ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE «a »-« i »-« oyaou». 1

1.      PRESENTATION DU CONTEXTE. 1

2.      L'IDENTIFICATION DES CONCEPTS DE AIOOYAU.. 2

3.      L'IDENTIFICATION DES SYNTAXES de AIOOYAU.. 2

L'IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 2

L'IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 2

4.      LA TRADUCTION DE AIOOYAU.. 2

Calcul de la probabilité. 3

5.      CONCLUSION SUR LA TRADUCTION DE AIOOYAU.. 3

NOTES BIBLIOGRAPHIQUES. 3

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE «a »-« i »-« oyaou»

 

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE

 

Le contexte général des vocables des concepts de la Tétravalence (AIOOYAA, AIOOYEEDOO, AIOOYA AMMIE, AIOOYAU) :

D59 : « Comme vous le savez, la logique formelle accepte le critère que vous nommez "PRINCIPE DU TIERS EXCLU" (selon lequel toute proposition est nécessairement VRAIE ou FAUSSE). Dans notre WUUA WAAM ce postulat doit être rejeté. On a alors recours à un type de logique multivalente que nos spécialistes appellent UUWUUA IES (LOGIQUE MATHÉMATIQUE TÉTRAVALENTE) selon laquelle toute proposition adoptera indistinctement quatre valeurs :
- AIOOYAA = (VÉRITÉ)
- AIOOYEEDOO = (FAUX)
- AIOOYA AMMIE = (peut se traduire : VRAI HORS DU WAAM)
- AIOOYAU = (intraduisible en langage terrestre) ».  

 

NR20

 

« ANNEXE : CONSIDERATIONS GENERALES SUR NOTRE RAISONNEMENT FORMEL TETRAVALENT

Nous basons notre système tétravalent sur la non acceptation formelle du rejet d'un terme médian et d'un terme tiers dans la dialectique. Dans ce système ce qui N'EST PAS se différencie du complémentaire de ce qui EST. Nous acceptons qu'un phénomène puisse à la fois ETRE ET NON ETRE ou NI ETRE NI NON ETRE. Il est certain que de telles distinctions ontologiques sont rarement prises en considération dans la réalité quotidienne. Elles ne sont toutefois pas inconnues de vos penseurs et vous en trouverez les premières ébauches dans la littérature platonicienne ainsi que dans les textes fondateurs de la philosophie bouddhique.

A et B étant deux ensembles de réalités ontologiques opposables dans la dialectique, ce système conduit à accepter les quatre combinaisons suivantes : X1 = {X Î A Ç ØB}, X2 = {X Î ØA Ç B}, X3 = {X Î A Ç B}, X4 = {X Î ØA Ç ØB}. Vous devez traduire ici ØA et ØB par « N'EST PAS A » et « N'EST PAS B ». Aucune des quatre formes de réalité n'est la simple complémentaire d'une autre.

Nous en donnons un exemple simple dans le schéma ci-dessous en considérant le jeu de couleurs fondamentales rouge, jaune et bleu. Jaune représente alors l'état (A) AÏOOYAA (existence vérifiable) et rouge l'état (B) AÏOOYEEDOO (irréel ; hors de tout cadre de vérification). La couleur orange est un composé de rouge et de jaune, la couleur bleue n'est composée ni de jaune ni de rouge. Dans cette logique le complémentaire de AÏOOYAA n'est pas AÏOOYEEDOO. Ainsi la proposition pour vous contradictoire « X EXISTE » et « X N'EXISTE PAS » est, suivant le contexte :

- réduite à une impasse formelle Ø : (A Ç ØA) ou (ØB Ç B) ;
- réduite à une réalité phénoménologique potentielle ou partiellement indéterminée (A
Ç B). Cet état AÏOOYAOU est bien résumé dans le paradoxe imaginé par votre penseur Schrödinger qui conduit à la déduction de deux états potentiels contradictoires superposés dus à la nature quantique des phénomènes mis en œuvre dans l'expérience ;
- étendue à une existence AÏOOYA AMMIÈ (
ØB Ç ØA), invérifiable hors d'un champ de conscience individuel ou collectif. Se situent à ce niveau les processus intellectifs associés aux concepts abstraits, ou les émotions de nature empathique ou compassionnelle, que beaucoup de vos penseurs associent à des phénomènes d'origine purement biochimique et que nous externalisons partiellement aux entités transcendantes que sont l'âme individuelle (BOUAWA), la psyché collective (BOUAWEE BIAEII) et Dieu (WOA). »

 

2.     L'IDENTIFICATION DES CONCEPTS DE AIOOYAU

 

Le vocable «a »-« i »-« oyaou» traduit l’idée de « vérité indéterminable ou conditionnelle».

 

«  une réalité phénoménologique potentielle ou partiellement indéterminée (A Ç B). »

« Cet état AÏOOYAOU [ NB : vocable FR ] est bien résumé dans le paradoxe imaginé par votre penseur Schrödinger qui conduit à la déduction de deux états potentiels contradictoires superposés dus à la nature quantique des phénomènes mis en œuvre dans l'expérience » .

 

-          Voir La Tétravalence AIOOYEEDOO ; AIOOYA AMMIE ; AIOOYAA.  

 

 

3.     L'IDENTIFICATION DES SYNTAXES de AIOOYAU

 

Pour ce concept nous avons les formes syntaxiques équivalentes :

 

-          FR AÏOOYAOU

-          ESP AIOOYAU

 

L'IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

A priori, il n’y a pas de son ambigu.

Voir le tableau phonétique

Voir la transcription

 

 

L'IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

On prendra pour hypothèse que la forme syntaxique est signifiante est AIOOYAU.

 

4.     LA TRADUCTION DE AIOOYAU

 

Je retiens pour syntaxe signifiante  AIOOYAA. Autrement dit, l’« Action de matérialiser les choses dans l’espace-temps» est « dépendante », autrement dit conditionnelle ou indéterminée.

Les entités qui ont une manifestation quantique ont une ‘réalité’ conditionnelle ou indéterminée, en fonction de leur observation même. Cette manifestation de la matière serait due un déplacement angulaire sur l’ « axe » OAWOO qui se produit suivant la statistique quantique. Ces entités ont une matérialité conditionnée à une valeur statistique, leur matérialité est indéterminable.

Plus simplement : l’« Action de matérialiser les choses dans l’espace-temps est conditionnelle (ou indéterminée) ».

 

 

Calcul de la probabilité

 

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1 / 17^7 = 1 / (410 x 10^6) = 1 / 410 millions

 

5.     CONCLUSION SUR LA TRADUCTION DE AIOOYAU

 

La syntaxe signifiante est AIOOYAU, ce qui peut-être traduit simplement par l’« Action de matérialiser les choses dans l’espace-temps est conditionnelle (ou indéterminée) ».

 

NOTES BIBLIOGRAPHIQUES

 

Alban Nanty http://www.ummo-sciences.org/activ/art/art8.htm

Norman Molhant   http://www.cafe.edu/sf/pl4c/

 

La majorité des  sources des documents proviennent du site http://www.ummo-sciences.org/

Quelques des sources de documents équivalents proviennent également de Denocla.

http://www.denocla.com 01/09/2003.

 

 

© Denocla  janvier 07 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.