« A la pêche aux sites »

De plus en plus de personnes s’intéressent au phénomène ovni, et recherchent de
l’information sur le Web. Ils partent à la pêche aux sites. Comme souvent le résultat de
la recherche déconcerte ou décourage par sa profusion : environ 3 100 000 réponses
pour le mot « ovni » !
Il est très difficile de faire le tri dans tout ça. Beaucoup de sites relaient, à leur insu, des
informations qui sont issues d’actions de désinformation, mêlées à des informations
véridiques… La difficulté est qu’une bonne désinformation contient une dose de vérité
suffisante pour être crédible à minima pour être véhiculé, mais aussi des informations
fausses destinées à décrédibiliser l’ensemble.
De manière générale une mauvaise pêche au site présente les points suspects
suivants :
· il n’y a que très peu ou aucun élément démonstratif,
· ni sur le plan de la dialectique,
· ni sur le plan technique ou scientifique,
· pas l’ombre d’une référence,
· des affirmations sans grands argumentaires,
· des affirmations mysthisques, etc.
Bref, c’est un stéréotype du site qui perturbe plus qu’il n’informe, même si son auteur
peut être de bonne fois. Beaucoup, d’élucubrations propres à une rumeur.
Mais, il est parfois bien plus subtil et plus difficile de faire une bonne pêche aux sites.
Car certains éléments peuvent néanmoins exacts ou partiellement exacts. Par
exemple, sur un site de ce type j’ai noté un indice un peu factuel qui était une
référence à Alpha du Centaure qui aurait une planète habitée. Pourquoi pas ?
Effectivement, l’une des 3 étoiles alpha, Alpha Centauri B, possède probablement un
ou plusieurs planètes (mais il faudrait encore préciser de quelle étoile l’on parle !).
Typiquement l’auteur ne sait pas de quoi il parle, il a pêché un psycho-virus, une
rumeur, qu’il contribue à propager sans s’être lui-même posé la question : qu’est-ce
j’ai pêché là ?