1.      ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE « ias». 1

PRESENTATION DU CONTEXTE. 1

L'IDENTIFICATION DES CONCEPTS. 3

L'IDENTIFICATION DES SYNTAXES. 3

L'IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 3

L'IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 3

La TRANSCRIPTION de IAS. 3

La TRADUCTION de IAS. 4

Calcul de la probabilité. 4

2.      CONCLUSION SUR « ias ». 4

3.      NOTES BIBLIOGRAPHIQUES. 4

 

 

 

1.     ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE « ias»

 

               PRESENTATION DU CONTEXTE

 

 

D63 :

« 32 : IASXOODINAA. (IAS = 1) formée par un matériau très élastique de conductivités thermique et électrique très faibles.

A l'intérieur sont disposées des capsules [50] (YAAEDINNOO) contenant une dose du même matériau nommé UYOOXIGEE (produit céramique ) qui forme la couche externe déjà citée [UOXOODINAA - 31]. »

 

D33-3

« C'est le BUAWAA IAS (âme N° 1) »

« Un atome de krypton UAXOO IAS (récepteur n°1) »

 

 

D59 :

« Il faudra dès maintenant que vous fassiez un effort mental pour réaliser une translation psychologique de telle manière que chaque fois qu'en physique nous parlons de GRANDEUR, l'image d'un SCALAIRE n'effleure pas votre conscience au lieu de l'IOAWOO (ANGLE que les rayons vecteurs hypothétiques de DEUX IBOZOO UU forment entre eux).

C'est un non-sens d'ISOLER, dans un effort d'abstraction mentale, un IBOZOO UU pour l'étudier. Nous POUVIONS L'EXPRIMER EN ESPAGNOL, en traduisant le POSTULAT connu de nos physiciens :

IIAS IBOZOO UU AIOOYEDOO (IL N'EXISTE EN ABSOLU AUCUN IBOZOO UU ISOLÉ) »

 

D74 :

« On peut distinguer neuf XOODIUMMOO DUU OII (pouvant se traduire par "strates connectées") qui présentent des caractéristiques géophysiques très diversifiées. La discontinuité entre ces strates n'est pas brutale, il existe des couches de transition d'épaisseur variable.

S74-f1(d'après Aguirre)


(image origine: S-74-f1-e.jpg)

La figure 1 montre une section de notre OYAA (planète) reflétant les épaisseurs des XOODIUMMO. La composition chimique de ces strates est très variée. Par exemple, la couche XOODIUMMO UO (Ndt: première couche en partant du centre, indiquée "0")  

 

« La couche supérieure, la XOODIUMMO IAAS …» (Ndt : couche au dessus de la couche UO, sur le dessin S-74-f1 notée X. IAS )

« Ces couches précédentes, solides , soumises à une grande pression, sont entourées par la XOODIUMMO IEN, XOODIUMMO IEBOO en phase semi-fluide, contenant une grande abondance d'oxydes de titane, silicates de fer et composés divers d'aluminium et de magnésium… »

« Une des couches sphéroïdes la plus importante est la 6° (couche d'UMMO n° 5). »

 

« Les dernières enveloppes XOODIUMMO OANA, OANMAA …»

 

« La composition atmosphérique au niveau du XOODIUMMO OANMAA , est semblable dans ses paramètres à ceux de la TERRE. »

D45 :

Graphisme de « un » :

 

 

               L'IDENTIFICATION DES CONCEPTS

 

Les Oummains numérotent à partir de zéro.

 

Le phonème « ias » exprime le concept cardinal de la «valeur unique» c'est-à-dire à priori, aussi bien le nom du chiffre 1, le nombre de valeur 1, le numéro 1.

Mais pas l’ordinal, puisque les Oummains dénombrent à partir de zéro. Le numéro 1 est donc le deuxième.

 

Sachant que dans la quasi totalité des systèmes de numération terrestres, les vocables liés aux valeurs numériques ont une origine « historique » et/ou « graphique » (1).

Il y a une probabilité élevée qu’il faille considérer les noms des chiffres comme des noms propres, certains pouvant être signifiants, d’autres non. 

Dans ce cas le phonème peut décrire la forme graphique associée (comme le 1 souvent associé à une unité bâtonnée), une propriété unique (par exemple Pi), etc. 

 

Dans le cas présent le graphisme de « un » ne semble pas exprimer explicitement le concept de « cyclicité ».

Nous effectuerons les transcriptions pour vérification.

 

 

               L'IDENTIFICATION DES SYNTAXES

 

Le phonème « ias » a les formes syntaxiques :

 

-         IAS

-         IIAS

-         IAAS

 

                        L'IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Pas de sons ambigu.

 

Voir le tableau phonétique

Voir la transcription

 

 

                        L'IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

 

Le son « a » paraît bien identifié à un son court. La syntaxe IAAS paraissant marginale.

 

Le son « i » paraît bien identifié à un son court. La syntaxe IIAS paraissant marginale.

 

On vérifiera par les transcriptions.

 

 

         La TRANSCRIPTION de IAS

 

 

Suivant la méthode nous avons la construction fonctionnelle et conceptuelle :

 (I) «identification» « a » [ (A) déplacement « a »  cyclicité») ]

 

 

Relations entres les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

 

A « a » S

 

 

(I) «identification» « a » [ (A) déplacement « a »  cyclicité») ]

Le déplacement a un cycle

 

I « a » AS

(I) «identification» « a » [ (A) déplacement « a »  cyclicité») ]

Identifie le déplacement d’un cycle

 

Une transcription de IAS est :

 

-          Identifie le déplacement d’un cycle

 

 

         La TRADUCTION de IAS

 

-          Identifie le déplacement d’un cycle

-          Identifie le déplacement d’une occurrence

 

Autrement dit :

 

-          Décider d’une occurrence

-          Démarrage d’une occurrence

 

 

               Calcul de la probabilité

 

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1 / 17^4 = 1 / (83520) = 0,000001…

 

2.     CONCLUSION SUR « ias »

 

Comme pour la quasi totalité des systèmes de numération terrestres, les vocables liés aux valeurs numériques sont probablement « historiques » ou « graphiques ».

Il y a une probabilité élevée qu’il faille considérer les noms des chiffres comme des noms propres, certains pouvant être signifiants, d’autres non. 

 

Le phonème IAS exprimant un « Démarrage d’une occurrence» ce qui est cohérent avec le concept ordinal et cardinal de la «valeur unique». C'est-à-dire à priori, aussi bien le nom du chiffre 1, le nombre de valeur 1, le numéro 1 ou le premier. Mais pas l’ordinal, puisque les Oummains dénombrent à partir de zéro. Le numéro 1 est donc le deuxième.

 

3.     NOTES BIBLIOGRAPHIQUES

 

(1) « HISTOIRE UNIVERSELLE DES CHIFFRES » Georges Ifrah, 1056 p., édition Robert Laffont

La majorité des documents Oummains proviennent du site http://www.ummo-sciences.org/.

Quelques des sources de documents équivalents proviennent également de Denocla.

http://www.denocla.com 01/09/2003.

 

 

© Denocla  mars 07 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.