ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE «aiodi». 1

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE. 1

2.     L'IDENTIFICATION DES CONCEPTS DE AAIODI 4

3.     L'IDENTIFICATION DES SYNTAXES de AAIODI 4

3.1.      L'IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS. 6

3.2.      L'IDENTIFICATION DES SONS LONGS. 6

4.     LA TRANSCRIPTION DE AIOODI 7

5.     LE GRAPHE DE AIOODI 7

6.     LA TRADUCTION DE AIOODI 8

6.1.      Calcul de la probabilité. 8

7.     CONCLUSION SUR LE  VOCABLE PHONETIQUE «aiodi». 9

8.     LA TRADUCTION DE AÏOOYAA AIOODI 9

9.     LA TRADUCTION DE EAIOODI GOO. 9

10.       LA TRADUCTION DE AIOODI AYUU. 9

11.       LA TRADUCTION DE AIOODIWOA. 9

12.       NOTES BIBLIOGRAPHIQUES. 9

 

 

ANALYSE SEMANTIQUE DU VOCABLE PHONETIQUE «aiodi»

 

1.     PRESENTATION DU CONTEXTE

 

D 33:

« …ils utilisent des verbes qui sont attribuables seulement à un AAIODI (ÊTRE) comme l'homme. »

« …nous observons que dans notre UNIVERS et dans le UWAMM (COSMOS complémentaire de charge négative inverse), il y a un nombre très réduit de possibilités d'existence EAAIODI GOO (ONTOLOGIQUES). »

« l'AAIODIWOA (CRÉATION, ENSEMBLE DES ÊTRES DIMENSIONNELS ET ADIMENSIONNELS créés par WOA). »

« des AAIODI (ENTITÉS ou ÊTRES) adimensionnels. »

« l'existence d'un AAIODI (ENTITÉ OU ÊTRE) »

 

D76: NOTRE CONCEPTION DE L'AIOOYAAIODI (être dimentionnel)

« l'AIOOYAAIODI (entité dimensionnelle) »

 

D78: NOS BASES EAAIODI GOO (Ontologiques)

« nous disons que l'image de ce Cosmos doit être différente comme peut l'être une image optique captée par un insecte diptère par rapport à celle perçu par la rétine humaine ).

II n'y a pas seulement le fait que l'image de ce WAAM soit distincte par l'intervention de processus mentaux de configuration différente des nôtres. C'est que l'ÊTRE même, l'ESSENCE même du WAAM sera perturbée.

Cette relativité de l'ÊTRE, cette polyvalence de "l'ÊTRE", demeure reflétée dans notre logique par ce que nous nommons AAIODI AYUU (gamme ou réseau de forme de l'ÊTRE).

Supposons que nous ordonnions symboliquement toutes les possibilités ontologiques (pour cela faites abstraction du principe du tiers exclu aristotélicien) relatif à "QUELQUE CHOSE" transcendant à mon " JE ".

( EST UN ÊTRE )1 - ( N'EST PAS UN ÊTRE )2 - ( EST UN ÊTRE )3 - ( EST UN ÊTRE)4 .....

..... ( EST UN ÊTRE )n

Il s'agit d'un ensemble ou série de possibilités non tautologiques que nous pouvons coder encore plus synthétiquement ainsi: S1; S2; S3; S4 ; S5 ; ..... ; Sn

Nous arrivons à la signification de l'AIOOYA dont la transcription en langage terrestre est impossible. AIOODI est "ce " qui est susceptible d'adopter des possibilités infinies "d'existence" (S1, S2, S3; .. . . . . ; Sn). Ainsi, par exemple un IBOAYA OU (quantum énergétique, photon) peut S1(ÊTRE) ou S2 (NE PAS ÊTRE, dans le cas où il se transforme en masse), mais les deux possibilités sont des déformations d'un AIOOYA provoquées

par mon "JE" (être pensant). »

 

D 79 :

« le AAIIODI avec ses multiples formes "d' ÊTRE": EST-ICI-DANS-MON-WAAM. Est-ce que quelque chose ou quelqu'un peut y accéder, "penser" à lui sans le déformer ? Quelqu'un ou quelque chose peut-il pénétrer le AAIIOYA sans que celui-ci se permute en S1, S2, S3 ......Sn ? (Oui) Ce quelqu'un ou quelque chose est WOA ou le Générateur, celui auquel sur TERRE vous donneriez le nom de DIEU, si le "DIEU" de vos écoles théologiques était moins anthropomorphe que notre concept d' "ENTITÉ NÉCESSAIRE".

Nous disons que WOA engendre le WAAMWAAM (Cosmos multiple). Nous utilisons arbitrairement le mot " engendrer " non pas comme synonyme strict du verbe "CRÉER" mais comme transcription de notre phonème IIWOAE. Je vous ai dit que WOA est l'unique "entité" "pensante" qui ne déforme pas le AIIODI. En utilisant des mots de la TERRE avec encore un risque d'anthropomorphiser le concept que nous sommes occupés à vous exposer, nous dirons que WOA coexiste avec AIIODI, que AIIODI ne lui est pas transcendant. AIIODI est "ACTE" de WOA, il est généré sans que WOA l'ait préalablement rendu possible. De cette façon "LA PENSÉE DE WOA" ne garde aucune relation avec notre processus pensant d'êtres dimensionnels.

Nous affirmons donc que l' ÊTRE n'est pas IMMANENT, qu'il n'est pas un terme de notre conscience subjective bien que cette conscience soit celle qui le conforme en extorquant une réalité (AIIODI) qui se cache derrière notre vision intellectuelle déformante de L'ENTITÉ. WOA engendre ainsi toutes les formes possibles de S1, S2, S3. . . . . ... Sn et leurs sous-groupes constituent autant d'autres WAAM. Autrement dit, WOA engendre une infinité de cosmos, en engendrant une infinité de types d'êtres pensants, mais la proposition "IL Y A UNE INFINITÉ DE WAAM " n'est valable que pour nous, EESEOEMII (êtres pensants) qui, en déformant autant de fois le AIIOYAA que nous sommes des classes de "JE pensants", nous nous créons l'illusion d'une très riche gamme de possibilités ontologiques.

Exprimé d'une manière triviale; " vu du côté de WOA " le WAAM (Univers) ne présente pas la large gamme de formes qui est familière à notre entendement, WOA ne l'apprécie même pas comme quelque chose qui EXISTE ou qui N'EXISTE PAS ou qui EXISTE; pour WOA il est simplement AIIODI éternel et immuable comme lui. (nous utilisons ici le mot " éternel ", mais pas comme synonyme de temps infini). »

 

 

« WOA, parmi l'infinité d'idées qui coexistent avec son essence, imagine celle d'un "ÊTRE" adimensionnel capable de léser son propre AAIODI (c'est-à-dire : penser, engendrer des idées). Un tel "ÊTRE" (ÊTRE pour mon concept; AAIODI pour WOA) doit donc être libre. (Observez que s'il ne l'était pas, sa genèse d'idées n'aurait pas de sens puisque celles-ci seraient attribuables à WOA et ne seraient donc pas des IDÉES (au sens conceptuel que vous attribuez à un tel mot) mais AAIODI .

Il n'est pas logique non plus d'imaginer que cet " ÊTRE " libre et générant un autre AAIODI, puisse être un double de WOA. (WOA ne pourra pas engendrer un tel ÊTRE).

C'est ainsi "qu'a été généré" BUAWE BIAEI   (peut se traduire par " ESPRIT COMMUNAUTAIRE ou SOCIAL ") qui représente, comme nous l'expliquerons plus loin, la collectivité des EESEOEMII (êtres pensants) incapables de pénétrer l'essence du AIODI, puisque leur tentative provoque une "mutation " en lui, comme nous vous l'avons expliqué antérieurement. »

 

« AIIODI est "ACTE" de WOA, il est généré sans que WOA l'ait préalablement rendu possible »

 

« AIOODI (ÊTRE INACCESSIBLE ) puisque AIOODI se présente à nous avec des "dimensions" »

 

« Nous cherchons à exprimer quelque chose de différent de AIOODI (ÊTRE INACCESSIBLE ) puisque AIOODI se présente à nous avec des "dimensions" et que WOA est ADIMENSIONNEL, c'est-à-dire, qu'il n'est pas susceptible d'être déformé par notre pensée. Ainsi nous disons AIOOYA IBONEE   (les radiations cosmiques existent) ou AA-INNUO-AIOOYA-AMIE (la symétrie n'existe pas). »

« WOA est adimensionnel. Sur ce point nous sommes en accord avec les théologiens de la TERRE. Cela n'a pas de sens de parler "d'Eternité", de temps, de pensée ou d'esprit dans l'essence de WOA.

De plus sa raison de AIOOYA AMIIE  est précisément celle d'être genèse de l'idée de AIOODI. Nous vous avons dit que AIIOODI est l'Entité qui ne nous transcende pas puisqu'il est extorqué, fractionné en multiples formes (WAAMWAAM).

C'est dans ce sens que nous pouvons (sous notre angle familier) imaginer que dans WOA "il y a" un esprit créateur d'idées, d'une infinité d'idées, dans la mesure où ces idées ne sont pas incompatibles avec l'essence du WAAM .

De plus nous n'attribuons pas à WOA des qualités, ou nous n'associons pas à son AIOBII (voir note 10 - Ndt: cette note est manquante) des fonctions hominoïdes qui anthropomorphisent son concept comme l'ont fait malheureusement les théologiens de la TERRE dans des époques passées. L'attribut de BONTÉ, de CRÉATEUR, de JUSTE, de CRUEL et autres, n'ont pas de sens s'ils se rattachent à "ce qui AIOBII" (C'est le cas de WOA) . »

 

« Si nous acceptons la définition du WAAM-WAAM au sens strict, il doit y avoir autant de WAAM que de catégories d'êtres pensants capables de déformer le AAIODI. »

 

D80 :

 

« Notre "agnosticisme" (comme vous l'appelez vous-mêmes) nous pousse non seulement à nous abstenir de définir et de sonder quelque chose d'aussi transcendant que WOA ou AAIOODI, mais aussi nous pousse à élaborer une théorie et à la vérifier. »

 

« l'AAIODI (l'entité réelle) nous est inconnue, convaincus que le WAAM accessible par nos voies intellectuelles et sensorielles est un "fantasme" créé par notre JE-PENSANT, nous optons pour au moins tenter de pénétrer cette image déformée par nous de l'AAIODI. »

 

Ref.document : 105

 

« En premier lieu nous distinguons entre deux classes d’ÊTRES existants dans le UAANM (COSMOS) en opposition à deux autres grands genres "DE CHOSES (SERES) NON EXISTANTES ". Ces derniers sont: AIOYAA AMMEIEE UAA [Tels que WOAA (Le Générateur!), BUAUAA (Esprit Humain), BUAWEE BEIAEII ( Esprit Collectif) ou BUAUAA BAAIOO (Esprit De L’Être Vivant)] et AIOYAA AMEIEE OUEE (Tels que le contenu d’une information, la sensation du plaisir, ou une tradition populaire).

 

« Les ÊTRES " EXISTANTS ", ces êtres dont l’essence est définie par L’IBOZOO UU, tels une roche, un virus, une étoile, ou le flux du temps et puisqu’ils permettent une voie empirique d’analyse, alors nous les définissons comme existants. »

 

« les premiers (êtres vivants) d’entropie négative ou néguentropique et les seconds (ceux non vivant), posi-entropiques (AAIODII EXUEE et AAIODII YOOWAA respectivement) »

 

« les êtres AAIODII IOWAA (Choses (seres) inertes comme vous diriez) tels une molécule d’argon, un aérolithe, ou un faisceau de micro-onde, se caractérisent parce qu’ils dégradent leur propre complexité. »

 

792:

 

« Nous savons que nous sommes immergés dans un WAAM-WAAM (Univers multiple) et que les flux d’information qui rendent possible toute sa richesse configurative procèdent de deux pôles ou centres. L’un d’entre eux est générateur d’information par antonomase. Toutes les configurations possibles de la matière, toutes les possibilités de l’être, c’est à dire toutes les modalités que vous pourriez concevoir de l’existence perceptible et non perceptible par nos sens et autre organes sensibles imaginables, tirent leur origine de ce pôle. »

 

 « Le centre cosmogonique codificateur de ces configurations possibles, nous l’appelons WOA. WOA coexiste avec AIODII, c’est à dire, avec la réalité formée. L’un configure, l’autre modèle. (??: Uno configura ; modela, el otro). »

 

 

« Ce centre universel d’information pure que représente WOA, vous pouvez vous l’imaginer comme de gigantesques archives où vous pourriez trouver mathématiquement codifiées, depuis la configuration d’une plante végétale (sic) exotique, la résolution d’un système d’équations différencielles ou la structure d’un édifice et d’un matériel générateur de lumière cohérente (laser) et, nous le répétons, n’importe quelle entité ou être possible dans l’Univers multiple. »

 

« WOA entre en résonance avec le WWAM du BUAWA BIAEII (Univers qui codifie ((décode)) toute l’information), par un effet semblable à celui que vous connaissez en physique sous le nom de résonance. »

 

« Ce pôle ou matrice cosmique d’information rendra possible par transfert génétique, toute la configuration des univers multiples. »

 

Ref. document : 1751 (Golf 91)

« des noyaux de ce réseau social (AIOODZII AAYUU). »

 

 

2.     L'IDENTIFICATION DES CONCEPTS DE AAIODI

 

Il n’y a qu’un seul concept celui de la « réalité absolue, autonome et inaccessible », c’est une réalité qui se cache derrière notre vision intellectuelle déformante de L'ENTITÉ. En d’autres termes c’est l’essence exhaustive d’une entité. Cette entité peut-être dimensionnelle ou adimensionnelle.

« WOA coexiste avec AIODII, c’est à dire, avec la réalité formée » et « WOA coexiste avec AIODII » et «Uno configura ; modela, el otro ». L’un (WOA) configure les entités cosmologiques, l’autre (AIOODI) les modèle par les diverses perceptions que l’on peut en avoir dans les différents cosmos.

 

Voir une hypothèse sur la Genèse de L’Univers

Voir AIOOYAA AMMIE

 

 

3.     L'IDENTIFICATION DES SYNTAXES de AAIODI

 

D79

17/11/1969

ESP

AAIIODI

Mais le AAIIODI avec ses multiples formes "d' ÊTRE":

 EST-ICI-DANS-MON-WAAM.

D 33-1

18/03/1966

ESP

AAIODI

des AAIODI (ENTITÉS ou ÊTRES) adimensionnels.

D33-3

1966

ESP

AAIODI

l'existence d'un AAIODI (ENTITÉ OU ÊTRE)

D33-3

1966

ESP

AAIODI

cet AAIODI ( ENTITE)

D78

17/11/1969

ESP

AAIODI

Cette relativité de l'ÊTRE, cette polyvalence de "l'ÊTRE",

 demeure reflétée dans notre logique par ce que nous

 nommons AAIODI AYUU (gamme ou réseau de forme

 de l'ÊTRE).

D79

17/11/1969

ESP

AAIODI

WOA, parmi l'infinité d'idées qui coexistent avec son

essence, imagine celle d'un "ÊTRE" adimensionnel capable

 de léser (ndt: "extorsionar") son propre AAIODI

(c'est-à-dire : penser, engendrer des idées).

D79

17/11/1969

ESP

AAIODI

Un tel "ÊTRE" (ÊTRE pour mon concept; AAIODI pour WOA)

 doit donc être libre.

D79

17/11/1969

ESP

AAIODI

Observez que s'il ne l'était pas, sa genèse d'idées n'aurait

pas de sens puisque celles-ci seraient attribuables à WOA

 et ne seraient donc pas des IDÉES (au sens conceptuel

que vous attribuez à un tel mot) mais AAIODI .

D79

17/11/1969

ESP

AAIODI

Il n'est pas logique non plus d'imaginer que cet " ÊTRE "

 libre et générant un autre AAIODI, puisse être un double

 de WOA. (WOA ne pourra pas engendrer un tel ÊTRE).

D79

17/11/1969

ESP

AAIODI

Si nous acceptons la définition du WAAM-WAAM au sens

strict, il doit y avoir autant de WAAM que de catégories

d'êtres pensants capables de déformer le AAIODI.

D80

17/11/1969

ESP

AAIODI

Convaincus que l'AAIODI (l'entité réelle) nous est inconnue,

 convaincus que le WAAM accessible par nos voies

 intellectuelles et sensorielles est un "fantasme" créé par

 notre JE-PENSANT,

D80

17/11/1969

ESP

AAIODI

nous optons pour au moins tenter de pénétrer cette image

 déformée par nous de l'AAIODI .

D80

17/11/1969

ESP

AAIODI

C'est pour cela que nos oemii penseurs n'essaient pas

de spéculer autour de l'essence de ce qui est inaccessible

 (par exemple WOA et l'AAIODI).

D 33-1

18/03/1966

ESP

AAIODI

un AAiodi (ÊTRE) comme l'homme.

D78

17/11/1969

ESP

AAIODI AYUU

Cette relativité de l'ÊTRE, cette polyvalence de "l'ÊTRE",

 demeure reflétée dans notre logique par ce que nous

 nommons AAIODI AYUU (gamme ou réseau de forme

 de l'ÊTRE).

D105-1

12/07/72

ESP

AAIODII

Nous préférons appeler les premiers (Ndt: les êtres vivants)

 d'ENTROPICONÉGATIFS ou NÉGUENTROPIQUE et les seconds

 (Ndt: entités non vivantes), ENTOPICOPOSITIFS

(AAIODII EXUEE et AAIODII YOOWAAA respectivement)

D105-1

12/07/72

ESP

AAIODII

Au contraire, les entités (Ndt: "seres") AAIODII iowaa

(Entités (Ndt: "seres") inertes comme vous diriez)

tels que des molécules d'argon, un aérolithe, ou un faisceau

 de micro-ondes,

D 33-1

18/03/1966

ESP

AAIODIWOA

Si l'homme ne les accomplit pas, l'harmonie est apparemment

 rompue en modifiant sa fonctionnalité dans l'AAIODIWOA

 (CRÉATION, ENSEMBLE DES ÊTRES DIMENSIONNELS ET

 ADIMENSIONNELS créés par WOA).

D80

17/11/1969

ESP

AAIOODI

Notre "agnosticisme" (comme vous l'appelez vous-mêmes)

 nous pousse non seulement à nous abstenir de définir et

 de sonder quelque chose d'aussi transcendant que WOA

 ou AAIOODI, mais aussi nous pousse à élaborer une

théorie et à la vérifier.

D79

17/11/1969

ESP

AIIODI

Je vous ai dit que WOA est l'unique "entité" "pensante" qui

 ne déforme pas le AIIODI.

D79

17/11/1969

ESP

AIIODI

nous dirons que WOA coexiste avec AIIODI, que AIIODI ne

 lui est pas transcendant

D79

17/11/1969

ESP

AIIODI

. AIIODI est "ACTE" de WOA, il est généré sans que WOA

 l'ait préalablement rendu possible.

D79

17/11/1969

ESP

AIIODI

Nous affirmons donc que l' ÊTRE n'est pas IMMANENT,

 qu'il n'est pas un terme de notre conscience subjective

bien que cette conscience soit celle qui le conforme en

 extorquant une réalité (AIIODI) qui se cache derrière

 notre vision intellectuelle déformante de L'ENTITÉ.

D79

17/11/1969

ESP

AIIODI

pour WOA il est simplement AIIODI éternel et immuable

comme lui.

D79

17/11/1969

ESP

AIIOODI

Nous vous avons dit que AIIOODI est l'Entité qui ne nous

 transcende pas puisqu'il est extorqué, fractionné en

multiples formes (WAAMWAAM).

D79

17/11/1969

ESP

AIIOODI

Nous vous avons dit que AIIOODI est l'Entité qui ne nous

transcende pas puisqu'il est extorqué, fractionné en

multiples formes (WAAMWAAM).

D79

17/11/1969

ESP

AIODI

la collectivité des EESEOEMII (êtres pensants) incapables

 de pénétrer l'essence du AIODI, puisque leur tentative

provoque une "mutation "

D 792-1

 janvier 1988

ESP

AIODII

Le centre cosmogonique codificateur de ces configurations

 possibles, nous l'appelons WOA. WOA coexiste avec AIODII,

c'est à dire, avec la réalité formée. L'un configure; modèle,

 l'autre .

D78

17/11/1969

ESP

AIOODI

AIOODI est "ce " qui est susceptible d'adopter des possibilités

 infinies "d'existence" (S1, S2, S3; .. . . . . ; Sn).

D78

17/11/1969

ESP

AIOODI

Mais d'autres hypothétiques êtres pensants capteront des

AIOODI sous les possibilités différentes des nôtres

Sk + 1, Sk + 2 ........ Sm.

D78

17/11/1969

ESP

AIOODI

Le drame de I'OEMII ou d'un autre EESEEOEMI réside dans

 le fait que sa recherche de la vérité, sa recherche de

l'AIOODI, sera infructueuse puisque celle-ci se présentera

 toujours sous les caractéristiques S1 ,S2, S3 . . . . . . . . Sn.

D79

17/11/1969

ESP

AIOODI

Nous cherchons à exprimer quelque chose de différent de

 AIOODI (ÊTRE INACCESSIBLE ) puisque AIOODI se

présente à nous avec des "dimensions" et que WOA est

 ADIMENSIONNEL,

D79

17/11/1969

ESP

AIOODI

De plus sa raison de AIOOYA AMIIE est précisément

 celle d'être genèse de l'idée de AIOODI.

D79

17/11/1969

ESP

AIOODI

mais un être pensant est simultanément AIOODI car,

 à son tour, en pensant en "lui", il le déforme en mille

facettes ontologiques, générant son propre WAAM,

NR-20

17/01/2004

FR

AÏOODI

L'imprécision de vos expressions linguistiques m'oblige ici

 à expliciter qu'une forme irréelle, traduite par

« N'EXISTE PAS », reste en absolu une forme

 d'existence dans l'AÏOODI qui regroupe chaque forme

 d'existence susceptible d'être envisagée par une forme

 de pensée quelconque du WAAM-WAAM.

D76

17/11/1969

ESP

AIOOYAAIODI

NOTRE CONCEPTION DE L'AIOOYAAIODI

D76

17/11/1969

ESP

AIOOYAAIODI

Mais avant d'exprimer nos idées sur les êtres, sur

l''AIOOYAAIODI (entité dimensionnelle), voyons comment

 nous envisageons le problème de l'information

 

 

Ce concept est  exprimé avec les vocables :

 

ESP    AAIIODI

ESP    AAIODI

ESP    AAIODI AYUU

ESP    AAIODII

ESP    AAIODIWOA

ESP    AAIOODI

ESP    AIIODI

ESP    AIIOODI

ESP    AIIOODI

ESP    AIODI

ESP    AIODII

ESP    AIOODI

FR      AÏOODI

ESP    AIOOYAAIODI

 

3.1. L'IDENTIFICATION DES SONS AMBIGUS

 

Pas de son ambigu.

 

Voir le tableau phonétique

Voir la transcription

 

 

3.2. L'IDENTIFICATION DES SONS LONGS

 

 

Par des comparaisons croisées avec des vocables :

 

-          conceptuellement proches, mais clairement distincts.

-          dans des textes à des dates de rédaction distinctes

-          dans des textes d’auteurs distincts.

 

Et suivant les transcriptions :

 

Le premier son « i » associé au concept d’ « identification » est ponctuel, car il n’y a pas de notion de « limite ».

 

A partir du moment où « quelque chose », une entité, peut-être « imaginée », alors elle « existe » en tant qu’entité du « réel absolu ».

Il y a donc deux cas :

 

-                      le son «a» peut-être long pour exprimer « dynamique ».

-                      le son «o» peut-être long pour exprimer « matérialisé » dans 4D.

 

Compte tenu de la NR20 (Fr): « l'AÏOODI qui regroupe chaque forme d'existence susceptible d'être envisagée par une forme de pensée ». A priori, « a » cour et « o » long.

La syntaxe qui paraît le plus probable, donc la syntaxe signifiante AIOODI.

 

4.     LA TRANSCRIPTION DE AIOODI

 

Suivant la méthode nous avons la construction fonctionnelle et conceptuelle :

 

(A) déplacement « a » [ (I) identification « a » [(OO) matière « a » [ (D) manifestation « a » (I) identification]

 

Relations entres les phonèmes

Transcription de la relation entre les concepts fonctionnels

Synthèse littérale

D “a” I

 

[ (D) manifestation « a » (I) identification]

forme identifiée

OO “a” DI

 

[(OO) matière « a » [ (D) manifestation « a » (I) identification]

La matière a une forme identifiée

I “a” OODI

 

[ (I) identification « a » [(OO) matière « a » [ (D) manifestation « a » (I) identification]

l’identification de la matière qui a une forme identifiée

A “a” IOODI

 

(A) déplacement « a » [ (I) identification « a » [(OO) matière « a » [ (D) manifestation « a » (I) identification]

Le déplacement identifiant la matière a une forme identifiée

 

Pour AIOODI donc la transcription suivante :

 

-       Le déplacement identifiant la matière a une forme identifiée.

 

5.     LE GRAPHE DE AIOODI

 

 

 

 

6.     LA TRADUCTION DE AIOODI

 

NR20 (Fr): « l'AÏOODI qui regroupe chaque forme d'existence susceptible d'être envisagée par une forme de pensée »

Autrement dit, AIOODI modèle le réel en fonction de la pensée.

Sachant que WOA « génère des entités déplacées » et que AIOODI est cette réalité qui se cache derrière notre vision intellectuelle déformante de L'ENTITÉ, nous pouvons exprimer la traduction suivante :

 

-       Le déplacement identifie la matière qui a une forme identifiée.

-       action de matérialiser une forme identifiée.

 

Dans  " action de matérialiser une forme identifiée ", c'est le fait de modeler une réalité en fonction de la forme identifiée par la pensée.

Autrement dit, AIOODI c’est l’ensemble des choses perçues comme « réel » dans 4D dont la forme est identifiée par la pensée.

 

 

6.1. Calcul de la probabilité

 

Notons que si ce vocable avait été construit par hasard avec les 17 concepts primaires, la probabilité d’obtenir cette combinaison est de :

1 / 17^6 = 1 / (24 x 10^6) = 1 / 24 millions

 

7.     CONCLUSION SUR LE  VOCABLE PHONETIQUE «aiodi»

 

Il y a deux difficultés pour identifier la manifestation syntaxique signifiante de ce concept de « réalité adimensionnelle initiale, absolue, autonome et inaccessible » :

 

-          les syntaxes sont nombreuses et variées

-          la réelle difficulté à comprendre la nature du concept

 

-       Néanmoins, les diverses manifestations syntaxiques sont globalement cohérentes avec l’idée générale du concept. C’est le détail qui est plus difficile à cerner. Compte tenu de l’analyse des concepts, des comparaisons croisées et des transcriptions, la probabilité la plus forte de syntaxe signifiante est AIOODI : «Le déplacement identifie la matière qui a une forme identifiée», c’est-à-dire « L’action matérialise une forme identifiée ».

 

Autrement dit, AIOODI c’est l’ensemble des choses perçues comme « réel » dans 4D dont la forme est identifiée par la pensée.

 

D’une manière simplifiée, c’est la réalité pensable dans tous cadres 4D des cosmos de tout l’Univers.

 

 

8.     LA TRADUCTION DE AÏOOYAA AIOODI

 

« Mais avant d'exprimer nos idées sur les êtres, sur l''AIOOYAAIODI (entité dimensionnelle), voyons comment nous envisageons le problème de l'information »

AÏOOYAA

 

Simplement, AÏOOYAA AIOODI est la matérialisation 4D d’une pensée.

 

9.     LA TRADUCTION DE EAIOODI GOO

 

EAIOODI GOO

 

10. LA TRADUCTION DE AIOODI AYUU

 

« La réalité absolue a une forme identifiée et une cinématique d’un ensemble »

 

Voir AYUU

 

11. LA TRADUCTION DE AIOODIWOA

 

AIOODIWOA

 

12. NOTES BIBLIOGRAPHIQUES

 

La majorité des documents proviennent du site http://www.ummo-sciences.org/

Quelques sources de documents équivalents proviennent également de Denocla.

http://www.denocla.com 01/09/2003.

 

© Denocla  octobre 06 – diffusion libre et gratuite sous réserve du respect du copyright des auteurs.

Commercialisation interdite sans accord écrit.