Une civilisation extraterrestre critique les oligarchies terrestres

L’omerta sur l’existence des exo-civilisations n’est pas technique ou scientifique, mais strictement politique.

En Ă©tudiant de nombreuses annĂ©es les Crop Circles, les OVNIs et les exo-civilisations, les conclusions auxquelles je suis parvenu sont sans ambigĂŒitĂ©.
J’ai ainsi pu montrer que les Crop Circles sont rĂ©alisĂ©s par une exo-civilisation situĂ©e Ă  27 annĂ©es-lumiĂšre de la Terre.
La thĂšse de la « Pax Galactica » soutient qu’une « FĂ©dĂ©ration » d’exo-civilisations surveille avec bienveillance notre planĂšte.
Les hommes de la planÚte Oummo sont nos interlocuteurs privilégiés et ils diffusent depuis 60 ans des documents écrits.
En rĂ©alisant le dĂ©codage des mots extraterrestres contenus dans ces documents, je suis en mesure d’attester l’authenticitĂ© de leur origine non-terrestre.

Cette exo-civilisation critique les oligarchies gouvernantes sans aucun ménagement.
L’on comprend alors pourquoi le secret de polichinelle de l’existence des exo-civilisations est dĂ©fendu becs et ongles.

Cet aperçu, non exhaustif, sur nos visiteurs d’outre espace n’est que l’infime partie Ă©mergĂ©e de l’iceberg.
Certains services gouvernementaux comme la CIA rĂ©pandent l’idĂ©e que les exocivilisations sont dangereuses pour le genre humain. Mais les faits montrent que nous n’avons pas Ă  souffrir d’une invasion belliqueuse. Probablement qu’une «Pax Galactica» est Ă  l’oeuvre. Une «Pax» bien plus efficace que ce que nous-mĂȘmes sommes en mesure de faire actuellement sur notre propre planĂšte

Est-il besoin de rappeler qu’aujourd’hui, le pays dĂ©mocratique le plus puissant du monde a placĂ© Ă  sa tĂȘte un personnage dont les faits ont montrĂ©
qu’il Ă©tait cynique et menteur ; que le deuxiĂšme Ă©tat le plus puissant du monde a placĂ© Ă  sa tĂȘte un personnage qui s’accommode d’une Ă©conomie mafieuse inĂ©galĂ©e ; que la troisiĂšme grande puissance du monde est une dictature avec laquelle pactisent toutes les dĂ©mocraties, et que les Ă©tats confiĂ©s Ă  l’autoritĂ© de fanatiques religieux ne se comptent plus ?
Si nous voulons ĂȘtre en mesure d’instaurer une paix planĂ©taire durable, elle ne peut ĂȘtre fondĂ©e que sur des valeurs de libertĂ© et de justice sociale.
Aussi, notre réflexion ne devrait-elle pas nous conduire à agir pour rompre avec les logiques de captation du pouvoir et des richesses mises en place par des oligarques menteurs, cyniques et cupides?
Sans levĂ©e du secret, sans libĂ©ration de l’information, sans vision claire des fonctions rĂ©elles de nos institutions, aussi bien civiles que militaires, sans rĂ©paration des spoliations que subit l’intĂ©rĂȘt planĂ©taire global, il est clair que nous courrons Ă  notre perte. Selon nos visiteurs, nos reprĂ©sentants institutionnels ne sont pas dignes de reprĂ©senter les terriens. Une civilisation est digne de ce nom quand chaque individu ou forme de vie est respectĂ©e sur l’ensemble d’une planĂšte. La maturitĂ© d’une civilisation se mesure Ă  la capacitĂ© qu’elle a de faire de l’intĂ©rĂȘt planĂ©taire global sa prioritĂ©. C’est Ă  ce stade social d’évolution qu’il devient possible d’engager des relations honnĂȘtes et durables avec des exocivilisations. Il va sans dire que nous en sommes loin, trĂšs loin
 MalgrĂ© tout, anticipant sur un futur propice Ă  un tel dĂ©veloppement social terrestre, il nous semble important de poser symboliquement les bases d’un manifeste pour la reconnaissance des exocivilisations.

Les documents oummains Ă©voquent, de maniĂšre dĂ©taillĂ©e, le comportement de nos gouvernements Ă  l’égard de la prĂ©sence extraterrestre. Leurs critiques sont sĂ©vĂšres et l’on comprend l’effort dĂ©mesurĂ© fait par nos dirigeants pour cacher la prĂ©sence et les manifestations d’exocivilisations sur notre sol.

Une lettre Oummaine D 1378 évoque le problÚme en ces termes : «Les composants les plus avancés de votre technologie, les méthodes
d’organisation, une masse Ă©tendue d’informations sont entre les mains de cerveaux irresponsables dotĂ©s d’un rĂ©seau neuronique palĂ©oencĂ©phalique d’animal, ce qui Ă©quivaut Ă  placer un explosif de grande puissance entre les mains d’un enfant en bas-Ăąge.
Vous avez crĂ©Ă© un «ordre» social structurĂ© de maniĂšre dĂ©lirante dans lequel le pouvoir technologique, le pouvoir Ă©conomique et l’information sont manipulĂ©s, non par les crĂ©ateurs intelligents d’un rĂ©seau social Ă©mergent, mais par les cerveaux les plus malades et les plus archaĂŻques de votre sociĂ©tĂ©. Le comble de l’ineptie fait que les gardiens des lois morales ne sont pas des scientifiques honnĂȘtes, mais les chefs fanatiques de communautĂ©s religieuses qui violent ces lois morales selon leur caprice et leur intĂ©rĂȘt.
Le rĂ©seau social de la Terre est entre les mains de quelques oligarchies dĂ©tentrices du pouvoir Ă©conomique. Toute idĂ©e, crĂ©ation ou modĂšle, Ă©manant d’un ĂȘtre humain ou d’un groupe d’ĂȘtres humains Ă©tranger Ă  celles-ci finit immanquablement par ĂȘtre phagocytĂ©, contrĂŽlĂ© par ces derniĂšres. Si l’idĂ©e, la philosophie, le systĂšme, le modĂšle scientifique, la conception technologique ne servent pas les intĂ©rĂȘts de ces oligarchies, ou tendent Ă  restreindre leur pouvoir ou Ă  fissurer l’édifice de fer oĂč prend naissance leur capacitĂ© de domination religieuse, politique ou Ă©conomique, ces centres disposent de moyens puissants pour discrĂ©diter l’idĂ©e, bloquer le dĂ©veloppement du modĂšle, empĂȘcher sa diffusion ou son application.
Si l’idĂ©e ou le modĂšle de rĂ©seau leur est utile pour renforcer leurs intĂ©rĂȘts, ils distordent brutalement le cadre d’application. Un systĂšme qui pourrait
trouver comme application de rĂ©soudre la misĂšre du tiers-monde ou freiner l’avance ou la diffusion de quelques maladies graves ou pallier la carence
d’énergie et procurer ainsi de meilleurs niveaux de bien ĂȘtre, est canalisĂ© rapidement vers des applications technologiques Ă  caractĂšre militaire ou vers des opĂ©rations visant Ă  assurer Ă  des groupes industriels le maximum de profits, en crĂ©ant d’immenses perturbations dans les marchĂ©s et en contrariant d’autres entreprises qui pourraient permettre au rĂ©seau social de dĂ©velopper des potentialitĂ©s.
Ceci n’est qu’une image condensĂ©e de ce que vous ne connaissez que trop bien. Comment pouvez-vous persister aussi naĂŻvement Ă  nous demander de vous fournir des informations ? Combien de temps croyez-vous qu’elles resteraient entre vos mains ? Que croyez-vous que feraient les politiciens corrompus, les patrons cupides, les rĂ©seaux d’espionnage et les infrastructures militaires?»

D. R. DENOCLA



Tags: , ,