESP

AASNOOSAIWEE

 

cellules sensorielles par cm2 parmi lesquelles

parmi lesquelles on peut en différencier quatre

 types : trois ciliés et une (AASNOOSAIWEE)

sphéroïdale.

 

 

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Le concept «asno» — «sa» — «i» désigne un dispositif qui a pour fonction de capter divers signaux physiologiques.

Le concept «asno» — «sa» — «i» — «» désigne un dispositif qui a pour fonction de capter divers signaux physiologiques et plus précisément des cellules sensorielles de type sphérique.

 

Voir aussi AASNEII

 

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES

 

Les syntaxes connues :

 

          AASNOOSAI

          AASNOOSAIWEE

 

               L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Pas de son ambigu.

Voir les tableaux des phonèmes et des concepts primaires

 

               L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

Le son «a’ est probablement long.

Le son «o’ est probablement long.

 

Le son «é’ est probablement long.

 

 

4.     LA TRANSCRIPTION de AASNOOSAI

 

(AA) dynamique «a» [(S) cyclicité «a» [(N) flux «a» [(OO) matière «a» [(S) cyclicité «a» [(A) déplacement «a» (I) identification]

 

Relations entres les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

A «a» I

(A) déplacement «a» (I) identification]

 

 

Déplacement identifié

S «a» AI

(S) cyclicité «a» [(A) déplacement «a» (I) identification]

 

 

Le cycle a un déplacement identifié

OO «a» SAI

(OO) matière «a» [(S) cyclicité «a» [(A) déplacement «a» (I) identification]

 

 

La matière a un cycle de déplacement identifié

N «a» OOSAI

(N) flux «a» [(OO) matière «a» [(S) cyclicité «a» [(A) déplacement «a» (I) identification]

 

 

Le flux de matière a un cycle de déplacement identifié

S «a» NOOSAI

[(S) cyclicité «a» (N) flux «a» [(OO) matière «a» [(S) cyclicité «a» [(A) déplacement «a» (I) identification]

 

 

Le cycle du flux de matière a un cycle de déplacement identifié

AA «a» SNOOSAI

(AA) dynamique «a» [(S) cyclicité «a» (N) flux «a» [(OO) matière «a» [(S) cyclicité «a» [(A) déplacement «a» (I) identification]

 

 

La dynamique cyclique du flux de matière a un cycle de déplacement identifié

 

Pour AASNOOSAI donc la transcription suivante :

 

          La dynamique cyclique du flux de matière a un cycle de déplacement identifié

 

5.     LE GRAPHE DE AASNOOSAI

 

 

               Calcul de la probabilité

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1/17^9 = 1/(1,18 x 10^11) = 1/100 milliards

6.     LA TRADUCTION DE AASNOOSAI

 

Suivant le concept de «cellule sensorielle» :

 

          La dynamique cyclique du flux de matière a (un cycle de déplacement identifié)

          La dynamique cyclique du flux de matière a (un cycle d’action)

 

Autrement dit nous pourrions avoir une traduction de l’ordre de :

 

          La dynamique cyclique du (flux de matière provoque une réaction)

          La dynamique cyclique du stimulis

          La variation périodique du stimulis

 

 

7.     LA TRADUCTION DE AASNOOSAIWEE

 

          La variation périodique du stimulis a un modèle [sphérique]

 

 

© Denocla  mai 07 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

 

 

 

 

 

AYAA

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE « ailla ». 161

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE. 162

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS. 162

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES. 162

L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 162

L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 162

LA TRANSCRIPTION de AYAA.. 162

4.     LE GRAPHE DE AYAA.. 163

5.     LA TRADUCTION DE AYAA.. 163

Calcul de la probabilité. 163

6.     CONCLUSION sur AYAA.. 163

7.     LA TRANSCRIPTION de IEAYAA.. 164

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE «ailla»

 

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE

 

 

D41-15

1966

ESP

AAYA IEAAYA

les AAYA IEAAYA (matières fécales et urine) de la maîtresse de UMMO.

 

D43

1966

ESP

AYAA

jusqu’à imposer que nous mastiquions ses AYAA (matières fécales)

 

 

 

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Le vocable «ailla» exprime un concept de l’ordre de «déjections» dont la fonction est d’éjecter du corps les déchets de la nutrition solide.

 

Le vocable «» — «ailla» semble indiquer une distinction spécifique pour les déchets de la nutrition liquide.

 

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES

 

Les syntaxes connues sont :

 

          AAYA IEAAYA

          AYAA

                

               L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Le son «» est ambigu, sa syntaxe signifiante peut-être «IE» ou «YE».

 

Voir les tableaux des phonèmes et des concepts primaires

 

               L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

A priori, le premier son «a» serait long, et le second court.

 

 

 

               LA TRANSCRIPTION de AYAA

 

[(A) déplacement «a» [(Y) spatialité «a» (AA) dynamique]

 

Relations entres les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

Y «a» AA

[(Y) spatialité «a» (AA) dynamique]

Spatialité dynamique

A «a» YAA

(A) déplacement «a» [(Y) spatialité «a» (AA) dynamique]

Le déplacement a une spatialité dynamique

 

Pour AYAA donc la transcription suivante :

 

          Le déplacement a une spatialité dynamique

 

4.     LE GRAPHE DE AYAA

 

 

 

5.     LA TRADUCTION DE AYAA

 

          Le déplacement a une spatialité dynamique

          Le déplacement d’un volume (de la déjection)

 

               Calcul de la probabilité

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1/17^4 = 1/83520

 

6.     CONCLUSION sur AYAA

 

          La syntaxe AYAA paraît signifiante et transcrit «Le déplacement a une spatialité dynamique», ce qui pourrait-être traduit par «Le déplacement d’un volume».

 

 

7.     LA TRANSCRIPTION de IEAYAA

 

IEAYAA=Identifie un concept de «déjection» (dans ce cas un volume d’urine).

Semble indiquer une distinction spécifique pour les déchets de la nutrition liquide.

 

 

 

 

© Denocla  décembre 07 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AEWWIEE

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE « aéwié ». 1

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE. 1

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS. 1

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES. 1

L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 1

L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 1

4.     LA TRANSCRIPTION de AEWWIEE. 1

5.     LA TRADUCTION DE AEWWIEE. 2

Calcul de la probabilité. 2

6.     CONCLUSION sur AEWWIEE. 2

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE « aéwié »

 

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE

 

 

D57-5

27/03/1967

ESP

AEEWWIEE

on s’occupa à confectionner avec des lames de AEEWWIEE (ndt: caractères

 peu lisibles) (substance flexible et élastique de couleur grise)

 

 

 

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Le vocable « aéwié » désigne une « substance flexible et élastique de couleur grise ».

 

 

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES

 

Les syntaxes connues sont :

 

          AEEWWIEE (ndt: caractères peu lisibles)

 

L’examen de l’original laisse penser qu’il n’y a que 7 caractères :

 

          AEWWIEE

 

 

               L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Pas de son ambigu.

 

Voir les tableaux des phonèmes et des concepts primaires

 

               L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

A priori, le son « w » serait long.

A priori, le son « é » final serait long.

 

 

 

4.     LA TRANSCRIPTION de AEWWIEE

 

[(A) déplacement « a » [(E) concept « a » [(WW) génération dynamique « a » [(I) identification « a » [(EE) modèle]

 

Relations entre les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

I “a” EE

[(I) identification « a » [(EE) modèle]

 

Identifie un modèle

WW « a » IEE

[(WW) génération dynamique « a » [(I) identification « a » [(EE) modèle]

La génération dynamique identifie un modèle

E « a » WWIEE

[(A) déplacement « a » [(E) concept « a » [(WW) génération dynamique « a » [(I) identification « a » [(EE) modèle]

Le concept de génération dynamique identifie un modèle

A « a » EWWIEE

[(A) déplacement « a » [(E) concept « a » [(WW) génération dynamique « a » [(I) identification « a » [(EE) modèle]

Le déplacement a un concept de génération dynamique qui identifie un modèle

 

Pour AEWWIEE donc la transcription suivante :

 

Le déplacement a un concept de génération dynamique qui identifie un modèle

 

 

 

5.     LA TRADUCTION DE AEWWIEE

 

substance flexible et élastique

 

    Le déplacement a un concept de génération dynamique qui identifie un modèle

    Le déplacement a un concept de (polymérisation ?)

    Flexibilité d’une matière « plastique » ?

 

               Calcul de la probabilité

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1/17^7 = 1/(410 x 10^6) = 1/410 millions

 

6.     CONCLUSION sur AEWWIEE

 

La syntaxe AEWWIEE paraît signifiante et transcrit « Le déplacement a un concept de génération dynamique

qui identifie un modèle », ce qui pourrait-être traduit par « Flexibilité d’une matière « plastique ».

 

 

 

 

 

 

© Denocla  janvier 08 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

 

AGAXAAU

 

 

Analyse sémantique de vocable phonétique AGAXAAU........................................................ 167

1.     Le contexte................................................................................................................... 167

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS.................................................................................. 167

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES................................................................................... 167

3.1.          L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS....................................................................... 167

3.2.          L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS.................................................................. 167

4.     La transcription du vocable AGAKSAAU.......................................................................... 168

5.     Le graphe de AGAKSAAU............................................................................................... 169

6.     La traduction du vocable AGAXAAU............................................................................... 169

7.     Calcul de la probabilité.................................................................................................. 170

8.     Conclusion.................................................................................................................... 170

 

Analyse sémantique de vocable phonétique AGAXAAU

 

1.     Le contexte

 

D43

1966

ESP

UNNIEYAA AGAXAAU ODIAA

(Dans l’original : UNNIEYAA AGAXAAU ODIAA :

 Peut se traduire par «ÉQUILIBRE PSYCHIQUE

 ou ÉQUILIBRE NEUROCORTICAL»)

 

consultez Vocables

 

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Le vocable AGAXAAU peut se traduire par «ÉQUILIBRE PSYCHIQUE ou ÉQUILIBRE NEUROCORTICAL».

 

 Voir UNIE

 

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES

 

Nous avons uniquement : AGAXAAU.

 

3.1.          L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

A priori le dernier «a».

 

3.2.          L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Le son ambigu «X» qui peut-être «GS» ou «KS».

 

Je retiendrai : AGAKSAAU.

 


 

4.     La transcription du vocable AGAKSAAU

 

Suivant la méthode nous avons la construction fonctionnelle et conceptuelle :

 

(A) déplacement «a» [(G) structure «a» [(A) déplacement «a» [(K) distance «a» [(S) cyclicité  «a» [(AA) déplacement dynamique] «a» (U) dépendance]

 

 

Relations entre les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

AA «a» U

[(AA) déplacement dynamique] «a» (U) dépendance]

Dynamique dépendante

S «a» AAU

[(S) cyclicité  «a» [(AA) déplacement dynamique] «a» (U) dépendance]

Les cycles ont une dynamique dépendante

K «a» SAAU

[(K) distance «a» [(S) cyclicité  «a» [(AA) déplacement dynamique] «a» (U) dépendance]

Les distances cycliques ont une dynamique dépendante

A «a» GSAAU

[(A) déplacement «a» [(K) distance «a» [(S) cyclicité  «a» [(AA) déplacement dynamique] «a» (U) dépendance]

Les mouvements des distances cycliques ont une dynamique dépendante

G «a» AKSAAU

 [(G) structure «a» [(A) déplacement «a» [(K) distance «a» [(S) cyclicité  «a» [(AA) déplacement dynamique] «a» (U) dépendance]

La structure mobile qui a des distances cycliques qui ont une dynamique dépendante

G «a» AKSAAU

(A) déplacement «a» [(G) structure «a» [(A) déplacement «a» [(G) structure «a» [(S) cyclicité  «a» [(AA) déplacement dynamique] «a» (U) dépendance]

Les déplacements de la structure mobile a des distances cycliques qui ont une dynamique dépendante

 

 

Une transcription est donc :

 

          Les déplacements de la structure mobile a des distances cycliques qui ont une dynamique dépendante.

 

 

5.     Le graphe de AGAKSAAU

 

 

 

 

 

 

6.     La traduction du vocable AGAXAAU

 

Voir UNIE

 

          Les déplacements de la structure mobile a des (distances cycliques qui ont une dynamique dépendante).

 

Traduction possible dans le contexte :

 

          Les déplacements de la structure mobile a une (stabilité de cycles).

          Les déplacements de la structure mobile a une (stabilité de cycles).

          La plastique neuronale a une stabilité de cycles

 

Autrement dit, il semblerait que la structure corticale soit plastique, mais avec une stabilité dynamique globale.

 

7.     Calcul de la probabilité

 

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1/17^7 = 1/(410 x 10^6) = 1/410 millions

 

8.     Conclusion

 

Le vocable AGAXAAU est signifiant, il a pour transcription : «Les déplacements de la structure mobile a des distances cycliques qui ont une dynamique dépendante.». Ce qui pourrait se traduire par : «La plastique neuronale a une stabilité de cycles».

Autrement dit, il semblerait que la structure corticale soit plastique, mais avec une stabilité dynamique globale.

 

 

 

© Denocla  mai 08 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

 

  

 

 AGIOA

 

 

1.      Le contexte du vocable phonétique « agui » — « oa ». 171

2.     L’identification du concept du vocable phonétique « agui » — « oa ». 171

3.     L’identification de la syntaxe de « agui » — « oa ». 171

3.1. L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 171

3.2. L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 172

4.     La TRANSCRIPTION de AGIOA.. 172

5.     Le graphe de AGIOA.. 172

6.     TRADUCTION de AGIOA dans le contexte. 173

6.1. Calcul de la probabilité. 173

7.     CONCLUSION.. 173

 

1.      Le contexte du vocable phonétique «agui» — «oa» 

 

D69-2

Juin 1968

ESP

AGIIOA

On nomme cette phase l’AGIIOA.

D69-2

Juin 1968

ESP

AGIIOA

Ceci est dû au fait que dans la phase AGIIOA et dans celle de OOE

D69-1

Juin 1968

ESP

AGIOA

ENNOI AGIOA : coupole ou cône d’assemblage.

D69-2

Juin 1968

ESP

AGIOA

la cavité YAAXAIUU peut présenter deux Phases. (Voir Phase OEE et Phase AGIOA, çi-dessous).

D69-2

Juin 1968

ESP

AGIOA

Phase AGIOA : Pendant la longue trajectoire de notre voyage, et une fois atteint un régime cinématique stable, tous les moyens de sécurité décrits antérieurement sont inutiles. Le processus de stabilisation est le suivant : par un contrôle rigoureux du champ magnétique, la cabine AYIYAA OAYUU se situe exactement dans l’axe de la UEWA, en descendant son centre de gravité par rapport à celui du vaisseau jusqu’à s’assembler ou s’emboîter dans une protubérance située à la base, appelée ENNOII AGIOAA (image 10 - 22),

D69-2

Juin 1968

ESP

AGIOAA

s’emboîter dans une protubérance située à la base, appelée ENNOII AGIOAA

D69-1

Juin 1968

ESP

AGIOOA

AGIOOA, la cabine s’emboite dans le ENNOI AGIOOA (image 10 - 22) (Peut se traduire par COUPOLE D’ASSEMBLAGE).

D69-1

Juin 1968

ESP

AGIOOA

AGIOOA, la cabine s’emboite dans le ENNOI AGIOOA (image 10 - 22) (Peut se traduire par COUPOLE D’ASSEMBLAGE).

 

 

 

2.     L’identification du concept du vocable phonétique «agui» — «oa»    

 

Le terme «agui» — «oa» décrit le «processus de stabilisation» de la phase de «régime cinématique stable» du voyage interstellaire.

 

Voir ENNOI

 

3.     L’identification de la syntaxe de «agui» — «oa»   

 

Nous avons les syntaxes :

 

          AGIIOA

          AGIOA

          AGIOAA

          AGIOOA

 

3.1. L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Le son «io» pourrait être «IO» ou «YIO».

 

 

3.2. L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS 

 

Comme pour tous les vocables, la principale difficulté provient essentiellement de l’écriture des concepts primaires longs. Nous allons devoir comparer les syntaxes indiquant des sons longs avec les syntaxes des vocables proches, et effectuer les transcriptions pour valider leur cohérence ou non avec le contexte.

 

4.     La TRANSCRIPTION de AGIOA

 

Nous traitons la syntaxe la plus simple et la plus probable qui est AGIOA :

 

(A) «déplacement» «a» [(G) «structure» «a» [(I) «identification» «a» [(O) «entité» «a» (A) «déplacement»]

 

D’où le tableau de transcription :

 

Relations entres les concepts primaires

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

I «a» OA

[(I) «identification» «a» [(O) «entité» «a» (A) «déplacement»]

Identifie une entité déplacée

G «a» IOA

[(G) «structure» «a» [(I) «identification» «a» [(O) «entité» «a» (A) «déplacement»]

La structure identifie l’entité déplacée

A «a» GIOA

 

(A) «déplacement» «a» [(G) «structure» «a» [(I) «identification» «a» [(O) «entité» «a» (A) «déplacement»]

Le déplacement a une structure qui identifie l’entité déplacée

 

On a donc pour AGIOA la transcription est :

 

          Le déplacement a une structure qui identifie l’entité déplacée

 

 

5.     Le graphe de AGIOA

 

 

 

 

 

6.     TRADUCTION de AGIOA dans le contexte

 

 

          Le déplacement a une structure qui identifie l’entité déplacée

          Le déplacement a une organisation (le «régime cinématique stable) qui identifie l’entité déplacée (le UEWA)

 

Autrement dit : Le déplacement a un régime cinématique stable spécifique au vaisseau

 

Plus simplement : régime cinématique stable

 

Voir ENNOI

 

6.1. Calcul de la probabilité

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1/17^5 = 1/(1,4 x 10^6) = 1/1,4 millions

 

7.     CONCLUSION

 

Le vocable phonétique «agui» — «oa» a pour syntaxe signifiante AGIOA dont la transcription est «Le déplacement a une structure qui identifie l’entité déplacée». Ce qui peut-être traduit par «Le déplacement a un régime cinématique stable spécifique au vaisseau». Plus simplement : régime cinématique stable

 

 

 

 

© Denocla  août 08 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

 

 

 

 

 

 

AGSUIUU DUUA

 

 

Analyse sémantique de vocable phonétique « agsou » « iou » « dou-a ». 1

1.     Le contexte. 1

2.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES. 1

a.     L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 1

b.     L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 2

3.     La transcription du vocable DUUA. 2

4.     La traduction du vocable DUUA. 2

5.     La transcription du vocable AGSUIUU. 2

6.     La traduction du vocable AGSUIUU. 3

7.     La traduction du vocable AGSUIUU DUUA. 3

8.     Conclusion sur  AGSUIUU DUUA. 3

 . 3

 

Analyse sémantique de vocable phonétique « agsou » « iou » « dou-a »

 

1.     Le contexte

Le vocable « iguia » « AYUYISAA » désigne un vaste « plan général de perfectionnement de l’humanité ». Ce Plan consista à créer ipso facto une Nouvelle société totalement déconnectée de l’ancienne. Une fois la Nouvelle société crée, il semble que l’ancienne société se maintint pour assurer le support de la Nouvelle société jusqu’à sa totale autonomie. Une longue période de transition ayant conduit à la disparition de l’ancienne civilisation d’Oummo, cette période s’appelle « agsou » « iou » « dou-a »  AGFUIUU  DUUA. C’est la «Nuit noire de Ummo». L’expression la «Nuit noire de Ummo» n’est pas réellement la traduction de AGFUIUU  DUUA, mais plutôt une allusion imagée qu’il faut la concevoir comme la phase programmée de la mort d’une civilisation.

Ceci explique alors plus clairement la raison pour laquelle les Oummains de la civilisation actuelle ne souhaitent pas comptabiliser cette pseudo-ère particulière et commencent la 3ième ère avec leur Nouvelle Société.    

D541 :

Séparation sur UMMO de la Nouvelle Société IGIAAIUYIXAA   5902  2e E.

A partir de l’an 6000 suit une ère dont le calcul n’est pas pris en compte sur UMMMo.  Elle a duré 11750 années Ummo (ndt: # 2488,5 années terrestres) et s’intitule AGFUIUU  DUUA. C’est la «Nuit noire de Ummo»

Ensuite commença l’instant zéro de la troisième ère (Notre Temps)

 

 

2.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES

 

Pour le vocable « agsou » « iou » « dou-a », nous avons seulement :

 

-          ESP         AGFUIUU  DUUA

 

La syntaxe semble être une distorsion syntaxique de : AGSUIUU  DUUA

 

a.     L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Le GF peut-être « KS » ou « GS ». Je privilégie « GS ».

 

b.     L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

Les sons « ou » sont probablement longs.

 

 

3.     La transcription du vocable DUUA

 

 (D) forme « a » [(UU) dépendance dynamique « a » (A) déplacement]

 

Relations entre les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

UUA

[(UU) dépendance dynamique « a » (A) déplacement]

 

Dépendance dynamique

D « a » UUA

(D) forme « a » [(UU) dépendance dynamique « a » (A) déplacement]

 

Forme de dépendance dynamique

 

 

La transcription de DUUA est donc :

 

          Forme de dépendance dynamique

 

4.     La traduction du vocable DUUA

 

          Forme de dépendance dynamique

          Forme de fonction

          Règle, etc.

 

 

5.     La transcription du vocable AGSUIUU

 

[(A) déplacement « a  [(G) structure « a » [(S) cyclicité « a » [(U) dépendance « a » [(I) identification « a » (UU) dépendance dynamique]

 

Relations entre les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

I « a » UU

[(I) identification « a » (UU) dépendance dynamique]

 

Identifie une dépendance dynamique

U « a » IUU

[(U) dépendance « a » [(I) identification « a » (UU) dépendance dynamique]

 

Dépend d’une force

S « a » UIUU

[(S) cyclicité « a »  [(U) dépendance « a » [(I) identification « a » (UU) dépendance dynamique]

Le cycle dépend d’une force

G « a » SUIUU

[(G) structure « a » [(S) cyclicité « a »  [(U) dépendance « a » [(I) identification « a » (UU) dépendance dynamique]

La structure cyclique dépend d’une force

A « a » GSUIUU

[(A) déplacement « a  [(G) structure « a » [(S) cyclicité « a »  [(U) dépendance « a » [(I) identification « a » (UU) dépendance dynamique]

Le déplacement de la structure cyclique dépend d’une force

 

La transcription de AGSUIUU est donc :

 

– Le déplacement de la structure cyclique dépend d’une force

 

 

6.     La traduction du vocable AGSUIUU

 

          Le déplacement de la structure cyclique dépend d’une force

          Le mouvement de la structure cyclique dépend d’une force

          L’évolution de la Période dépend d’une force

 

 

7.     La traduction du vocable AGSUIUU DUUA

 

          L’évolution de la Période dépend d’une force

–          Règles

 

D’après le contexte :

 

L’évolution de la Période de fin de civilisation dépend de la force du lien avec la Nouvelle Société.

La phase de fin de civilisation est planifiée et définie suivant des Règles.

 

 

8.     Conclusion sur  AGSUIUU DUUA

 

La syntaxe signifiante est donc AGSUIUU DUUA. Ce concept décrit « L’évolution de la Période dépend d’une force » et a « des Règles », c’est-à-dire d’après le contexte :

 

« L’évolution de la Période de fin de civilisation dépend de la force du lien avec la Nouvelle Société.

La phase de fin de civilisation est planifiée et définie suivant des Règles. »

 

 

© Denocla  août 08 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

AIDAA

 

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE « a » — « ida ». 1

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE. 1

L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS. 3

2.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES. 3

L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 4

L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 4

3.     LA TRANSCRIPTION DE IIDA. 4

LE TABLEAU DE TRANSCRIPTION. 4

4.     LA TRADUCTION. 4

5.     CONCLUSION SUR LE VOCABLE PHONETIQUE IIDA. 4

 . 5

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE « a » — « ida »

 

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE

 

Consulter Vocables

 

D 1751

14/01/1991

ESP

AIIDA

comme marque de celle-ci sur toute la planète,

 un IVOOSO AIIDA (terme difficile à traduire :

 inversion des atomes) permit de montrer notre

 marque se détachant sur la surface de notre nef

D69-2

Juin 1968

ESP

IBOZOO AIDAA

provoquée par le même équipement IBOZOO AIDAA

  qui inverse simultanément les « axes » orientés

 de tous les IBOZOO UU

D69-3

Juin 1968

ESP

IBOZOOAIDA

Il est connecté avec l’IBOZOOAIDA, équipement

 inverseur de particules.

D69-1

Juin 1968

ESP

IBOZOOAIDAA

IBOZOOAIDAA : équipement central de contrôle

 pour l’inversion des IBOZOO UU

D69-2

Juin 1968

ESP

IBOZOOAIDAA

IBOZOOAIDAA (inversion des particules)

D69-4

juin-68

ESP

OAWOLEAIDA

(dans l’image 69-A) OAWOLEAIDA, UEWA OEMM,

 YONNIANA

NR-1

07/01/1986

ESP

OAWOLEAIDA

entre les collines de Leitha et le Wiener Wald

 on a observé dans l’année terrestre 1985 au

 mois de février une OAWOLEAIDA

D69-4

juin-68

ESP

OAWOLEAIDAA

Leur morphologie correspond au dessein d’être

 la plus proche possible de la structure idéale qui

 permet une OAWOLEAIDAA (transfert du

système tridimensionnel) avec un minimum

de puissance nécessaire

D69-5

juin-68

ESP

OAWOLEAIDAA

Au point « P » est provoqué alors le changement

 de système tridimensionnel (de XYZ à X'Y’Z »)

 c’est-à-dire la OAWOLEAIDAA.

NR-13

14/04/2003

FR

OAWOLEIIDA

des OUEWA ont été délibérément dématérialisés

 au sein même de votre atmosphère par ce que

nous avons interprété comme un OAWOLEIIDA

provoqué

D63

25/07/1967

ESP

OAWOLEIIDAA

un tel contrôle est impossible une fois que le

vaisseau à subi l’OAWOLEIIDAA,

NR-13

14/04/2003

FR

OAWOLEIIDAA

Grâce à eux nous avons pu maîtriser le processus

 d’inversion de l’orientation des axes des

 IBOSZOO OU (OAWOLEIIDAA)

D69-4

juin-68

ESP

OAWOOALEAIDAA

Je vous ai déjà expliqué que pour atteindre

 l’OAWOOALEAIDAA, une masse quelconque

 exige un apport énergétique

D69-4

juin-68

ESP

OAWOOALEIDAA

. Près de l’instant T0 de l’OAWOOALEIDAA

, la puissance nécessaire va en augmentant

D57-3

12/02/1967

ESP

OAWOOLEAIDAA

A 4 heures 16 minutes 42 secondes TMG,

 on effectua l’OAWOOLEAIDAA (ce mot est

 intraduisible en langage terrestre)

D57-4

20/03/1967

ESP

OAWOOLEAIDAA

L’instant de notre OAWOOLEAIDAA (nous

appelons ainsi le processus physique d’inversion

 des corpuscules subatomiques qui permettent

 l’orientation de tels vaisseaux à travers un

autre axe dans les voyages spatiaux)

D57-4

20/03/1967

ESP

OAWOOLEAIDAA

disparition apparente quand se produisit à

cette altitude la seconde OAWOOLEAIDAA

pour le retour.

D69-2

Juin 1968

ESP

OAWOOLEAIDAA

Cette transformation instantanée que nous

appelons OAWOOLEAIDAA est provoquée

par le même équipement IBOZOO AIDAA

D69-2

Juin 1968

ESP

OAWOOLEAIDAA

jusqu’à l’instant t0 OAWOOLEAIDAA (instant

 où toutes les sub-particules subissent leur inversion)

D69-4

juin-68

ESP

OAWOOLEAIDAA

La UEWA OEMM avait atteint, avant la

OAWOOLEAIDAA, une vitesse de régime

D69-4

juin-68

ESP

OAWOOLEAIDAA

La meilleure solution pour les trois premiers

 cas consiste en une nouvelle OAWOOLEAIDAA

D69-4

juin-68

ESP

OAWOOLEAIDAA

en fonction de la « puissance maximum nécessaire »

 pour obtenir l’OAWOOLEAIDAA

D69-5

juin-68

ESP

OAWOOLEAIDAA

nous dûmes recourir à l’OAWOOLEAIDAA

(inversion de la masse).

D134

??/09/1982

ESP

OAWOOLEAIDAA

d’une de nos nefs (UEWAA), en différentes

dimensions (OAWOOLEAIDAA) mot intraduisible

 en langue espagnole

D60

27/05/1967

ESP

OAWOOLEIDAA

Un spectateur verra le vaisseau disparaître

 devant ses yeux a l’instant de l’OAWOOLEIDAA

D60

27/05/1967

ESP

OAWOOLEIDAA

nous nous référons non pas au véritable point

de l’OAWOOLEIDAA mais à la référence de l’altitude

D69-4

juin-68

ESP

OAWOOLEIDAA

Quand la UEWA OEMM se trouve en un point où

il faut recourir à un changement de cadre

tridimensionnel, on provoque alors artificiellement

 un phénomène appelé par nous OAWOOLEIDAA.

NR-2

1990??

ESP

OAWOOLEIDAA

Nous nous voyons obligé d’expliquer que non

seulement nous n’avons aucune intention de

produire à cette date une OAWOOLEIDAA

 (peut se traduire par « orienter nos astronefs

 dans une géodésique perpendiculaire

déterminée et produire un changement

 dimensionnel susceptible d’être détecté par vous »)

D60

27/05/1967

ESP

OAWOOLEIDAA

Les points approximatifs où se produira la

OAWOOLEIDAA (1) (G - OAWOOOLEIDAA)

 ont été prévus

D60

27/05/1967

ESP

OAWOOLEIDAA

1— OAWOOLEIDAA est un terme scientifique

 intraduisible qui décrit le phénomène technique

D69-5

juin-68

ESP

OWOALEAIDA

comme je vous l’ai dit dans les pages précédentes,

 à l’instant (OWOALEAIDA) où tous les

IBOZOO UU correspondant à l’enceinte délimitée

 par la ITOOAA changent « d’axes »

(OAWOO) dans le cadre tridimensionnel

D57-3

12/02/1967

ESP

Owooleaidaa

L’Owooleaidaa, vue par un observateur

 qui se trouve sur TERRE, présente des

 particularités très singulières

D60

27/05/1967

ESP

OWOOLEAIDAA

(G — Phénomène physique…/.. ou disparaître

 le Véhicule, au moment de la OWOOLEAIDAA)

 

 

               L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Il y a deux concepts extrêmement proches. L’un associé au concept OAWOO de « dimension-angulaire », et l’autre au concept d’IBOZOO UU.

Dans les deux cas, ceux-ci subissent une « inversion », c’est-à-dire une rotation angulaire de 90°.

Le concept « oawo » « léa » — « ida » décrit « le processus physique d’inversion des corpuscules subatomiques (qui permettent l’orientation de tels vaisseaux) à travers un autre axe (dans les voyages spatiaux) », c’est-à-dire « le changement de système tridimensionnel ».

Ce phénomène est un des multiples phénomènes LEIYO de « transformation d’un réseau d’ibozsoo uhu d’un cosmos » dans la « couche » qui sépare deux cosmos. Les effets LEIYO concernent le cadre déca dimensionnel de l’Univers (AIODIWOA), c’est-à-dire les 10 « axes » des IBOZOO UU ».

Le concept OAWOOLEAIDAA concerne uniquement une « transformation d’un réseau d’ibozsoo uhu » limitée à « l’inversion » des « Axes » tridimensionnels des IBOZOO UU, c’est-à-dire une rotation de 90° de l’orientation axiale des « dimensions-angulaire » du cadre dimensionnel.

 

Voir aussi  LEIYO, OAWOLEA

 

 

2.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES

 

Les formes syntaxiques possible pour ce concept sont :

 

-          ESP         AIDAA

-          ESP         AIIDA

-          ESP         IBOZOO AIDAA

-          ESP         IBOZOOAIDA

-          ESP         IBOZOOAIDAA

-          ESP         IBOZOOAIDAA

 

Et

 

-          ESP         OAWOLEAIDA

-          ESP         OAWOLEAIDA

-          ESP         OAWOLEAIDAA

-          ESP         OAWOLEAIDAA

-          FR           OAWOLEIIDA

-          ESP         OAWOLEIIDAA

-          FR           OAWOLEIIDAA

-          ESP         OAWOOALEAIDAA

-          ESP         OAWOOALEIDAA

-          ESP         OAWOOLEAIDAA

-          ESP         OAWOOLEIDAA

-          ESP         OWOALEAIDA

-          ESP         OWOOLEAIDAA

 

Les syntaxes :

 

-          FR           OAWOLEIIDA

-          ESP         OAWOLEIIDAA

-          FR           OAWOLEIIDAA

-          ESP         OAWOOALEIDAA

 

sont des distorsions syntaxiques.

 

               L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Pas de son ambigu.

 

Voir le tableau phonétique

 

 

 

               L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

          Les sons « a » peuvent être long ou court.

          Le son « i » peut être long ou court.

          Le son « d » est court.

 

Compte tenu des documents en français les plus récents et par recoupement, les syntaxes les plus probables semblent être : IIDA et IIDAA, au moins pour le concept OAWO.

 

3.     LA TRANSCRIPTION DE IIDA

 

La syntaxe minimale est IIDA.

 

               LE TABLEAU DE TRANSCRIPTION

 

Nous avons suivant la méthode la TRANSCRIPTION :

 

 (II) limite « a » [(D) manifestation « a » (A) déplacement]

 

 Relations entre les concepts primaires

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

D « a » A

[(D) manifestation « a » (A) déplacement]

Forme de déplacement

II « a » DA

(II) limite « a » [(D) manifestation « a » (A) déplacement]

Délimite une forme de déplacement

 

Suivant la transcription IIDA est donc : 

 

          Délimite une forme de déplacement

 

 

4.      LA TRADUCTION

 

    Délimite une forme de déplacement

 

    Délimite le déplacement angulaire.

 

 

5.     CONCLUSION SUR LE VOCABLE PHONETIQUE IIDA

 

La difficulté pour identifier la forme syntaxique signifiante est la complexité de ce concept.

 

Néanmoins, les diverses formes syntaxiques sont globalement cohérentes avec l’idée générale du concept. Le détail qui est plus difficile à cerner.

 

La syntaxe signifiante minimale IIDA est suffisante et la plus probable pour décrire quelque de l’ordre de : « Délimite le déplacement angulaire. »

 

Voir OAWOLEAIDA

 

 

 

 

© Denocla  janvier 07 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 

 

AIMOA

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE « a » — « imoa ». 1

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE. 1

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS. 1

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES. 1

L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 2

L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 2

4.     LA TRANSCRIPTION de AIMOA. 2

5.     LA TRADUCTION DE AIMOA. 2

Calcul de la probabilité. 2

6.     CONCLUSION sur AIMOA. 3

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE « a » — « imoa »

 

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE

 

D41-5

1966

ESP

AIMMOA

des rondelles de d’AIMMOA qui se mangent indépendamment des autres aliments

D41-5

1966

ESP

AIMMOA

L’AIMMOA est un fruit de grande taille avec une saveur suave, et une pulpe de structure alvéolaire

D41-5

1966

ESP

AIMMOA

la valeur énergétique de l’AIMMOA

D41-5

1966

ESP

AIMMOA

cœur de l’AIMMOA

D 541

10/04/1987

ESP

AIMOOAA

la pulpe charnue du fruit correspondant à l’AIMOOAA.

 

D41-5 Cette seconde étape du repas commence par des rondelles de d’AIMMOA qui se mangent indépendamment des autres aliments.

L’AIMMOA est un fruit de grande taille avec une saveur suave, et une pulpe de structure alvéolaire et une composition féculente très riche en hydrates de carbone, sans graisses et qui a constitué sur notre Planète et ce depuis des époques très anciennes, l’aliment de base de l’UMMOAOO (homme d’UMMO) comme pour vous le pain ou le fruit de l’ARTHOCARPUS à Ceylan ou en Polynésie.

En réalité, la valeur énergétique de l’AIMMOA est moins élevée que celle du pain terrestre (environ 2,30 calories par gramme), mais en échange son grand contenu en sels et facteurs vitaminiques en fait un excellent aliment naturel.

Une fois l’endocarpe (voir image 5) ou cœur de l’AIMMOA éliminé, celui-ci est coupé en larges rondelles annulaires et se mange seul ou imprégné d’OIBIIA (extrait graisseux d’un animal marin) ou bien pulvérisé de maltose pure ou gazéifiée, avec certaines essences synthétiques

 

 

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Le vocable « a » — « imoa » désigne « un fruit de grande taille avec une saveur suave, et une pulpe de structure alvéolaire ». Il a la même fonction que le pain : apporter une forte valeur énergétique dans le repas.

 

 

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES

 

Les syntaxes connues sont :

 

         AIMOOAA

–         AIMMOA

 

 

               L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Pas de sons ambigu.

Voir les tableaux des phonèmes et des concepts primaires

 

               L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

Les sons « m », « o » et « a » pourraient être longs.

 

Pour l’analyse, je retiens la syntaxe la plus simple : AIMOA

 

 

4.     LA TRANSCRIPTION de AIMOA

 

[(A) déplacement « a » [(I) identification « a » [(M) jointure « a » [(O) entité « a » (A) déplacement]

 

Relations entre les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

O « a » A

[(O) entité « a »  (A) déplacement]

 

entité déplacée

M « a » OA

[(M) jointure « a » [(O) entité « a »  (A) déplacement]

Et a une entité déplacée

I « a » MOA

[(I) identification « a » [(M) jointure « a » [(O) entité « a »  (A) déplacement]

Identifie et a une entité déplacée

A « a » IMOA

[(A) déplacement « a » [(I) identification « a » [(M) jointure « a » [(O) entité « a »  (A) déplacement]

Le mouvement est identifié et a une entité déplacée

 

Pour AIMOA donc la transcription suivante :

 

Le mouvement est identifié et a une entité déplacée

 

 

5.     LA TRADUCTION DE AIMOA

 

         Le mouvement est identifié et a une entité déplacée

 

Autrement dit AIMOA permet : L’action et le déplacement

 

 

               Calcul de la probabilité

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1/17^5 = 1/(1,4 x 10^6) = 1/1,4 millions

 

6.     CONCLUSION sur AIMOA

 

La syntaxe AIMOA paraît signifiante et transcrit « Le mouvement est identifié et a une entité déplacée », ce qui pourrait-être traduit par « L’action et le déplacement ».

 

 

[

 

 

© Denocla  février 08 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.

 

 AINNA OKSO

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE « a » — « ina » — « okso ». 1

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE. 1

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS. 1

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES. 1

L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 1

L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 1

4.     LA TRANSCRIPTION de OKSO. 1

5.     LA TRADUCTION DE OKSO. 2

6.     LA TRANSCRIPTION de AINNA. 2

7.     LA TRADUCTION de AINNA. 2

Calcul de la probabilité. 2

8.     CONCLUSION sur AINNA OKSO. 2

 

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE « a » — « ina » — « okso »

 

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE

 

D 84

04/09/1969

FRA

AINNA.OXO

Accélération de la gravité mesurée en AINNA.OXO : g =11,9 m/s

D 84

04/09/1969

ESP

AINNAOXOO

Accélération de la gravité mesurée en AINNAOXOO

D74

??/03/1969

ESP

AINNAOXOO

Accélération de la gravité (mesurée en AINNAOXOO)

 

 

 

2.     L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Le vocable « a » — « ina » — « okso » désigne l’unité de mesure pour l’accélération de la gravité. Et donc « okso » désigne la gravitation elle-même.

 

 

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES

 

Les syntaxes connues sont :

 

         AINNA.OXO

         AINNAOXOO

 

               L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Pas de sons ambigu.

Voir les tableaux des phonèmes et des concepts primaires

 

               L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

Le son « o » pourraient être court ou long.

 

Pour l’analyse, je retiens la syntaxe la plus simple : AINNA   OXO

 

 

4.     LA TRANSCRIPTION de OKSO

 

[(O) entité « a » [(K) distance « a » [(S) cyclicité « a » (O) entité]  

 

Relations entre les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

S « a » O

[(S) cyclicité « a »  (O) entité] 

 

 

fréquence de l’entité

K « a » SO

[(K) distance « a » [(S) cyclicité « a »  (O) entité] 

 

Distance d’une fréquence de l’entité

O « a » KSO

[(O) entité « a »  [(K) distance « a » [(S) cyclicité « a »  (O) entité] 

 

Entité d’une distance qui a la fréquence de l’entité

 

Pour OKSO donc la transcription suivante :

 

Entité d’une distance qui a la fréquence de l’entité

 

5.     LA TRADUCTION DE OKSO

 

         Entité d’une distance qui a la fréquence de l’entité

Gravitation (vue sous l’angle une fonction angulaire périodique liée à la distance)

 

6.     LA TRANSCRIPTION de AINNA

 

[(A) déplacement « a » [(I) identification « a » [(NN) flux dynamique « a » (A) déplacement]

=le flux dynamique déplacé

=identifie le flux dynamique déplacé

=déplacement qui identifie le flux dynamique déplacé

 

 

7.     LA TRADUCTION de AINNA

 

déplacement qui identifie le flux dynamique déplacé

= action d’un flux dynamique déplacé

= action d’un flux en mouvement

 

Autrement dit suivant le contexte :

= l’accélération

 

               Calcul de la probabilité

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1/17^9 = 1/(1,18 x 10^11) = 1/100 milliards

 

8.     CONCLUSION sur AINNA OKSO

 

La syntaxe AINNA OKSO paraît signifiante et transcrit « déplacement qui identifie le flux dynamique déplacé » et  « Entité d’une distance qui a la fréquence de l’entité », ce qui pourrait-être traduit par « accélération gravitationnelle ».

 

 

AIOOYAA

 

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE « aioya ».................................................. 188

1.    PRESENTATION DU CONTEXTE......................................................................................... 188

2.    L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS DE AIOOYA................................................................. 190

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES de AIOOYA................................................................. 192

L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS.................................................................................. 192

L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS...................................................................................... 192

4.     LA TRANSCRIPTION DE AIOOYAA.................................................................................... 192

5.    LE GRAPHE DE AIOOYAA................................................................................................. 193

6.    LA TRADUCTION DE AIOOYAA......................................................................................... 193

Calcul de la probabilité.......................................................................................................... 194

7.    CONCLUSION SUR AIOOYAA........................................................................................... 194

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE «aioya»

 

1.    PRESENTATION DU CONTEXTE

 

Le contexte général des vocables des concepts de la Tétravalence (AIOOYAA, AIOOYEEDOO, AIOOYA AMMIE, AIOOYAU) :

D59 : «Comme vous le savez, la logique formelle accepte le critère que vous nommez “PRINCIPE DU TIERS EXCLU” (selon lequel toute proposition est nécessairement VRAIE ou FAUSSE). Dans notre WUUA WAAM ce postulat doit être rejeté. On a alors recours à un type de logique multivalente que nos spécialistes appellent UUWUUA IES (LOGIQUE MATHÉMATIQUE TÉTRAVALENTE) selon laquelle toute proposition adoptera indistinctement quatre valeurs :

      AIOOYAA = (VÉRITÉ)

      AIOOYEEDOO = (FAUX)

      AIOOYA AMMIE = (peut se traduire : VRAI HORS DU WAAM)

      AIOOYAU = (intraduisible en langage terrestre)».  

«IIAS IBOZOO UU AIOOYEDOO (IL N’EXISTE EN ABSOLU AUCUN IBOZOO UU ISOLÉ)»

 

«l’IBOZO UU IEN AIOOYAA (EXISTE). (IEN : paire, deux)»

 

«Nous disons seulement que de tels IBOZOO UU AIOOYA (existent), liés dans le WAAM.»

 

D 79 :

 «[WOA]… De plus sa raison de AIOOYA AMIIE  est précisément celle d’être genèse de l’idée de AIOODI.»

 

«l’expression phonétique AIOOYA AMIIE (dont la transcription littérale serait “N’EXISTE PAS”) nous nous référons bien à des concepts abstraits ou à idées ou bien à WOA. Nous cherchons à exprimer quelque chose de différent de AIOODI (ÊTRE INACCESSIBLE) puisque AIOODI se présente à nous avec des “dimensions” et que WOA est ADIMENSIONNEL, c’est-à-dire, qu’il n’est pas susceptible d’être déformé par notre pensée.»

 

«ou AA-INNUO-AIOOYA-AMIE (la symétrie n’existe pas).»

 

D33 :

AIOOYA OEMII : L’HOMME EXISTE.

AIOOYA AMMIE WOA : DIEU EXISTE.

AIOOYA AMMIE BUUAWA : L’AME EXISTE.

 

Ref. document : 105

«En premier lieu nous distinguons entre deux classes d’ÊTRES existants dans le WAAM (COSMOS) en opposition à deux autres grands genres “DE CHOSES (SERES) NON EXISTANTES”. Ces derniers sont : AIOYAA AMMEIEE UAA [Tels que WOAA (Le Générateur!), BUAUAA (Esprit Humain), BUAWEE BEIAEII ( Esprit Collectif) ou BUAUAA BAAIOO (Esprit De L’Être Vivant)] et AIOYAA AMEIEE QUEE (Tels que le contenu d’une information, la sensation du plaisir, ou une tradition populaire).

Les ÊTRES “EXISTANTS”, ces êtres dont l’essence est définie par L’IBOZOO UU, tels une roche, un virus, une étoile, ou le flux du temps et puisqu’ils permettent une voie empirique d’analyse, alors nous les définissons comme existants.»

 

«les virus (aussi connu sur Ummo) sont AIOYAA»

 

«Une infinité de cosmos coexistent pour un hypothétique observateur qui pourrait observer le réseau d’I.U. que constitue le AIOYAA (dans notre logique : les êtres qui existent avec des dimensions) depuis diverses perspectives.»

 

 

D 41 :

«nous exprimons par le phonème AIOOYA votre verbe “EXISTER, ÊTRE”, mais sa réelle signification pour nous a des nuances distinctes.

Ainsi nous considérons que le Cosmos, un virus ou le gaz d’hélium AIOOYA O (existe)»

«AIOOYA AMIEE (n’existe pas) la beauté, l’âme ou WOA»

«nous appliquons le verbe “exister” à ce qui est dimensionnel (avec des caractéristiques de temps et d’espace), et “ne pas exister” à ce qui est adimensionnel comme peut l’être l’intelligence ou la joie. Au “RIEN” nous assignons un verbe qui n’a pas de signification pour vous; AIOYAYEDOO»

 

D76 : NOTRE CONCEPTION DE L’AIOOYAAIODI (être dimensionnel)

 

D 78 :

«des “choses” qui AIOOYA (existent dimensionnées)»

 

 

NR20

 

«ANNEXE : CONSIDERATIONS GENERALES SUR NOTRE RAISONNEMENT FORMEL TETRAVALENT

Nous basons notre système tétravalent sur la non acceptation formelle du rejet d’un terme médian et d’un terme tiers dans la dialectique. Dans ce système ce qui N’EST PAS se différencie du complémentaire de ce qui EST. Nous acceptons qu’un phénomène puisse à la fois ETRE ET NON ETRE ou NI ETRE NI NON ETRE. Il est certain que de telles distinctions ontologiques sont rarement prises en considération dans la réalité quotidienne. Elles ne sont toutefois pas inconnues de vos penseurs et vous en trouverez les premières ébauches dans la littérature platonicienne ainsi que dans les textes fondateurs de la philosophie bouddhique.

A et B étant deux ensembles de réalités ontologiques opposables dans la dialectique, ce système conduit à accepter les quatre combinaisons suivantes : X1 = {X Î A Ç Ø B}, X2 = {X Î ØA Ç B}, X3 = {X Î A Ç B}, X4 = {X Î ØA Ç ØB}. Vous devez traduire ici ØA et ØB par “N’EST PAS A” et “N’EST PAS B”. Aucune des quatre formes de réalité n’est la simple complémentaire d’une autre.

Nous en donnons un exemple simple dans le schéma ci-dessous en considérant le jeu de couleurs fondamentales rouge, jaune et bleu. Jaune représente alors l’état (A) AÏOOYAA (existence vérifiable) et rouge l’état (B) AÏOOYEEDOO (irréel; hors de tout cadre de vérification). La couleur orange est un composé de rouge et de jaune, la couleur bleue n’est composée ni de jaune ni de rouge. Dans cette logique le complémentaire de AÏOOYAA n’est pas AÏOOYEEDOO. Ainsi la proposition pour vous contradictoire “X EXISTE” et “X N’EXISTE PAS” est, suivant le contexte :

– réduite à une impasse formelle Ø : (A Ç ØA) ou (ØB Ç B) ;
– réduite à une réalité phénoménologique potentielle ou partiellement indéterminée (A Ç B). Cet état AÏOOYAOU est bien résumé dans le paradoxe imaginé par votre penseur Schrödinger qui conduit à la déduction de deux états potentiels contradictoires superposés dus à la nature quantique des phénomènes mis en œuvre dans l’expérience ;
– étendue à une existence AÏOOYA AMMIÈ (ØB Ç ØA), invérifiable hors d’un champ de conscience individuel ou collectif. Se situent à ce niveau les processus intellectifs associés aux concepts abstraits, ou les émotions de nature empathique ou compassionnelle, que beaucoup de vos penseurs associent à des phénomènes d’origine purement biochimique et que nous externalisons partiellement aux entités transcendantes que sont l’âme individuelle (BOUAWA), la psyché collective (BOUAWEE BIAEII) et Dieu (WOA). »

 

2.    L’IDENTIFICATION DES CONCEPTS DE AIOOYA

 

Les documents expriment le concept de « vérité » dans notre cosmos 3D, « à ce qui est dimensionnel (avec des caractéristiques de temps et d’espace) ».

 

D105 : « le réseau d’I.U. que constitue le AIOYAA […] depuis diverses perspectives. »

 

Sommairement, AIOOYAA est ce qui peut se manifester dans espace-temps d’Einstein-Minkowski. Autrement dit, AIOOYAA est le réseau d’IBOZOO de 4D-angulaires (un UXGIGIIAM WAAM) qui se manifestent parmi 10D-angulaires.

AIOOYAA est le réseau d’IBOZOO qui a 4 dimensions angulaires spatialisées, temporelles et massiques, c’est-à-dire qu’elles relèvent d’une topologie angulaire dynamique.

 

D59-1 : « un UXGIIGIIAM (ESPACE) pluridimensionnel qui subit dans sa structure des courbures multiples (que nous appelons masses), ne ressemble en rien au concept D’ESPACE TRIDIMENSIONNEL EUCLIDIEN. »

 

D41 : « dimensionnel (avec des caractéristiques de temps et d’espace) »

 

Toute chose dimensionnée angulairement dans un espace-temps est caractérisée par le déplacement infinitésimal des « angles-IOAWOO » de chaque IBOZOO chaîné dans chacune des dimensions angulaires. S’il n’y a pas « IOAWOO » dans un espace dimensionné angulairement, il n’y a pas d’existence vérifiable. La limite de ce qui est vérifiable dans un espace dimensionné est « l’angle » ultime IOAWOO qui identifie le lien entre deux IBOZOO d’une chaîne, suivant un « axe » OAWOO.

 

En conséquence, nous avons les positionnements ontologiques :

 

          Le concept O = entité multi-dimensionnelle 10D (incluant des caractéristiques de temps et d’espace). Notons bien que O est une entité **multi**dimensionnelle de 10D dont 4D « avec des caractéristiques de temps et d’espace ». La confusion peut venir du fait que nos amis Oummains parlent aussi bien de « dimensionnel » au sens de 10D qu’au sens de 4 D. Il va de soit que nous, nous avons tendance à comprendre « dimensionnel » au sens de 3D ou 4 D.

 

          Le concept OO = O « a » O  = entité dimensionnelle 4D (4 dimensions angulaires spatialisées, temporelles et massiques), d’où ma traduction française du concept par le mot « matière » ou « matérialité ».

 

Exemple concret : NR-20    17/01/2004    FR      « Chacune de ces divergences doit être explorée jusqu’à son terme de façon à confirmer ou infirmer a posteriori et par déduction logique chacune des voies engendrées par chaque IBOSZOO IOUBOO

(point d’incertitude) du réseau de possibilités ainsi développé. »

 

Nous avons dans cette NR20 la chance d’avoir en phonétique française à la fois IBO de IBOSDSOO et presque IBOO dans IUBOO (point d’incertitude [cf. le lien conditionnel U]).

 

Le IBOO [Identifie l’interconnexion matérialisée] traduit un concept de point d’intersection Euclidien ou matériel donc dans 3D strictement.

Un autre exemple encore, lorsqu’une particule se matérialise par son déplacement, elle est désignée sous le terme de IBOOA [Identifie l’interconnexion matérielle déplacée] donc dans 3D strictement dans ce cas.

 

Enfin, le IBO de IBOSDSOO [Identifie l’interconnexion de l’entité...] qui traduit un concept de « nœud ou point » virtuel mais dans ce cas résultant de 10 D.

 

En conclusion, il y a une valeur de vérité positive pour AIOOYAA lorsqu’un réseau d’IBOZOO multi-dimensionnel manifeste 4 de ces dimensions angulaires.

En conséquence, AÏOOYEEDOO est l’absence de manifestation de ces 4 dimensions angulaires ;

AÏOOYAOU peut ou non se manifester (la valeur est « entité-dépendante » [OU]) dans ces 4 dimensions angulaires ;

AÏOOYA AMMIÈ ces 4 dimensions angulaires sont AMMIÈ [Déplacement indissociable de l’identification du concept].

 

          Voir La Tétravalence AIOOYEEDOO ; AIOOYA AMMIE ; AIOOYAU.  

          Voir le positionnement ontologique de (E) et (O)

 

 

3.     L’IDENTIFICATION DES SYNTAXES de AIOOYA

 

Pour ce concept nous avons les formes syntaxiques possibles suivantes :

–          AIOOYA

–          AIOOYAA

          [AIOYA] YEDOO  

–          AIOYAA

 

      L’IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

A priori, il n’y a pas de son ambigu, le son « ille » étant bien identifié à la syntaxe « Y ».

 

Voir le tableau phonétique

Voir la transcription

 

 

      L’IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

Il y a une incertitude sur les sons longs  « o » et  le  « a » final.

 

Par des comparaisons croisées avec des vocables :

                   

       conceptuellement proches, mais clairement distincts.