Mythes et réalités des ANUNNAKI, des Reptiliens, de Nibiru et des Pléiadiens

Denis Roger DENOCLA  avec l’aide amicale d’Anton PARKS – © version pdf : http://www.denocla.com/ANUNAKI-DENOCLA.pdf

  • ANNUNA et ANNUNAKI
  • Les ANNUNA sont ils des extraterrestres ?
  • Les ANNUNA auraient ils créé l’homme terrestre ?
  • Les ANNUNAKI et NIBIRU
  • Les ANNUNAKI et la constellation des Pléiades
  • Les ANNUNAKI et les Reptiliens
  • Premières conclusions
  • Nouvelles perspectives
  • Conclusion

La mythologie Sumérienne a donné lieu à de nombreux écrits évoquant les ANUNNAKI, les Reptiliens, la planète Nibiru, les Pléïadiens.

Certains écrits évoquent ces thèmes sérieusement en respectant les écrits Sumériens originaux, d’autres relevant des fantasmes de quelques affabulateurs…

La popularisation de ces thèmes en a aussi fait des sujets d’inspiration pour la littérature Fantastique ou la Science-Fiction…

Ceci crée une grande confusion dans le grand public qui ne sait plus trop ce qui relève d’écrits sérieux et argumentés sur une base scientifique et historique vérifiable, ou bien ce qui n’est que mystification et supercherie….tout ceci pour le plus grand bonheur des Services Spéciaux chargés de la désinformation… 

 

Aussi, cet article a-t-il pour objectif de clarifier cette thématique devenue nébuleuse…

Qu’est-ce qui est réellement démontré aujourd’hui dans les écrits Sumériens?

Quelles hypothèses peuvent être sérieusement développées ?   

 

 

ANUNNA et ANUNNAKI

La mythologie Sumérienne décrit des Dieux nommé ANUNNA qui sont des créatures venues du ciel. Le terme Anunna est le terme générique d’une partie des dieux, alors qu’ANUNNAKI est le nom des Anunna installés sur la Terre (KI). On retrouve ces deux termes dans les textes sumériens, ils font référence à un réel mythe sumérien…Il est attesté à travers des documents historiques, des tablettes avec des écrits cunéiformes.

 

Les ANUNNA sont ils des extraterrestres ?

De nombreux auteurs vont considérer que les divinités sont in fine des êtres extraterrestres. Ces êtres extraterrestres dont personne n’a pu à ce jour identifier la provenance, ni à travers les documents historiques, ni à travers les bribes d’informations dont nous disposons sur les exocivilisations…

Les erreurs d’analyses de nombreux auteurs, les mystifications et la désinformation active des Service Spéciaux, ont conduit à créer une nouvelle mythologie ufologique contemporaine…Mais, pour autant, faut-il exclure la possibilité que les Sumériens, et d’autres peuples anciens aient pu être en contact avec des exocivilisations ?

Ne risque-t-on pas d’avoir une approche trop simpliste et ne risque-t-on pas de « jeter le bébé avec l’eau du bain » ?

 

 

Les ANUNNA auraient ils créé l’homme terrestre ?

Les divinités Sumériennes « ANUNNAKI » avaient envisagé de transformer l’humain présent avant l’arrivée des Anunna en vue d’en faire des esclaves à leur service.

Un auteur américain du nom de Zecharia Sitchin, se lança dans une longue série d’affabulations pseudo-scientifiques à travers divers ouvrages et fit de cet humain décrit dans les textes Sumériens, un singe transformé, selon ses dires, en un esclave humain par les ANUNNAKI. Les textes de Kharsag, traduits minutieusement par Anton Parks et publiés dans son ouvrage Eden démontrent bien qu’il s’agissait d’un homme. Quand aux moyens de transformation de cet homme sauvage en esclave docile de multiples possibilités sont à explorer…

 

A l’instar de Zecharia Sitchin de nombreux auteurs peu scrupuleux affirmèrent catégoriquement que les ANUNNA étaient des extraterrestres ayant manipulé génétiquement l’espèce humaine pour l’aliéner. Certains illuminés vénaux en firent de juteuses ‘religions’ au grand bonheur des debunkers institutionnels…

 

En supposant que les éléments de la mythologie sumérienne traduisent ici une vérité historique, une exocivilisations a de nombreux moyens de mise sous contrôle domestique d’une population humaine sauvage, sans pour autant devoir la modifier génétiquement.

Une intervention sur le génome humain de la part d’une exocivilisation est une simple hypothèse d’interprétation de la notion sumérienne de « transformation » de la population humaine sauvage. Au demeurant, une telle éventualité dans son assertion raisonnable, ne concernerait guère que des modifications épi-génétiques réversibles après quelques générations, ou des modifications génomiques infinitésimales.

Ceci dans l’hypothèse où une exocivilisation ancienne et expérimenté  considèrerait qu’elle a le droit d’intervenir sur le génome d’une espèce humaine indigène. Cette hypothèse, relevant d’une vision eugéniste et interventionniste me semble en contradiction avec la nécessaire maturité intellectuelle d’une exocivilisation apte à réaliser des voyages intersidéraux, parfaitement consciente de l’interdépendance de toutes les espèces humaines du cosmos. De plus, cette hypothèse est aussi en contradiction avec les documents Oummains qui attestent eux d’une déontologie des exocivilisations humaines du cosmos et de règles supervisées par les humains les plus évolués du cosmos. D’après les Oummains, les DOOKAiens observeraient activement leur planète et participeraient à un vaste dispositif d’observation et de protection de la Terre. Ce dispositif comprend de multiples ethnies, il assurerait le rôle de coordination et d’arbitrage, pour les missions scientifiques de différentes races d’extraterrestres venus nous observer.

«Il existe ainsi une race d’OEMMII dont la technologie est au-delà de notre compréhension et qui semble surveiller différentes planètes en sondant les OUEWA (nefs interplanétaires) qui y font incursion». (NR13, 14/04/2003).

(cf. La PAX GALACTICA  « Présence : OVNIs, crop Circle et Exocivilisations »)

 

En conclusion, le simple bon sens d’un humain terrestre, voudrait que si nous-mêmes, nous étions exilés sur une planète en compagnie d’indigènes que nous voudrions soumettre de manière intelligente, il est probable que nous recourrions à une mise sous contrôle avec des moyens psychotroniques…déjà disponibles dans tous les bons rayons des Services Spéciaux bien terrestres…

C’est là une solution beaucoup plus simple et beaucoup plus efficace qu’une manipulation génétique sur une espèce inconnue, dont les effets risquent d’être fortement imprévisibles….

 

 

Dans la mythologie sumérienne, ce projet de transformer l’humain en vue d’en faire des esclaves avorte grâce à l’intervention d’un personnage dénommé ENKI, qui donnera aux humains les moyens de retrouver leur liberté en les éduquant et en leur communiquant un grand secret. Ce grand secret semble avoir été le savoir de la métallurgie (cf. « le Réveil du Phénix » et « Eden » d’Anton Parks).

Enki sera aidé par plusieurs femmes de son clan, comme sa mère Mamitu-Nammu et Ninmah, la matriarche de la cité de Kharsag. Il n’est indiqué dans aucun texte que Enki serait un dieux Anunna. Enki était un être à part, comme son créateur An.

 

Dans l’esprit des sumériens, les planètes des dieux ANUNNA étaient des « montagnes du ciel ». Le Dukù (DU-KÙ) « saint monticule » ou « sainte montagne » est le point d’origine des Anunna. C’est sur cette planète que les dieux ANUNNA ont été créés par An (le père d’Enki) et que démarrera la grande rébellion des jeunes dieux ANUNNA contre les anciens dieux représentés par Tiamat, la reine suprême. Enki dirigeait un clan dénommé Nungal (ou Igigi en akkadien) qui était en conflit avec les Anunna.

Ces jeunes dieux ANUNNA auraient eux même une genèse pour le moins complexe.  Quant à Enki sa nature reste très mystérieuse, même dans les tablettes Sumériennes… Les Nungal étaient les Veilleurs de la Bible et seraient selon Anton Parks les suivants d’Osiris et Horus en Egypte. Les suivants d’Osiris et Horus sont nommés Shemsu en égyptien (tiré du mot égyptien Shms suivre, accompagner). Ils étaient répartis en plusieurs groupes. Dans les textes apocryphes se seraient les géants. Les Shemsu égyptiens faisaient près de 2,10m alors que la taille normale des humains oscillait entre 1,50m et 1,65m. Ils étaient là pour protéger le roi Osiris et ensuite Horus. Anton Parks a montré dans ses ouvrages qu’Enki était en fait Osiris en Egypte.

 

Les différences de taille peuvent mettre en évidence des groupes ethniques ou des races différentes. L’homme de Neandertal par exemple, avait une taille moyenne nettement plus grande (environ 1,85m) que la taille moyenne de l’Homo Sapiens qui lui était contemporain (environ 1,60m). De même, que l’homme de Flores avait une taille moyenne très petite, d’environ un mètre. Ceci rend très plausible l’hypothèse que les Shemsu égyptiens étaient une éthnie spécifique. Les Shemsu égyptiens auraient ils pu être un clan d’extraterrestres dénommé Nungal ? C’est là, une hypothèse qui doit aussi être étudiée parmi les autres…

 

 

Les ANUNNAKI et NIBIRU

Pour se venger de leur échec, les ANUNNAKI pro-esclavagistes bannirent ENKI qui s’enfuit. Comme l’explique Anton Parks dans ses ouvrages, aucune tablette ne dit qu’Enki se serait enfui sur une planète dénommée Nibiru. Ni même qu’une planète nommée Nibiru serait celle des Anunna. C’est une pure invention de Zecharia Sitchin que l’on retrouve entre autres dans son livre « The Lost Book of Enki » et dans lequel il est question d’une série de tablettes qui n’existent absolument pas …

Zecharia Sitchin a leurré ses lecteurs avec cette histoire et a inventé ces « tablettes » afin d’apporter la fausse preuve de l’existence de Nibiru – thèse qu’il a échafaudée dès son premier livre « La douzième planète ». « The Lost Book of Enki » est une escroquerie monumentale. Depuis énormément de médias, de magazines ont repris cette idée de « Nibiru – planète des Anunna ». Comme l’indique Anton Parks, le seul lieu céleste mentionné dans les tablettes comme étant celui des Anunna est le Dukù et dans la mythologie sumérienne Enki ne s’enfui pas sur Nibiru, mais en Afrique, et particulièrement en Egypte.

A Sumer, le temple secret et aquatique d’Enki est dénommé Abzu alors qu’en Egypte le temple aquatique d’Osiris se trouvait dans la ville sacrée Abdju (Abydos). Anton Parks a pu  effectuer une chronologie des Nungal-Shemsu dans son ouvrage « le Réveil du Phénix ».

 

Il n’y a évidement aucun rapport non plus, entre cette fausse planète Nibiru et la vraie planète Xena, qui se trouve au-delà de Pluton.

Mais l’ironie du hasard est ailleurs, dans les documents Oummains. En effet, comme nous l’expliquons dans le documentaire « Presence : OVNIs, crop Circle et Exocivilisations » la planète Xena découverte en 2003 par les astronomes terrestres, est signalée 25 ans auparavant, au-delà de Pluton, dès 1979, dans les documents allégués à l’exocivilisation de la planète Ummo… Simple hasard ? Pure spéculation ? La planète Xena dispose d’une éclectique très atypique qui rendit sa découverte très difficile. Or, ces mêmes documents Oummains donnent 25 ans avant la découverte même de l’existence de cette planète, la position orbitale moyenne de cette planète inconnue… Une simple évaluation probabiliste rend totalement impossible un tel niveau de prédictibilité…un quart de siècle avant la découverte de la planète Xena. 

 

 

Les ANUNNAKI et la constellation des Pléiades

Les Pléiades et les supposés pléiadiens sont aussi des produits dérivés et tarte à la crème qui traduisent une profonde désinformation, mélangeant comme toujours le vrai et le faux.

Pour un œil humain, les Pléiades représentent 7 étoiles. Pour un astronome, il s’agit d’un groupement de plusieurs milliers d’étoiles…

Ce groupement de quelques 3 milles soleils situé à quelques 450 années-lumière comportera très probablement des étoiles avec des systèmes solaires où vivent des exocilivilisations.

Ceci est très fortement probable. Mais, d’un point de vue sémantique, parler des « pléiadiens » n’a absolument aucun sens… De quelle exocivilisation de cette constellation parlerait-on ? Les références aux pléiadiens sont donc à prendre avec beaucoup de précautions…

Si l’on se réfère aux informations contenues dans les documents Oummains, nous pouvons constater que les exocivilisations les plus éloignées qui nous rendent visite, ne sont pas situées à plus de 150 années-lumière. Ce qui avec les moyens usuels de nos visiteurs et les contraintes cosmologiques, suppose des voyages déjà très longs de quelques 10 années. Un voyage de 450 AL suppose alors un périple d’environ 30 ans terrestres. Cependant, même si un tel voyage reste possible, une telle durée, quelque soit la longévité des êtres humains concernés, rend la chose bien difficile, même pour nos amis d’outre-espace…

 

Parmi ces multiples exocivilisations des Pléiades, s’il est très probable qu’elles aient un phénotype humanoïde, il est par-contre beaucoup moins probable que ce phénotype puisse être confondu ceux de l’Homo Sapiens terrestre. Simple question de probabilité….

 

Concernant les tablettes sumériennes, aucune tablette connue ne stipule explicitement les Pléiades. Néanmoins, plusieurs sceaux en argile associent les dieux Anunna aux 7 étoiles visibles que l’on associe à la constellation des Pléiades. Suivant Anton Parks, le Dukù se trouvait dans les Pléiades.  Plus tard, lorsque les dieux s’établirent sur Terre, ils donnèrent à leur cité édifiée dans les montagnes du Taurus le nom du Dukù (ou Dukug) en hommage à leur lieu d’origine (cf. tablettes traduites dans l’ouvrage Eden). Les Anunna et Nungal se seraient retrouvés sur Terre, à l’issu de la bataille contre leur reine Tiamat (cf. texte de l’Enuma Elish).  Les ANUNNAKI seraient un groupe de guerriers expatriés sur Terre à cause de la guerre. A priori, ils n’avaient rien d’autre avec eux que le matériel de base qui se trouvait dans leur « chars volants ». Exilés avec des moyens si rudimentaires, qu’ils doivent recourir à de la main d’œuvre locale…

 

 

Les ANUNNAKI et les Reptiliens

Dans la mythologie ufologique de la désinformation, les extraterrestres Anunna seraient de forme humaine, et les Illuminatis pourraient être leurs descendants.

 

Suivant les documents Oummains (D1378) nous pouvons comprendre que notre planète est aux mains des 3 grands groupes oligarchiques humains (Occidental, Russe et Chinois) « dangereux, cyniques et corrompus ».

 

L’hypothèse d’origines extraterrestres de ces groupes oligarchiques me semble des plus fantasmagorique. J’ai le sentiment que, encore une fois, la désinformation est à l’œuvre et elle cherche à masquer ces dangereux groupes oligarchiques bien terrestres, derrière un rideau de fumée abracadabrantesque d’Illuminatis extraterrestres… Ceci donne encore une bonne raison de donner les pleins pouvoirs à ces dangereux groupes oligarchiques qui pourraient avoir beau jeu de vouloir ‘protéger’ les humbles citoyens terrestres des soi-disant méchants Illuminatis extraterrestres…

Une dictature mondialement consentante, serait l’apothéose d’une manœuvre dans le pur respect des préceptes de Machiavel… Machiavel enseigne que le Prince doit être craint, mais cependant ne pas être haï. S’il est haï, il retourne le peuple contre lui, s’il est seulement craint, il maintient son autorité et son pouvoir. Aussi est-il de ce point de vue de bonne politique de maintenir la peur, sans pour autant qu’elle se transforme en haine. Un peuple maintenu dans la peur reste « tranquille ». Il n’ose pas se dresser contre le pouvoir. Un peuple qui se met à haïr son souverain cherchera à le renverser et il suivra ceux qui le conduiront à la révolte. Tous les tyrans que l’humanité a pu engendrer le savaient. Il existe une habileté calculée, rusée, machiavélique à manipuler l’insécurité et utiliser la peur.

 

 

Quant aux Reptiliens qui eux aussi incarnent des personnages inquiétants, Zecharia Sitchin s’était querellé à ce propos avec David Icke. Zecharia Sitchin a sciemment fait abstraction des différents documents sumériens où l’on voit bien des dieux avec une forme « crocodilienne » ou par extrapolation « reptilienne ». Zecharia Sitchin voulait que sa thèse colle au maximum avec la Bible. Pour lui les dieux ne pouvaient avoir la forme du Serpent biblique !  Mais voyant sans doute que la « vague reptilienne » prenait de l’ampleur, il n’a pas trop insisté et a finalement évité le sujet pour surfer justement sur cette vague.

Plusieurs hypothèses peuvent être avancées pour expliquer pourquoi les dieux ANUNNA sont parfois représentés avec une forme « crocodilienne ».

La première hypothèse est que les références aux animaux du genre reptiliens et, éventuellement, leur lien au genre humain sont les réminiscences d’un lointain souvenir collectif véhiculé à travers les âges. (cf. ouvrage de Anton Parks EDEN p53)

Les textes de la première Bible de Jérusalem semblent eux-mêmes clairement s’appuyer sur les écrits Sumériens. Il est probable qu’eux-mêmes ont été les premiers vecteurs d’une transposition écrite d’une longue tradition orale. La mémoire de la connaissance traditionnelle semble avoir véhiculé au fil des âges que les reptiles étaient antérieurs aux mammifères. Ces connaissances ancestrales, sont globalement confirmées par les sciences modernes du XXieme siècle, jusque dans l’évolution cérébrale avec la première théorie en ce sens du cerveau triunique de Paul Mac Lean en 1969. Ceci souligne, au passage, que nos ancêtres, loin d’être des abrutis en peau de bête armée d’une massue, étaient bien au contraire, très fins dans leurs observations du monde et dans leurs analyses…Si cela n’avait pas été le cas, l’humanité ne serait de toute manière même pas arrivé au stade de développement actuel…

 

On peut néanmoins opposer une objection à cette première hypothèse, pour formuler la seconde hypothèse. Les dissymétries raciales mettent en évidence des groupes ethniques différents. L’homme de Neandertal par exemple, avait une taille moyenne nettement plus grande (environ 1,85m) que la taille moyenne de l’Homo Sapiens qui lui était contemporain (environ 1,60m). De même, que l’homme de Flores avait une taille moyenne très petite, d’environ un mètre. Ceci rend alors très plausible l’hypothèse que les Shemsu égyptiens étaient une ethnie spécifique.

 

Les Sumériens font référence aux « serpents géants aux mâchoires impitoyables ». Ont-ils trouvé des fossiles de dinosaures suffisamment évocateurs du passé carnassier de ces animaux ? Ou bien auraient-ils pu avoir d’autres sources d’information ? Ensuite, nous pouvons aussi nous interroger en quoi et comment  ces « dragons furieux » auraient pu se transformer pour devenir « pareils aux Dieux » ? Les Shemsu égyptiens auraient ils pu être un clan d’extraterrestres dénommé Nungal ? C’est là, une hypothèse qui doit aussi être étudiée parmi les autres…

 

 

 

Premières conclusions

Si les thèses de Zecharia Sitchin ont connu un grand engouement, c’est parce celui-ci a engagé initialement une véritable recherche scientifique. Cette recherche scientifique était basée sur l’analyse de textes Hébreux issus des Sumériens et des interprétations de documents cunéiformes en Sumérien. Partant, donc d’une bonne base, notre chercheur s’est lancé dans des traductions de mots hébreux et de textes Sumériens, dont il ne maîtrisait pas bien le sens. En effet, bien que peut-être de bonne volonté,  Zecharia Sitchin fait d’énormes erreurs de traduction, au point de douter même qu’il savait traduire du sumérien… A aucun moment, il dit dans un de ses livres, ‘voici ma traduction de ce texte…’, ou quelque-chose de ce genre. Ses traductions sortent de nulle part, souvent sans aucune référence. Tant pour ses traductions de l’hébreu qu’il ne maitrisait pas en profondeur, que pour le sumérien où les erreurs sont encore plus pénalisantes pour la compréhension réelle des textes… Le niveau d’erreurs d’interprétation et de spéculations que fit alors Zecharia Sitchin est tel, que in fine, il construisit une belle histoire…très loin de la réalité des textes originaux. Les élucubrations de Zecharia Sitchin ont conduit à créer une nouvelle mythologie ufologique contemporaine qui fait le bonheur des Services chargés de la désinformation…Mais, pour autant, faut-il exclure la possibilité que les Sumériens, et d’autres peuples anciens aient pu être en contact avec des exocivilisations ?

Ne risque-t-on pas d’avoir une approche trop simpliste et ne risque-t-on pas de « jeter le bébé avec l’eau du bain » ? Ce que justement voudraient bien ces Services…

 

 

 

Nouvelles perspectives

Par exemple, nous avons évoqué les nombreux éléments qui peuvent laisser penser que les amérindiens Ashiwi  ont pu être en contact avec une exocivilisation, il y a environ 3 000 ans (cf. article Denis Roger DENOCLA – Les amérindiens Ashiwi (ou Zunis) et les extraterrestres)

Les Sumériens et les peuples de l’Indus de cette période (environ – 6000 à – 5000 ans av JC) avaient des cultures très développées propres à intéresser des visiteurs d’outre-espace…

Quels seraient alors, les éléments qui pourraient révéler un potentiel contact avec des exocivilisations ?

 

La mythologie Sumérienne mentionne que les divinités ANUNNAKI sont des êtres hominidé « crocodiliens » dans certains sceaux (des petits sceaux sumériens ou akkadiens sur argile, imprimés dans des morceaux de glaise) que les dieux sumériens avaient une apparence reptilienne, mais ce n’est jamais vraiment dit dans les textes. Quelques textes de Kharsag traduits par Anton Parks dans EDEN montrent Enki et Ninmah porter des noms de reptiliens avec quelques descriptions physiques « crocodiliennes », ainsi que quelques références où par exemple les personnages Inanna-Ishtar et son amant Dumuzi son signalés posséder le visage ou le regard d’un Umshumgal (grand dragon). Par extension imaginative, l’hominidé « crocodilien » est donc dénommée « Reptilien » dans la mythologie de David Icke et quelques autres…

 

Comme nous l’avons exposé dans l’ouvrage «Présence : Ovni, Crop circle et exocivilisations», les documents Oummains mentionnent la visite d’êtres hominoïdes dotés d’une « peau écailleuse ». Ceci est manifestement très similaire à la dénomination d’un physique de « Reptilien », mais une peau écailleuse ne préjuge en rien du genre d’un être vivant. Des êtres hominoïdes dotés d’une « peau écailleuse » peuvent parfaitement être du genre des mammifères…ou des poissons !

Un autre élément troublant qui pourrait aussi conforter l’hypothèse que les Sumériens aient pu avoir des contacts avec ce genre de visiteurs d’outre-espace, est la chronologie mentionnée dans les documents Oummains.

En effet, ceux-ci indiquent que l’exocivilisation dénommée par eux « 2iens  » visiterait la Terre depuis 30 000 ans, planète à 47 AL, grande taille, à la peau écailleuse, ce qui est aussi parfaitement compatible avec la chronologie et les éléments des textes Sumériens. Comme indiqué par Anton Parks, les Suivants de Enki, les Shemsu égyptiens faisaient près de 2,10m alors que la taille normale des humains oscillait entre 1,50m et 1,65m.

 

Conclusion

Il faut se garder des conclusions hâtives et simplistes, et se défier des idées reçues véhiculées pernicieusement pour brouiller les cartes… A qui profite le crime ?

Car sur le fonds, même si la mythologie Sumérienne n’avait que des bases historiques ténues, elle n’en est pas moins une mythologie fondatrice des grands textes religieux du Moyen-Orient.

Ceci ébranle largement ces dogmes religieux et la simple hypothèse que cette mythologie puisse aussi avoir un lien étroit avec une exocivilisation pourrait-être un coup de grâce aux dogmes anthropocentrés…   

 

 

 

Références bibliographiques sur les sites web suivants :

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_du_cerveau_triunique

http://www.antonparks.com/main.php?page=eden

Les amérindiens Ashiwi (ou Zunis) et les extraterrestres    http://www.denocla.com/?p=1981&lang=fr

 

 

 

The theories of Zecharia Sitchin have reached a great popularity because the author started by doing a good quality scientific work.  His research was based on the analysis of Hebrew texts deriving from the Sumerians ones and interpretations of Sumerian cuneiform documents.  Afterwards though, our researcher kept on traducing Hebrew words and Sumerians texts without mastering these languages enough.  Indeed, despite his apparent good will, Zecharia Sitchin makes serious errors of translation, at the point of even suspecting that he knew how to translate the Sumerian… He never used, in any of his books, a cautionary formulation such as ‘here’s my own translation of that text…’ or similar; his translations seem to come out of nowhere, often without any reference.  This is the case for translations either from Hebrew, that he did not master very well, or from Sumerian, where mistakes are even more damaging and preclude a real understanding of the texts… Zecharia Sitchin reached such a level of misinterpretation and speculations that he just ended in telling nothing more than a nice story… but very far from the reality of the original texts.  The rantings of Zecharia Sitchin led him to create a new contemporary UFO mythology that is certainly regarded as delightful by Intelligence Services in charge of disinformation…  But is all this enough to exclude the possibility that the Sumerians and other ancient peoples might have been in contact with exocivilizations?  Don’t we risk to take an overly simplistic approach and don’t we risk to « throw away the baby with the bath water »?  This is exactly what Intelligence Services would like us to do…

New Perspectives

For example, we discussed the many elements that may suggest that Native Americans Ashiwi have been in contact with an exocivilization, about 3000 years ago (see article DENOCLA Roger Denis – The Indian Ashiwi (or Zuni) and extraterrestrials).  The Sumerians and the peoples of the Indus valley in that period (approximately – 6,000 to – 5,000 years BC) had highly developed cultures potentially interest for visitors from outer space…
What would be the elements that might reveal a potential contact with exocivilizations?  Sumerian mythology says that the ANUNNAKI gods are « Crocodile-like » hominid beings in some seals (small Akkadian or Sumerian seals on clay, printed in pieces of clay) that the Sumerian gods had a reptilian appearance, but it is never clearly said in the texts.  A few texts from Kharsag translated by Anton Parks in EDEN show Enki and Ninmah bearing reptilian names with some « crocodilian » physical descriptions together with some references where characters like Inanna-Ishtar and her lover Dumuzi are reported to have faces or eyes of a Umshumgal (Great Dragon).  By imaginative extension, the « crocodilian » hominid is called « Reptilian » in the mythology of David Icke and some others…
As we explained in the book « Presence: UFO, Crop circle and Exocivilizations » the Oomomen’s documents mention the visit of humanoid beings that have a « scaly skin ».  This evokes obviously a physical « Reptilian » characteristic, but a scaly skin is in no way an indication of the class of a living being.  A humanoid with a « scaly skin » could well be a mammal… or a fish!
Another disturbing element which could also support the hypothesis that the Sumerians might have had a contact with this kind of visitors from outer space is the chronology mentioned in the Oomomen’s documents. Indeed they indicate that ET humanoids called by them « 2ians » have been visiting the Earth for 30,000 years.  They are supposed to come from a star located 47 LY away, and have a large height, a scaly skin, which is also fully compatible with the chronology and the Sumerian texts’ data.  As indicated by Anton Parks, the Followers of Enki, the Egyptian Shemsus are about 2.10 m while the height of normal humans ranged between 1.50 m and 1.65 m…

Conclusion

We must beware of hasty and simplistic conclusions, and beware of conventional ideas conveyed perniciously to confuse… And always ask: “Who’s gonna get the benefits?” Although Sumerian mythology had only tenuous historical basis, it has nonetheless been a founding mythology of the great religious texts of the Middle East. This greatly undermines these religious dogmas and the simple assumption that this mythology may also have a close link with some exocivilizations could be a fatal blow to anthropocentric dogma…

References on the following websites: