ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE «aioya ». 1

1.      PRESENTATION DU CONTEXTE. 1

2.      L'IDENTIFICATION DES CONCEPTS DE AIOOYA. 3

3.      L'IDENTIFICATION DES SYNTAXES de AIOOYA. 4

L'IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 4

L'IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 4

4.      LA TRANSCRIPTION DE AIOOYAA. 5

5.      LE GRAPHE DE AIOOYAA. 5

6.      LA TRADUCTION DE AIOOYAA. 6

Calcul de la probabilité. 7

7.      CONCLUSION SUR AIOOYAA. 7

NOTES BIBLIOGRAPHIQUES. 7

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE «aioya »

 

1.    PRESENTATION DU CONTEXTE

 

Le contexte général des vocables des concepts de la Tétravalence (AIOOYAA, AIOOYEEDOO, AIOOYA AMMIE, AIOOYAU) :

D59 : « Comme vous le savez, la logique formelle accepte le critère que vous nommez "PRINCIPE DU TIERS EXCLU" (selon lequel toute proposition est nécessairement VRAIE ou FAUSSE). Dans notre WUUA WAAM ce postulat doit être rejeté. On a alors recours à un type de logique multivalente que nos spécialistes appellent UUWUUA IES (LOGIQUE MATHÉMATIQUE TÉTRAVALENTE) selon laquelle toute proposition adoptera indistinctement quatre valeurs :

-      AIOOYAA = (VÉRITÉ)

-      AIOOYEEDOO = (FAUX)

-      AIOOYA AMMIE = (peut se traduire : VRAI HORS DU WAAM)

-      AIOOYAU = (intraduisible en langage terrestre) ».  

« IIAS IBOZOO UU AIOOYEDOO (IL N'EXISTE EN ABSOLU AUCUN IBOZOO UU ISOLÉ) »

 

«l'IBOZO UU IEN AIOOYAA (EXISTE). (IEN : paire, deux) »

 

« Nous disons seulement que de tels IBOZOO UU AIOOYA (existent), liés dans le WAAM. »

 

D 79 :

 « [WOA]… De plus sa raison de AIOOYA AMIIE  est précisément celle d'être genèse de l'idée de AIOODI. »

 

« l'expression phonétique AIOOYA AMIIE (dont la transcription littérale serait "N'EXISTE PAS") nous nous référons bien à des concepts abstraits ou à idées ou bien à WOA. Nous cherchons à exprimer quelque chose de différent de AIOODI (ÊTRE INACCESSIBLE ) puisque AIOODI se présente à nous avec des "dimensions" et que WOA est ADIMENSIONNEL, c'est-à-dire, qu'il n'est pas susceptible d'être déformé par notre pensée. »

 

«ou AA-INNUO-AIOOYA-AMIE (la symétrie n'existe pas). »

 

D33 :

AIOOYA OEMII : L'HOMME EXISTE.

AIOOYA AMMIE WOA : DIEU EXISTE.

AIOOYA AMMIE BUUAWA : L'AME EXISTE.

 

Ref.document : 105

« En premier lieu nous distinguons entre deux classes d’ÊTRES existants dans le WAAM (COSMOS) en opposition à deux autres grands genres "DE CHOSES (SERES) NON EXISTANTES ". Ces derniers sont: AIOYAA AMMEIEE UAA [Tels que WOAA (Le Générateur!), BUAUAA (Esprit Humain), BUAWEE BEIAEII ( Esprit Collectif) ou BUAUAA BAAIOO (Esprit De L’Être Vivant)] et AIOYAA AMEIEE QUEE (Tels que le contenu d’une information, la sensation du plaisir, ou une tradition populaire).

Les ÊTRES " EXISTANTS ", ces êtres dont l’essence est définie par L’IBOZOO UU, tels une roche, un virus, une étoile, ou le flux du temps et puisqu’ils permettent une voie empirique d’analyse, alors nous les définissons comme existants. »

 

« les virus (aussi connu sur Ummo) sont AIOYAA »

 

« Une infinité de cosmos coexistent pour un hypothétique observateur qui pourrait observer le réseau d’I.U. que constitue le AIOYAA (dans notre logique: les êtres qui existent avec des dimensions) depuis diverses perspectives. »

 

 

D 41 :

« nous exprimons par le phonème AIOOYA votre verbe "EXISTER, ÊTRE", mais sa réelle signification pour nous a des nuances distinctes.

Ainsi nous considérons que le Cosmos, un virus ou le gaz d'hélium AIOOYA O (existe) »

« AIOOYA AMIEE (n'existe pas) la beauté, l'âme ou WOA »

« nous appliquons le verbe "exister" à ce qui est dimensionnel (avec des caractéristiques de temps et d'espace), et "ne pas exister" à ce qui est adimensionnel comme peut l'être l'intelligence ou la joie. Au "RIEN" nous assignons un verbe qui n'a pas de signification pour vous; AIOYAYEDOO »

 

D76: NOTRE CONCEPTION DE L'AIOOYAAIODI (être dimensionnel)

 

D 78 :

« des "choses" qui AIOOYA (existent dimensionnées) »

 

 

NR20

 

« ANNEXE : CONSIDERATIONS GENERALES SUR NOTRE RAISONNEMENT FORMEL TETRAVALENT

Nous basons notre système tétravalent sur la non acceptation formelle du rejet d'un terme médian et d'un terme tiers dans la dialectique. Dans ce système ce qui N'EST PAS se différencie du complémentaire de ce qui EST. Nous acceptons qu'un phénomène puisse à la fois ETRE ET NON ETRE ou NI ETRE NI NON ETRE. Il est certain que de telles distinctions ontologiques sont rarement prises en considération dans la réalité quotidienne. Elles ne sont toutefois pas inconnues de vos penseurs et vous en trouverez les premières ébauches dans la littérature platonicienne ainsi que dans les textes fondateurs de la philosophie bouddhique.

A et B étant deux ensembles de réalités ontologiques opposables dans la dialectique, ce système conduit à accepter les quatre combinaisons suivantes : X1 = {X Î A Ç ØB}, X2 = {X Î ØA Ç B}, X3 = {X Î A Ç B}, X4 = {X Î ØA Ç ØB}. Vous devez traduire ici ØA et ØB par « N'EST PAS A » et « N'EST PAS B ». Aucune des quatre formes de réalité n'est la simple complémentaire d'une autre.

Nous en donnons un exemple simple dans le schéma ci-dessous en considérant le jeu de couleurs fondamentales rouge, jaune et bleu. Jaune représente alors l'état (A) AÏOOYAA (existence vérifiable) et rouge l'état (B) AÏOOYEEDOO (irréel ; hors de tout cadre de vérification). La couleur orange est un composé de rouge et de jaune, la couleur bleue n'est composée ni de jaune ni de rouge. Dans cette logique le complémentaire de AÏOOYAA n'est pas AÏOOYEEDOO. Ainsi la proposition pour vous contradictoire « X EXISTE » et « X N'EXISTE PAS » est, suivant le contexte :

- réduite à une impasse formelle Ø : (A Ç ØA) ou (ØB Ç B) ;
- réduite à une réalité phénoménologique potentielle ou partiellement indéterminée (A
Ç B). Cet état AÏOOYAOU est bien résumé dans le paradoxe imaginé par votre penseur Schrödinger qui conduit à la déduction de deux états potentiels contradictoires superposés dus à la nature quantique des phénomènes mis en œuvre dans l'expérience ;
- étendue à une existence AÏOOYA AMMIÈ (
ØB Ç ØA), invérifiable hors d'un champ de conscience individuel ou collectif. Se situent à ce niveau les processus intellectifs associés aux concepts abstraits, ou les émotions de nature empathique ou compassionnelle, que beaucoup de vos penseurs associent à des phénomènes d'origine purement biochimique et que nous externalisons partiellement aux entités transcendantes que sont l'âme individuelle (BOUAWA), la psyché collective (BOUAWEE BIAEII) et Dieu (WOA). »

 

2.    L'IDENTIFICATION DES CONCEPTS DE AIOOYA

 

Les documents expriment le concept de « vérité » dans notre cosmos 3D, « à ce qui est dimensionnel (avec des caractéristiques de temps et d'espace) ».

 

D105 : « le réseau d’I.U. que constitue le AIOYAA […] depuis diverses perspectives. »

 

Sommairement, AIOOYAA est ce qui peut se manifester dans espace-temps d’Einstein-Minkowski. Autrement dit, AIOOYAA est le réseau d’IBOZOO de 4D-angulaires (un UXGIGIIAM WAAM) qui se manifestent parmi 10D-angulaires.

AIOOYAA est le réseau d’IBOZOO qui a 4 dimensions angulaires spatialisées, temporelles et massiques, c’est-à-dire qu’elles relèvent d’une topologie angulaire dynamique.

 

D59-1 : « un UXGIIGIIAM (ESPACE) pluridimensionnel qui subit dans sa structure des courbures multiples (que nous appelons masses), ne ressemble en rien au concept D'ESPACE TRIDIMENSIONNEL EUCLIDIEN . »

 

D41 : « dimensionnel (avec des caractéristiques de temps et d'espace) »

 

Toute chose dimensionnée angulairement dans un espace-temps est caractérisée par le déplacement infinitésimal des « angles-IOAWOO » de chaque IBOZOO chaîné dans chacune des dimensions angulaires. S’il n’y a pas ‘IOAWOO’ dans un espace dimensionné angulairement, il n’y a pas d’existence vérifiable. La limite de ce qui est vérifiable dans un espace dimensionné est «l’angle» ultime IOAWOO qui identifie le lien entre deux IBOZOO d’une chaîne, suivant un « axe » OAWOO.

 

En conséquence, nous avons les positionnements ontologiques :

 

-          Le concept O = entité multi-dimensionnelle 10D (incluant des caractéristiques de temps et d'espace). Notons bien que O est une entité **multi**dimensionnelle de 10D dont 4D "avec des caractéristiques de temps et d'espace". La confusion peut venir du fait que nos amis Oummains parlent aussi bien de "dimensionnel" au sens de 10D qu'au sens de 4D. Il va de soit que nous, nous avons tendance à comprendre "dimensionnel" au sens de 3D ou 4D.

 

-          Le concept OO = O « a » O  = entité dimensionnelle 4D (4 dimensions angulaires spatialisées, temporelles et massiques), d’où ma traduction française du concept par le mot «matière» ou « matérialité ».

 

Exemple concret : NR-20    17/01/2004    FR      « Chacune de ces divergences doit être explorée jusqu'à son terme de façon à confirmer ou infirmer a posteriori et par déduction logique chacune des voies engendrées par chaque IBOSZOO IOUBOO

(point d'incertitude) du réseau de possibilités ainsi développé. "

 

Nous avons dans cette NR20 la chance d'avoir en phonétique française à la fois IBO de IBOSDSOO et presque IBOO dans IUBOO (point d'incertitude (cf. le lien conditionnel U) ).

 

Le IBOO [Identifie l’interconnexion matérialisée] traduit un concept de point d’intersection Euclidien ou matériel donc dans 3D strictement.

Un autre exemple encore, lorsqu'une particule se matérialise par son déplacement, elle est désignée sous le terme de IBOOA [Identifie l’interconnexion matérielle déplacée] donc dans 3D strictement dans ce cas.

 

Enfin, le IBO de IBOSDSOO [Identifie l’interconnexion de l'entité...] qui traduit un concept de "noeud ou point" virtuel mais dans ce cas résultant de 10D.

 

En conclusion, il y a une valeur de vérité positive pour AIOOYAA lorsqu’un réseau d’IBOZOO multi-dimensionnel manifeste 4 de ces dimensions angulaires.

En conséquence, AÏOOYEEDOO est l’absence de manifestation de ces 4 dimensions angulaires ;

AÏOOYAOU peut ou non se manifester (la valeur est « entité-dépendante » [OU]) dans ces 4 dimensions angulaires;

AÏOOYA AMMIÈ ces 4 dimensions angulaires sont AMMIÈ [Déplacement indissociable de l’identification du concept].

 

-          Voir La Tétravalence AIOOYEEDOO ; AIOOYA AMMIE ; AIOOYAU.  

-          Voir le positionnement ontologique de (E) et (O)

 

 

3.     L'IDENTIFICATION DES SYNTAXES de AIOOYA

 

Pour ce concept nous avons les formes syntaxiques possibles suivantes :

-          AIOOYA

-          AIOOYAA

-          [AIOYA]YEDOO  

-          AIOYAA

 

      L'IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

A priori, il n’y a pas de son ambigu, le son « ille » étant bien identifié à la syntaxe « Y ».

 

Voir le tableau phonétique

Voir la transcription

 

 

      L'IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

Il y a une incertitude sur les sons longs  « o » et  le  « a » final.

 

Par des comparaisons croisées avec des vocables :

                   

-       conceptuellement proches, mais clairement distincts.

-       dans des textes à des dates de rédaction distinctes

-       dans des textes d’auteurs distincts.

 

La syntaxe « O » seul ne trouve que dans deux documents, et l’existence d’une entité dimensionnelle relève du concept « existence dimensionnelle ».

 

Compte tenu de la NR20, la probabilité la plus forte de syntaxe signifiante pour le contexte est AÏOOYAA (existence vérifiable).

 

Voir la transcription

 

4.     LA TRANSCRIPTION DE AIOOYAA

 

Suivant la méthode nous avons la construction fonctionnelle et conceptuelle AIOOYAA :

 

(A) Déplacement « a » [(I) identification) « a » [ (OO) matière « a » [ (Y)  spatialité « a » (AA) déplacement dynamique

 

Relations entres les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

Y “a” AA

 

 [(Y) spatialité « a » (AA) dynamique] 

Spatialité dynamique

 

OO « a » YAA

 

(OO) matière « a » [ (Y)  spatialité « a » (AA) dynamique

La matérialité a une spatialité dynamique

 

I « a » OOYAA

(I) identification) « a » [ (OO) matière « a » [ (Y)  spatialité « a » (AA) dynamique

Identifie une matérialité qui a une spatialité dynamique

A « a » IOOYAA

(A) Déplacement « a »[(I) identification) « a » [ (OO) matière « a » [ (Y)  spatialité « a » (AA) dynamique

Le déplacement identifie une matérialité qui a une spatialité dynamique

 

Pour AIOOYAA donc la transcription suivante :

 

-          Le déplacement identifie une matérialité qui a une spatialité dynamique

 

5.    LE GRAPHE DE AIOOYAA

 

 

 

 

6.    LA TRADUCTION DE AIOOYAA

 

Le concept primaire « A » est relatif au déplacement  infinitésimal des « angles-IOAWOO »  de chaque IBOZOO, car c’est ce qui fonde la physique Oummaine. Les concepts primaires « AI » peuvent être traduits par le concept d’« action ».

 

Il y a une valeur de vérité positive pour AIOOYAA lorsqu’un réseau d’IBOZOO multi-dimensionnel manifeste 4 de ces dimensions angulaires. Toute chose dimensionnée angulairement dans un espace-temps est caractérisée par le déplacement infinitésimal des « angles-IOAWOO » de chaque IBOZOO chaîné dans chacune des dimensions angulaires. S’il n’y a pas ‘IOAWOO’ dans un espace dimensionné angulairement, il n’y a pas d’existence vérifiable. La limite de ce qui est vérifiable dans un espace dimensionné est «l’angle» ultime IOAWOO qui identifie le lien entre deux IBOZOO d’une chaîne, suivant un « axe » OAWOO.

 

-        Le déplacement identifie une matérialité qui a une spatialité dynamique

-        Le déplacement angulaire identifie une matérialité spatialisée

 

L’angle infinitésimal «IOAWOO » identifie la matérialité des choses (4 dimensions angulaires spatialisées, temporelles et massiques) parmi 10D.

Autrement dit, il s’agit de :

 

L’action de matérialiser les choses dans l’espace-temps (4 dimensions angulaires spatialisées, temporelles et massiques) parmi 10D. Donc 4 dimensions angulaires spatialisées, temporelles et massiques parmi 10D, les choses « vérifiables » : AÏOOYAA (existence vérifiable).

 

 

 

 

      Calcul de la probabilité

 

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1 / 17^7 = 1 / (410 x 10^6) = 1 / 410 millions

 

7.    CONCLUSION SUR AIOOYAA

 

On retiendra donc la syntaxe signifiante AIOOYAA : «Le déplacement identifie une matérialité qui a une spatialité dynamique», c’est-à-dire « Le déplacement angulaire identifie une matérialité spatialisée» ou bien « L’action matérialise une topologie dynamique ». Dans les 2 cas il s’agit de la matérialité des choses.

 

Je privilégierais la formulation la plus simple : « Action de matérialiser les choses dans l’espace-temps ». Donc 4 dimensions angulaires spatialisées, temporelles et massiques parmi 10D, et donc des choses « vérifiables ».

 

AÏOOYAA (existence vérifiable)

 

 

NOTES BIBLIOGRAPHIQUES

 

La majorité des  sources des documents proviennent du site http://www.ummo-sciences.org/

Quelques sources de documents équivalents proviennent également de Denocla.

http://www.denocla.com 01/09/2003.

 

 

© Denocla  juin 12 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.